Crève la France, vive la révolution !

Des mois après le début du « mouvement des Gilets-jaunes », la rage rencontrée dans la rue ainsi que les différentes pratiques qui s’y sont développés (destruction de structures capitalistes ou étatiques, affrontements avec la police, pillages, vague de sabotage diffus, divers tentatives de blocage des autoroutes ou des rond-point etc.) côtoient des traits politiques plus problématiques (drapeaux français, marseillaise chantée en cœur, discours travailliste et citoyenniste, sexisme, racisme etc.)

Ce tract diffusé dans les rues de Paris lors de l’acte XX part de ce constat, que d’une part les pratiques qui se développent dans ce mouvement semblent ouvrir la possibilité d’une critique radicale du monde tel qu’il existe actuellement, mais que, d’autre part, les expressions politiques qui en ressortent font majoritairement appel à un imaginaire populiste et réformiste. Ce tract se propose donc d’élargir la critique.

Parce que les actes ne sont pas séparés des idées et inversement.

tract diffusé dans les rues de Paris lors de l’acte XX, publié sur https://nantes.indymedia.org

Pour le télécharger https://nantes.indymedia.org/system/zine/2019/04/14/45289/g-j_cre_ve_la_france_impression_vf_.pdf

Faits et défaits

Comment faire pour exister [ou faire exister ces faits] sans répondre à aucun appel? Poser le problème, espère-t-on, est un premier pas pour tenter de le résoudre.
.
Comme le disait un intellectuel dépourvu de tout virus subversif, « les actualités sont les événements, et les événements n’existent pas sans les actualités. Une information serait donc ce qu’une agence de presse écrit sur un fait réel et/ou inventé, parce qu’un fait en soi ne devient tel qu’à travers l’information qui le met au jour et acquiert l’importance précise que l’information -littéralement- lui donne. On peut en déduire que sans agence de presse, il n’y aurait plus d’informations : pour l’homme de la rue rien n’arriverait plus dans le monde… Sur la terre, chaque seconde dans un même moment théoriquement simultané, se produisent pourtant un nombre immense de naissances et de morts, de projets et de défaites, d’actions et d’inventions, de discours et de prises de conscience, de décisions et d’accidents : mais pour le public, leur valeur de ‘‘faits’’ dépend de ce que décident les agences. Dans l’infini fatras de ce qui arrive (ou n’arrive pas) dans le monde, la presse choisit jour et nuit un nombre restreint de thèmes, les manipule, les dramatise et, en vertu d’un accord tacite, les pose à l’attention des peuples et de leurs dirigeants… L’irréalité de notre siècle dépend du fait que la « réalité » à laquelle chacun de nous croit chaque matin est uniquement construite par la presse et par la radio, et souvent uniquement pour leur propre usage ».
.
Plus d’un demi-siècle est passé depuis que ces lignes ont été écrites, et leur véracité saute malheureusement aux yeux, tant il est facile aujourd’hui de deviner l’avancée énorme accomplie par les mass médias en matière de fabrication des faits. Grâce aux nouvelles technologies, la production contemporaine de la réalité a pris une rapidité et une profondeur inimaginables il y a seulement quelques années. Dans un certain sens, celui qui crée les faits détermine la vie quotidienne. Il réussit non seulement à réguler le vote des électeurs, la politique du parlement et les cotations en bourse. Mais aussi nos états d’âme, nos préoccupations, et donc en fin de compte jusque nos propres actions. Parce que la plus grande partie de nos décisions se basent sur les faits qui nous sont reportés ou administrés, c’est-à-dire sur une réalité qui réussit à déplacer l’attention, à modifier les goûts, à imprimer des comportements. Continue reading « Faits et défaits »

Le contrecoup du changement – Réflexions pour une rupture avec l’habitude

L’histoire nous apprend que la plupart des gens dispose d’une faculté d’adaptation infinie à l’égard de leur environnement. Des personnes se sont certes révoltées face à des conditions de vie épouvantables, mais on peut difficilement prétendre que la misère mène forcément à la révolte. Le présent aussi ne cesse de nous rappeler que ce talent humain de l’adaptation n’a pas péri. On peut subir le plus frappant des changements, et en même temps trouver des moyens pour y survivre, malgré tout. Non pas en se révoltant, mais en excellant dans la fermeté ou l’inventivité d’arriver à joindre les deux bouts. Et même si cela ajoute pas mal de chaos et de mécontentement, un certain ordre continue à régner, un ordre qui ne se laisse pas bouleverser comme ça. Quant aux mauvaises conditions de vie et à la résignation, deux propos contraires se font entendre. L’un prétend que chacun.e dispose d’un point d’ébullition, et que, une fois la coupe pleine, on surmonte la résignation pour se battre contre les causes de sa misère. L’autre prétend en revanche que, selon la détérioration des conditions de vie, on est de plus en plus pris.e par la survie, jusqu’à ne simplement plus avoir ni le temps ni l’énergie pour réfléchir, sans même parler de la disposition à agir. Entre-temps, l’histoire nous a aussi bien confirmé qu’infirmé ces deux positions. Il doit donc y avoir autre chose.

“C’est un problème d’information”, j’entends dire. Comme si c’était la simple ignorance qui faisait que les gens avalent toute sorte de choses, et continuent de le faire. Non, à une époque où la possibilité de nager dans l’information s’est plutôt prolétarisée, cela ne peut être l’explication. Le flux d’informations qui ne cesse de se surpasser en rythme et en énormité semble même avoir un effet inverse. De par sa multitude et donc sa nécessaire brièveté, il se défait tout à fait de son contexte et de sa signification englobante. Ce qui reste est un ramassis de ‘nouvelles’ superficielles qui tourbillonnent sur chacun.e, d’une légèreté presque agréable. Par conséquent, même l’information qui dévie de la pure propagande du cours normal des choses, n’a plus rien d’un réel bagage qui pourrait aider à aiguiser sa propre intelligence, son propre développement et la formation de ses propres idées. On la subit, nombreux sont ceux et celles qui en deviennent accros. Face à tant d’activité informative, seule la passivité semble prêter refuge. Et dans cette passivité, on ne peut être que spectateur silencieux ou commentatrice agitée, mais jamais quelqu’un qui agit selon sa propre conviction et qui contribue à écrire l’histoire.

Continue reading « Le contrecoup du changement – Réflexions pour une rupture avec l’habitude »

Anna Mahé – Prostitutions

« Honneur à celles qui, héroïques, préfèrent la mort à l’infâme prostitution… Mon cœur de femme les glorifie. Evidemment je conçois qu’une femme ait un ami ou dix amis, si cela lui convient. Mais, sans désir, livrer son être pour un morceau de pain… commerce odieux que l’excuse même de l’amour maternel ne saurait purifier. » [Libertaire du 29 juillet]

C’est au courant d’un article dont les idées en général me semblent excellentes, que Félicie Numietska écrit ce paragraphe.

Que cette camarade n’éprouve pas le désir d’aller offrir son corps au passant en rut, que la plupart des femmes jugent de même, je le conçois très aisément.

Mais, que penser aussi à l’idée de se courber douze et quinze heures sur la couture, d’aller s’étioler dans les ateliers malsains où, pour deux ou trois francs les femmes repassent, cousent, piquent à la machine, mettent le sucre ou les gâteaux en boîtes en des salles qu’on n’aère jamais et dont la température est celle d’une serre…

N’est-ce point prostituer ses bras ? n’est-ce point prostituer sa force, sa santé, sa jeunesse ? n’est-ce point se prostituer toute que consacrer des heures et des heures à tel travail ?

Et n’est-ce point prostituer son cerveau que d’enseigner à des enfants des choses que l’on sait fausses, d’écrire des livres, des articles, non pour la joie de jeter ses idées, mais pour en retirer de l’argent.

Que des femmes aiment mieux prostituer leur sexe, qu’elles préfèrent aux douze ou quinze heures d’atelier les deux ou trois heures nécessaires au racolage des quelques mâles qui leur assureront la pâture, je ne vois rien là qu’une des formes de la prostitution. Qu’elle déplaise plus qu’une autre à certaines femmes, il n’y a là qu’une question de tempérament et de goût. Il n’est pas plus honorable d’employer ses mains à chiffonner artistiquement des dentelles inutiles que de prêter son sexe à l’homme qui passe, affamé d’amour. Continue reading « Anna Mahé – Prostitutions »

Un sujet difficile

Résultat de recherche d'images pour "meute loups noir et blanc"Un sujet difficile, oui. Un sujet qui peut rapidement tourner à la polémique, stérile ou non. Mais ce n’est pas le but. Il ne s’agit pas non plus d’un questionnement existentiel, d’un « Qui sommes-nous », d’un « Qui suis-je ». J’ai envie de discuter du mouvement anarchiste tel que je le connais, c’est-à-dire celui d’aujourd’hui, bien que j’imagine que ces mécanismes s’appliquent bien au-delà de notre époque ou même du mouvement anarchiste. Il y a plein de choses à dire, mais j’aimerais tout particulièrement parler des rapports qui régissent les relations à l’intérieur de ce mouvement, entre les uns et les autres, à travers les barrières linguistiques et géographiques. Je ne voudrais pas cependant que ces quelques lignes soient prises pour ce qu’elles ne sont pas, ce dont je parle ici, je m’inclus dedans, et les mécanismes que je décris, je les ai produits et reproduits moi-même. La volonté d’écrire ces lignes provient de nombreuses discussions avec des anarchistes d’ici et d’ailleurs, dans des contextes différents, qui eux/elles aussi ressentent la nécessité de poser ces questions entre nous, d’en discuter ouvertement et à bâtons rompus. Bien sûr, je ne prétends pas représenter ces compagnons et compagnonnes, puisque je pars tout d’abord de moi-même.

Ce texte est gênant, il me gêne moi-même. J’espère cependant que, discutant de sujets tabous, il ne devienne pas tabou lui-même, ou matière à auto-flagellation. J’espère aussi que […] cette contribution sera l’occasion de réfléchir à ces questions, qui sont, selon moi, indispensables au développement de nos idées et à la rencontre avec d’autres insoumis.

Tout d’abord, il ne faut pas se leurrer, le mouvement anarchiste est bien un mouvement, ou une mouvance, peu importe. On aura beau, pour beaucoup d’entre nous, mettre au centre la question de l’individualité et de l’unicité de chaque individu, cela n’empêchera jamais cette entité plus large que l’individu qu’est le mouvement de se substituer à la volonté individuelle et aux désirs propres à chacun à l’intérieur de ce mouvement. De fait, tout groupe social possède ses marges, c’est la condition sine qua non de son développement, de son auto-délimitation. Car pour se définir, il faut aussi passer par ce que nous ne sommes pas et ce qui nous rassemble. A partir de là, l’originalité des individus et des groupes affinitaires qui s’y exprime est souvent normalisée pour entrer dans un moule, sorte de liant commun. Lorsque la normalisation n’opère pas, comme dans chaque groupe social, il reste le mépris ou l’ostracisme.

C’est ainsi que des automatismes se mettent en place et ne sont plus questionnés. « c’est comme ça », « c’est pas le moment », « ça s’est toujours passé comme ça ». Ces mécanismes-là donnent, au sein du mouvement, le pouvoir à une poignée de gardiens de la transmission sacrée, détenteurs de la juste vérité et généralement peu adeptes de la remise en question malgré les bilans que la vie devrait permettre de pouvoir tirer de décennies d’échecs patents. J’ai bien dit pouvoir, et je rajoute centralisation forcée. Le fonctionnement affinitaire, que je partage, a le défaut lorsqu’il est mal dosé, de donner bien trop de pouvoirs aux individus qui possèdent le plus de relations, et parfois d’ancienneté. Il faut passer par eux, par lui ou par elle, pour s’organiser, pour rencontrer d’autres anarchistes, pour tout. Continue reading « Un sujet difficile »

Si ce n’est pas maintenant, alors quand ?

Il est vraiment désolant de voir comment l’histoire se répète. 

Lorsque les conditions de vie deviennent plus précaires, lorsqu’il devient difficile de payer le loyer et de finir le mois revient le besoin de trouver un bouc émissaire à portée de main. Et immanquablement reviennent sur le devant de la scène les trompettes racistes et nationalistes, promptes à offrir un programme politique aux rancoeurs et aux préjugés.

Ce qui est en train de se passer en Italie (et ailleurs) est inquiétant. Il suffit de quelques épisodes pour s’en rendre compte. En décembre de l’an dernier* à Opera (région de Milan), les tentes d’un camp de nomades sont incendiées en plein jour par un groupe de léguistes [membres de la Lega Nord] et de fascistes. L’expédition punitive, annoncée par avance au conseil municipal rencontre un certain consensus dans la population locale. Les carabiniers et la police se contentent de regarder. Depuis deux mois par ici, on ne compte plus les attaques incendiaires contre les magasins arabes et contre les camps de nomades. A Livourne, deux enfants roms meurent suite à un lancé de molotovs : l’action est revendiquée par un groupe fasciste qui fait référence au nettoyage ethnique. A Siène, un camp nomade est assiégé par certains habitants avec des élus léguistes à leur tête : au cours du meeting, bien applaudi, les chambres à gaz sont évoquées. La même scène se répète à Pavie. A Ponte Mammolo (Rome), a lieu une autre attaque incendiaire contre un camp nomade.

Résultat de recherche d'images pour "squadristes"Partout, ces actions squadristes [du nom des ratonnades mussoliniennes] sont précédées et accompagnées de campagnes politiques et médiatiques menées principalement par la Lega Nord et des fascistes (Alleanza Nazionale, Forza Nuova et Fiamma Tricolore). Le centre-gauche les suit sur leur propre terrain (comme le démontrent bien les bulldozers de Cofferati à Bologne et l’arrêté dégueulasse à Florence contre les laveurs de vitres aux feux rouges).

S’il suffisait d’un peu de logique…

Ils doublent les crédits militaires, ils gaspillent des milliards d’euros en travaux qui ne sont utiles qu’aux industriels, on élève l’âge de la retraite des travailleurs tandis que les salaires et les indemnités des politiciens atteignent des chiffres indécents… mais le problème ce seraient les «privilèges des Rom». Trop difficile de regarder en face les ennemis réels, trop risqué de s’en prendre aux capitalistes et à leurs protecteurs politiques : il est bien plus commode de s’acharner contre les pauvres et les exclus. La pauvreté et l’exclusion poussent rarement à vivre comme des saints alors qu’un dirigeant industriel n’a certes pas besoin de pointer un couteau pour vous voler du fric.

Les Rom et les Sinti sont parmi les rares peuples au monde à ne pas avoir de banques, d’armées et d’Etats : c’est pour cela qu’ils ont toujours été persécutés et pas persécuteurs, colonisés et pas colonisateurs, victimes et pas responsables des guerres. Ceux qui ne disent rien contre la guerre (conduite aussi au nom du peuple italien), ceux qui ne disent rien contre le pouvoir des banques traitent ensuite de criminels… les «tziganes». Il est arrivé la même chose dans les années Trente et on sait comment ça a fini.

Demain, Fiamma Tricolore a lancé une manifestation devant la mairie de Rovereto contre les «privilèges» des Siniti et des Rom. La Lega demande une poigne de fer contre les «tziganes». Ces parades publiques, si elles ne sont pas contrées avec détermination, ont déjà mené ailleurs à la violence squadriste. Voulons-nous encore attendre ?

Antiracistes de Rovereto et Trento

[Traduction de l’Italien dans le journal Cette Semaine n°94]

*Le texte a été écrit en 2007 et est fâcheusement toujours d’actualité, les réseaux sociaux aidant  https://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/ce-que-l-on-sait-des-violences-contre-les-roms-declenchees-par-une-rumeur-sur-les-reseaux-sociaux_3252117.html

La révolte des smartphones

La naissance de l’énième vague de contestation remonte à il y a peu (fin octobre). Cette fois, celle qui a été touchée par la rage de la société civile a été la Hongrie, dirigée par le conservateur Orban, dont le gouvernement a été le protagoniste de politiques réactionnaires et xénophobe dans son propre pays. Ce qui a exaspéré des dizaines de milliers de personnes a été le choix des autorités d’augmenter les prix de la navigation sur internet.

Ce sur quoi nous voulons réfléchir principalement, ce ne sont pas les raisons de cette contestation, mais une des pratiques utilisées par les manifestants. Sur les photos représentant la foule dans les rues de Budapest, on pouvait remarquer l’émergence d’une nouvelle forme de contestation : allumer simultanément de milliers de smartphones et téléphones portables comme acte symbolique contre la mesure du gouvernement. Voilà donc l’énième évolution de la contestation 2.0 !

Mais il y a un aspect vraiment intéressant dans tout cela : ces manifestations prennent la forme d’une « lutte » pour demander plus d’aliénation plutôt que pour viser une libération de la domination technologique, qui révèle ici une fois de plus son visage totalisant, annihilant tout désir humain qui n’entend pas se soumettre à la dictature du virtuel. Les opposants à cette nouvelle mesure du gouvernement hongrois sont visiblement parmi ces sujets prêts à livrer bataille seulement pour justifier et renforcer tout le mécanisme de domination techno-industrielle – producteur de misère, de dévastation, de domestication du vivant – et non pas pour le critiquer et l’attaquer.

Continue reading « La révolte des smartphones »

Pris au piège

copertina canenero 43Imaginez-vous un entrepreneur de quarante ans. Imaginez sa vie. Pris au piège dans les comptes, le personnel, les impôts, les produits, les revenus, les actifs et les passifs du budget, les épouses, ses filles, ses amants, avec les horaires et la voiture et le bollo* et le fax, et les amis respectables et les dîners d’affaires et le trou du cul serré pour que les juges n’y mettent pas le nez et les cadeaux de Noël et le coca et les vacances. Lui, l’entrepreneur, patauge, se noie, boit, mange, compte et recompte, puis une gâterie, et puis recompte puis une trace, et puis recompte, analyse et collectionne les reçus de la Banque. Belle vie.

Il y a celui qui se tire une balle dans la tête, poursuivi par les dettes, il y a celui qui fait l’objet d’une enquête, il y a celui qui jette les ouvrier à la rue, il y a celui qui, entre coût et gain, se sculpte une vie atrophiée. Il y a même celui qui, comme c’est arrivé à Velletri, est vu enfermé dans la voiture devant un supermarché à se masturber, peut-être excité par la marchandise, par les bas de soie, par les sacs en plastique, par les vendeurs, par les caissiers, par les poupées « des filles » et des lumières colorées. Une juste hypothèse, à mon avis. Au fond, c’est sa vie, ça. Il sera bien capable d’y trouver quelque chose d’excitant. Hommes accomplis, entrepreneurs, pauvres petites merde-entreprise. À vous l’illusion d’être riche. Aux autres, les plus miséreux, l’envie, signe d’une misère encore plus grande.

[Canenero, n°43, décembre 96]

*taxe sur la production selon le modèle fiscal italien.

Note.Les guillemets sont de la traduction, (peut être remplacé par « des enfants » dans le texte).

Sirventès des alliés

Je lutte pour ma propre cause
Car c’est la seule que je connaisse
Car c’est la seule qui n’exige aucun sacrifice
Car c’est la seule que j’ai intérêt à mener
Quand vient le temps de lutter
Il y a des gens qui m’aident
Il y a des gens qui ne m’aident pas
Et il y a des gens qui me nuisent
Je dois trouver ceux qui m’aident
Leur propre cause coïncide avec la mienne
Il faut que je parle haut et fort
Pour qu’ils m’entendent et sachent où je suis
Ceux qui ne m’aident pas ne m’aideront jamais
Même s’ils sont « sincèrement de mon côté »
S’ils veulent à tout prix être « des alliés »
C’est pour soigner leur estime d’eux-mêmes
Ceux qui me nuisent et me font obstacle
Inutile de leur parler inutile d’argumenter
Il faut qu’ils dégagent, c’est tout
Qu’ils me laissent mener ma lutte

Continue reading « Sirventès des alliés »

Contre les alliances, contre la centralité

Ces périodes de troubles mettent en évidence que nous sommes seul.es, et que cela est nécessaire que l’on se casse la tête pour réussir à mettre en pratique tout ce que nous pouvons faire contre ce qui tente de nous dé- vorer, nous éradiquer, nous assimiler.

Ils/Elles ne sont pas rares celles/ceux qui proposent le chemin de l’ambiguisme politique, du camouflage temporaire – ou moins temporaire – pour croître numériquement et de cette manière se renforcer. Mais nous ne sommes pas si sur.es que la force soit une question purement numérique.

De tous côtés on entend « il faut sortir de sa tanière ». Mais pour quoi ? Pour nous fourrer dans une autre, plus grande, bien que plus ambiguë, et en fin de compte, dans un autre trou du terrain ?

« Il faut faire des alliances ». Les anarchistes doivent faire des alliances, bon, pourquoi pas dire ça. Mais avec qui ?

On dit que contre la fascisme il faut oublier les petites différences au détriment de ce mal commun, pour créer un anti qui nous englobe tous.tes, d’égal.e à égal.e. Egaux  ? Il nous vient à l’esprit la question de si nous avons déjà appris que ces alliances terminent toujours par nous exploser à la figure. Et une réponse se fait encore plus nécessaire dans la péninsule ibé- rique, où cela devrait être clair que la révolution des années 30 a merdé pour avoir eu confiance dans le fait que les alliances avec les politiques et la participation des anarchistes dans la gestion de la misère (c’est à dire, au Gouvernement), fruit du désespoir ou de la bonne foi, a accéléré le processus de décomposition et l’avancée du fascisme. Nous ne sommes pas contre le fascisme parce que ce serait le pire de tous les maux. Nous sommes contre le fascisme de la même manière que nous sommes contre le parlementarisme, contre la démocratie, contre l’autorité. Donc, en tant qu’anarchistes, et anti-autoritaires, nous joindre à des groupuscules gauchistes (nous sommes quasi tombés dans l’erreur d’écrire «  groupuscules et individus  » mais se sont toujours des groupuscules) qui sont en faveur de la politique institutionnelle, qui renforcent et soutiennent le système représentatif et qui fonctionnent de manière hiérarchique, avec leurs portes paroles, délé- gué.es, chef.es, c’est nous mener au désastre. Contre ce « fléau » que semble être le fascisme nous voyons en toute alliance anti non seulement une erreur tactique, mais également un terrible facteur amnésique. Continue reading « Contre les alliances, contre la centralité »

Pour régler les comptes

Un conflit ne comporte pas de solution à sens unique, mais contient en lui des possibilités infinies (dont l’indifférence ou l’éloignement). En tout état de cause, seul celui qui le vit dans sa chair peut connaître la réponse à y apporter, une réponse qui ne peut être codifiée. Voilà pourquoi, avec l’autonomie de l’individu, disparaît la justice, et avec elle l’injustice. Il ne faut en effet pas croire que nier la justice signifie défendre l’injustice. Pas plus que nier l’existence de Dieu implique l’adoration de Satan. Au fond, Hobbes, qu’on ne peut pas soupçonner de sympathies subversives, n’avait peut-être pas toujours tort en affirmant que la Justice consiste simplement à préserver des pactes, et donc que là où il n’y a pas d’Etat – c’est-à-dire de pouvoir coercitif qui assure le maintien des pactes –, il n’y a ni justice ni injustice.

Télécharger Pour régler les comptes en PDF.
.
.
Repris de tumult.noblogs.org

À propos de projectualité

“L’anarchisme… Est une manière de concevoir la vie, et la vie… N’est pas quelque chose de définitif : c’est une mise que l’on doit rejouer jour après jour. Lorsque l’on se réveille le matin et que l’on pose les pieds au sol, on doit avoir une bonne raison de se lever. Si ce n’est pas le cas, que l’on soit anarchiste ou non ne fait aucune différence… Et pour avoir une bonne raison on doit savoir ce que l’on veut faire…”

Alfredo M. Bonanno

Peut-être que l’un des concepts les plus compliqués que j’ai essayé d’exprimer dans mes projets est celui de projectualité anarchiste. La difficulté dans le fait d’exprimer ce concept ne résulte pas simplement du fait que ce mot est inhabituel, mais surtout du le fait qu’il est en totale opposition avec la manière dont l’ordre social nous incite à vivre.

Dans cette société, on nous apprend à voir la vie comme quelque chose qui nous arrive, quelque chose qui existe en dehors de nous, dans laquelle nous sommes jetés. On ne nous dit pas, cependant, qu’il s’agit de la conséquence d’un processus de dépossession, et donc cette aliénation nous semble naturelle, une conséquence inévitable du fait d’être vivant. Lorsque la vie est perçue de cette manière, la grande majorité des gens font face aux situations comme elles arrivent, acceptant pour la plupart leur sort, protestant parfois contre des situations spécifiques, mais toujours dans les limites fixées par l’acceptation d’une vie prédéterminée et aliénée. Quelques personnes ont une approche plus gestionnaire de cette vie aliénée. Plutôt que de simplement prendre les choses comme elles viennent, elles cherchent à réformer la vie aliénée avec des programmes, en créant des plans pour une existence modifiée, mais qui reste déterminée par avance et à laquelle les individus doivent s’adapter.

On peut trouver des exemples de ces deux tendances au sein du mouvement anarchiste. On peut voir la première tendance avec ces anarchistes qui considèrent la révolution comme un événement qui avec un peu de chance finira par arriver lorsque les masses se soulèveront, et qui en attendant gèrent leur vie avec une sorte “d’immédiatisme” pragmatique de circonstance. Une pratique anarchiste de principe est considérée comme “impossible” et est sacrifiée au bénéfice de l’amélioration des conditions immédiates “par tous les moyens nécessaires” – parmi lesquels les procès, les pétitions aux autorités, la promotion de la législation, etc. La deuxième tendance se manifeste dans des perspectives s’appuyant sur des programmes comme le platformisme, le municipalisme libertaire ou l’anarcho-syndicalisme. Ces perspectives tendent à réduire la révolution à la considération de la manière dont les institutions économiques, politiques et sociales qui contrôlent nos vies doivent être gérées. Étant donné qu’elles reflètent les manières avec lesquelles les gens font face à une vie aliénée, aucune de ces méthodes ne remet réellement en cause une telle existence. Continue reading « À propos de projectualité »

Pris dans la toile

En quelques décennies, le monde entier a été recouvert par différentes nouvelles toiles. Internet, réseau de téléphonie mobile & co… Avec quelle rapidité cette toile allait se développer, à quel point elle se tisse de manière toujours plus serrée… quasiment personne n’aurait osé le prédire. Les câbles en fibre optique tirés comme des veines sous les villes, les signaux vibrant dans l’air à toujours plus haute fréquence, les antennes, les modems,les portables, le wifi, le home monitoring, les objets « intelligents », les smart cities…

Aujourd’hui, on parle de manière inflationniste de réseaux sociaux, de mise en réseau, de toile, etc. Ces concepts se frayent un chemin dans le vocabulaire des entreprises, de la politique, de groupes d’intérêts et de cercles d’amis… en réalité, on en entend parler presque partout. Cela correspond à une transformation complète des théories sur l’organisation, ce qui ne devrait pas surprendre, puisqu’en même temps l’ensemble de la société se restructure sur de nouvelles bases.

Mais quel est le but d’une toile ? C’est clair : une araignée tisse sa toile pour attraper des insectes qu’elle peut ensuite dévorer vivants. Un pêcheur a besoin de filet pour attraper des poissons. Alors à quoi sert le magnifique nouveau réseau qui s’étend sur le monde entier, élaboré par différentes entreprises et institutions étatiques et dont le développement semble sans fin ? Et bien, ceux qui le tissent et le financent visent avant tout à une chose : le Capital. Tout ce qu’attrape ce réseau se transforme en informations sous forme de zéros et de uns, en informations potentiellement exploitables représentant davantage de capital pour les « up to date ».

Ce réseau se déploie depuis maintenant quelques décennies, et beaucoup y voient encore un bon potentiel de développement. Pourquoi ne pas intensifier son extension au-dessus de l’architecture urbaine ? Le faire pénétrer dans les appartements ? Ou même à l’intérieur des corps humains ? Cela fournirait bien plus d’informations encore. De l’information détaillée, de l’information supposément susceptible de refléter l’ensemble de la réalité,ce qui équivaudrait à encore beaucoup plus de capital. Du capital sous forme de sécurité, de contrôle, de vitesse,de prévisions et de prévisibilité…

La restructuration actuelle destinée à perpétuer le capitalisme provoque aussi des changements dans les rapports sociaux. Cela se dessine depuis longtemps. On renonce de plus en plus à certaines choses aujourd’hui quelque peu démodées, même si cela pourrait bien sûr changer encore à l’avenir. Dans la famille, à l’école, au travail, les comportements personnels directement et ouvertement autoritaires se transforment au fur et à mesure que la relation humaine directe et non médiée passe en tant que telle progressivement à l’arrière plan.Ils cèdent régulièrement la place à la logique de réseaux collaboratifs, des réseaux ”transparents” constituant dans le meilleur des cas une maille productive supplémentaire dans la grande toile. La domination en devientde plus en plus impersonnelle, et il est toujours plus difficile de voir selon quel algorithme nous sommes entrain de danser, comment il a été programmé et qui contrôle le programme… Comme des mouches dans unetoile d’araignée, nous voilà bien englué-e-s, à la différence près que selon toutes les apparences, il semble quenous ayons été privé-e-s de l’instinct de nous faufiler et de tout simplement essayer de nous échapper en volant.Souvent, nous ne savons même plus ce que voler veut dire.

A mon avis, en tant qu’anarchistes, nous ne devrions pas accepter si facilement le discours des réseaux etc. La toile est un filet pour attraper, dans lequel on s’empêtre et duquel on peut à peine sortir. Nous devrions bien plus baser nos luttes sur une organisation souple, une libre association pouvant toujours et directement être déliée par celles et ceux qui y participent à partir du moment où cela fait sens, et préférer le rapport non médié,refusant les normes sociales et toute hiérarchie, au-delà des algorithmes et des programmes.

Et pendant que manifestement beaucoup tombent littéralement comme des mouches dans la toile, appâté-e-s ad nauseam par des images scintillantes, des commodités et des gadgets faciles, nous ferions mieux de réfléchir à comment passer à travers les mailles du filet, comment en briser les fils, jusqu’à ce que l’ensemble de la toile se déchire !

 

 https://fr.theanarchistlibrary.org/library/pris-dans-la-toile.pdf

On voudrait nous apprendre à marcher en nous coupant les pieds

Lycées ghettos, lycées d’élites.

Ils sont beaux les fondements de l’école. L’Etat providence dispensant gratuitement, pour tous et de façon égalitaire, sagesse et connaissance universelle.

Les connaissances élémentaires pour tout un chacun, les bases à connaître, les savoirs nécessaires à la vie en ville, les machins utiles, les trucs qu’il vaut mieux savoir faire, dire, taire si tu veux t’en sortir. Les machins que t’as intérêt à connaître, si tu veux pas crever trop seul, trop pauvre et pas totalement dépressif. Les trucs essentiels à la vie en société, à la vie de ceux qui te l’enseignent, tout ce que tu dois savoir pour gérer au mieux la façon de te faire baiser.

Continue reading « On voudrait nous apprendre à marcher en nous coupant les pieds »

Une illusion : la domination sans personne


Que signifie dire quelque chose ? Que signifie exprimer ses idées ? Quelles en sont les conséquences, pour nous-mêmes, pour notre agir ?
 .
Prenons un exemple : une femme politique de droite sur un podium se prononce pour instaurer l’ordre de tirer aux frontières extérieures. Indignation, emportement, scandale. On veut bien stopper le flot de réfugié-e-s, mais quand-même pas comme ça. Une autre femme politique, disposant de davantage de prestige et de la position la plus haute, reconnue pour ses décisions prosaïques et de spécialiste, signe un traité qui vise à l’internement, l’expulsion et la répartition de milliers de migrant-e-s. Peu de temps après, on apprend des soldats tirent sur les personnes qui tentent de passer la frontière du pays avec lequel a été conclu ce traité. Une brève à la marge – qui est aussi la conséquence directe d’une décision politique. Une politicienne qui pose le fait de tirer directement en lien avec sa politique est une provocation ; mais chez cet ange d’innocence tirer n’est un dommage collatéral mortel à peine perceptible.
.
Quand un politique prend des décisions, celles-ci sont appliquées – par d’autres. Quand un soldat tire, c’est sur ordre. Pourtant, la responsabilité de la balle, de la mort, c’est celui qui appuie sur la détente qui l’endosse. Ce qui est dit est une chose et ce qui est fait en est une autre, voilà ce qu’on nous affirme. Une ligne de partage est tracée entre l’acte et les pensées qui le précèdent. Dans le domaine des opinions, on peut prôner n’importe quel point de vue, il est permis de donner son avis. Oui, du fait même qu’elle donne à tout le monde la possibilité de s’exprimer, voire de se confronter – ou de faire une table ronde – avec des positions « extrêmes », la politique montre comment fonctionne la démocratie. Les mots sont des abstractions et sont tolérés en tant que telles. Mais lorsqu’ils impliquent la possibilité de l’action directe, ce ne sont plus des opinions, ils deviennent alors des idées qui portent en elles l’élan vers de leur réalisation. Quiconque agit directement et met ses idées en actes sans avoir besoin d’accord ni de permission commet un crime contre la démocratie. Contre la politique de la majorité désireuse de négocier, d’intriguer, de trouver des compromis. Contre la politique de la séparation et de la hiérarchie, dans laquelle seuls les spécialistes et les receveurs d’ordres ont l’autorisation d’agir. Un crime contre la loi qui ne permet que de parler d’idées, pas de les mettre en œuvre.

Nous

Selon le célèbre mot de Mark Twain, « les rédacteurs et les gens ayant les vers » sont les seules personnes pouvant utiliser le terme « Nous », mais à ce que nous en savons, personne n’a jamais fait d’analyse approfondie des rapports de pouvoir cachés dans cette monosyllabe.

« Nous » sonne égalitaire, commun et coopératif, même s’il désigne en fait plus souvent des rapports sociaux hiérarchiques et coercitifs. Le fascisme, ne l’oublions pas, est aussi une forme de collectivité.

Dans la première phase de notre enquête, nous avons découvert plusieurs variantes du terme « Nous ». La-voici, même s’il s’agit d’une liste qui est loin d’être exhaustive :

Le Nous du leader : « … et nous donnerons nos vies, s’il le faut, pour protéger notre patrie ! »

Le Nous du manager : « Nous avons réussi à augmenter la productivité de 25 % cette année, et cela se verra ensuite dans les profits. »

Le Nous du chef : « Nous devons urgemment nettoyer cette cuisine en moins d’une demi-heure. »

Le Nous du baby-sitter : « Nous sommes un peu vexé ce soir ? Peut-être est-il temps pour nous d’aller au lit ? »

Le Nous du supporter : « Nous allons à la coupe du monde cette année ! » Bien sûr que tu y vas!

Le Nous de l’activiste : « Whose streets? Our streets! » De qui précisement ? »

Le Nous du parti : « Maintenant que les usines sont entre les mains des ouvriers, nous pouvons initier la création du paradis sur terre pour l’Humanité ! » (Un instant avant l’aller simple vers Sibérie.)

Le Nous de Zamyatin : un roman sous-estimé dont Orwell s’est beaucoup inspiré pour écrire 1984. Continue reading « Nous »

Archives : Abandonnez l’activisme !

Un des problèmes apparent lors de la journée d’action du 18 juin 99 a été l’adoption d’une mentalité d’activiste. Ce problème est devenu particulièrement évident avec ce 18 juin précisément parce que les personnes qui se sont investies dans son organisation et celles qui ont participé à cette journée ont essayé de repousser ces limites. Ce texte n’est pas une critique sur des personnes investies — mais plutôt une occasion qui inspire des réflexions sur les enjeux auxquels nous sommes confrontés si nous voulons sérieusement en finir avec le mode de production capitaliste.

Experts

Par « une mentalité d’activiste », je veux désigner les gens qui se considèrent eux-mêmes d’abord comme activistes et comme appartenant à une large communauté d’activistes. L’activiste s’identifie à ses actions et les conçoit comme le rôle qu’il doit jouer dans la vie, comme un travail ou une carrière. De même, certains s’identifient à leur travail comme médecin ou enseignant, cela devient une part essentielle de leur image de soi au lieu d’être seulement quelque chose qu’il leur arrive de faire.

L’activiste est un spécialiste ou un expert du changement social. Se considérer comme activiste signifie se considérer comme privilégié ou plus avancé que les autres dans l’appréciation du besoin de changement social et de la manière d’y parvenir ; se considérer comme l’avant-garde de la lutte concrète pour créer ce changement. Continue reading « Archives : Abandonnez l’activisme ! »

Re-cherche

«Ceci est un laboratoire de re-cherche. Re-chercher veut-il dire chercher à nouveau ? Cela veut-il dire que nous sommes en train de chercher quelque chose que nous avions autrefois trouvé, puis qui nous a échappé d’une façon ou d’une autre, et que nous devons maintenant re-chercher ? (…) Et qu’est-ce qu’ils cherchent à trouver de nouveau ? Et qui l’a perdu ?» K. Vonnegut

Qu’est-ce qui alimente les grands mensonges de notre temps, et qu’est-ce qui les légitime à exister ? Sommes-nous toutes si aveugles qu’on accepte par exemple la fable d’une énergie nucléaire « renouvelable et sûre » ? N’avons-nous donc rien appris ? Pour que cet état d’éternel étonnement dure à travers le temps, il faut prendre acte de l’existence d’une culture de la dévastation, développée par ses spécialistes, constamment produits par les universités et les centres de recherche : chercheurs expérimentaux, scientifiques en tout genre, et techniciens de secteur. Des auteurs de la dévastation, qui se prosternent aux pieds des exigences de ce monde au nom du fantomatique progrès (la nouvelle religion contemporaine à la sauce laïque). Grâce à leur travail intellectuel et à leurs inoffensifs modèles réduits ou à leurs machines, ils légitiment les pillages de terres et de ressources, notamment là où la vie des personnes a moins de valeur. Ils assurent ainsi l’existence d’un pouvoir technoscientifique qui meut l’économie et produit du travail au son de guerres et de bombardements, de modifications génétiques des formes de vie, d’empoisonnements de masse, tant de la planète que des êtres vivants qui y habitent.

Réussir à ne voir que le côté négatif de la recherche est pourtant plus difficile qu’on ne le pense. Les bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki, ne sont par exemple pour beaucoup de monde que des exemples d’un mauvais usage de la recherche sur la fission nucléaire : qui aurait pu penser à cette utilisation, alors que les mêmes données peuvent donner vie à des réacteurs qui produisent plus d’énergie pour tous ?

Certes, pour tous… Mais on oublie souvent de dire que cette énorme quantité d’énergie si convoitée ne sert pas tant à répondre aux besoins de consommation d’une personne quelconque, mais bien plus à alimenter l’économie, les infrastructures et les machines de guerre, qui ne lâchent jamais prise : elles consomment de l’énergie et empoisonnent sans fin, nous entraînant vers la prochaine catastrophe annoncée. Ce n’est qu’un mauvais usage de la science, disait-on. Un bon usage de la science serait à l’inverse investir dans les dites ressources renouvelables (énergie solaire, éolienne, hydroélectrique, géothermique, etc), parce qu’après avoir pillé pendant des siècles le sous sol, après avoir surexploité les gisements d’hydrocarbures, creusé des mines pour arracher le charbon et le cobalt nécessaires à la conservation de toute cette énergie, nous aurons aussi besoin d’avoir recours à l’impérissable, comme nous prétendons l’être nousmêmes. Dans le même ordre d’idées, pour la vie ce serait un bon usage de la science que de modifier gé- nétiquement le maïs ou d’autres semences afin que les récoltes soient plus productives, parce qu’on le sait, après avoir rendu la terre infertile en la contraignant à des rythmes de production trop artificiels, nous devrons tout de même continuer à manger. et cela vaut pour tous les êtres de ce monde. Une timide mise en garde date de quelques siècles : « Ce qui vient n’est pas toujours un progrès »… Alors, sommes-nous prêtes à aller de l’avant, en imaginant un sabotage de ce présent ?

Traduit de Frangenti (Italie) n°29, octobre 2018

 

Extrait d’Avis de tempêtes #14 – février 2019

Disponible ici : https://avisdetempetes.noblogs.org

 

Possibilités sans mesure

Il y a ceux qui regardent les révoltes et les sabotages qui sont en train de se passer en France avec un regard langoureux, et ceux qui en saisissent les possibilités. Il y a ceux qui restent au large, et ceux qui veulent stimuler les événements. Il y a ceux qui ne se sentent pas d’intervenir, et ceux qui pensent qu’être là où l’ennemi ne t’attend pas incarne la perspective de ne pas renoncer à l’irrévérence et à la furie iconoclaste : pour pousser ce monde à sa perte, plutôt qu’à sa gestion réaliste et prudente.

Lorsque la révolte se généralise, elle devient une revanche contre ce qu’on a toujours vu de loin. Toute marchandise volée, toute technologie interrompue, tout lieu du pouvoir abattu permettent non pas de reconnaître leur valeur d’usage et d’échange, mais la destruction de ce qui est distant. A travers le pillage de ce qui nous emprisonne, ce sont également les bases de la communication policière qui sont attaquées. Dans la révolte on aime avec passion et on hait à l’infini.

Pour le réaliste, pour le gauchiste, l’efficacité est une mesure indiscutable. Ce qui fonctionne est ce qui est juste. Les pétitions, les négociations, les tables rondes sont vues comme des bienfaits pour mendier quelque chose à l’intérieur du monde actuel. Le réalisme du « ce qui existe, est ce que nous devons utiliser » est la logique de la misère et de la soumission. Pour se libérer de cette logique, un lieu différent à partir duquel regarder le monde et une position différente pour tenter d’agir peut brûler la séparation entre le rêve et la réalité. Plutôt que de partir de l’idée de s’adapter à la réalité pour la changer, on peut très bien choisir d’empoigner sa propre vie dans les termes que nous voulons. Libérer le désir des chaînes qui nous emprisonnent débute par un renversement de perspective : partir des passions déchaînées de nos rêves les plus sauvages pour interrompre la réalité. Si la bureaucratie du détail veut en permanence balayer l’immédiateté d’un sens incompréhensible pour ceux qui ne veulent pas rêver, est-ce un problème ? Si les moments oscillent entre réalisme, politique et simple militantisme, qu’est-ce que nous pouvons attendre ?

La transformation sociale n’est pas une science, et il n’existe aucun mécanisme historique qui nous conduira à la liberté. Compter ceux qui y participent, vérifier la couverture médiatique et faire des prévisions de bilan est tout ce qui concerne la mesure, c’est-à-dire les carcans de la réalité. L’excès qui brise tout calcul et les désirs effrénés nous invitent à comprendre que la domination n’est pas un organisme, qu’elle n’a aucun coeur à attaquer, mais qu’elle se trouve partout. Se déplacer ailleurs, parce qu’il ne s’agit pas de vaincre ou de perdre comme dans l’esprit obsédé de tout militant, signifie alors tenter de vivre la seule vie dont on dispose en tentant de la vivre à sa manière.

Et donc, qu’est-ce qu’on en fait, du feu français ? C’est simple, saisissons l’occasion.

Un ami de Poe*

* NdT : Ce numéro mensuel de Frangenti est sous-titré d’une citation d’Edgar Allan Poe disant : « Ceux qui rêvent en plein jour savent beaucoup de choses / qui échappent à ceux qui ne rêvent que la nuit ».

[Traduit de Frangenti (Italie) n°35, février 2019, p.3]

Lieux communs

   Nous sommes tous nés et avons grandi dans ce monde de supermarchés et de banques, de casernes et de tribunaux, où faire la queue et demander la permission.

Mais sommes-nous vraiment convaincu que c’est le seul possible ? Il semblerait que oui, si l’on considère la réaction provoquée par ceux qui contestent certains lieux communs.

   Si quelqu’un remet en doute la nécessité de l’état, par exemple, il est soupçonné de vouloir le viol et le meurtre à chaque coin de rue. Pourtant, une organisation sociale basée sur l’autonomie et la responsabilité des individus favoriserait une diminution des « crimes », pas leur augmentation. En outre, l’absence de forces de l’ordre pousserait les gens à apprendre à se défendre, afin de ne pas rester à la merci des abus. Enfin, l’Etat ne peut pas empêcher cependant, la survenance de tels actes, tout au plus essayer de les punir (à condition que ce ne soient pas leurs propres hommes à les faire).

   Si quelqu’un met en doute la nécessité du travail, on le prend en dérision de vouloir vivre couché en attendant qu’un fruit mûr lui tombe dans la bouche de l’arbre. Pourtant, le travail n’est pas synonyme d’activité humaine, tout comme l’état n’est pas synonyme d’organisation sociale. Le travail est l’exploitation de l’activité humaine, sa réduction à la production de biens et services. Le travail est rarement choisi, on prend celui qui nous est offert (même le plus nocif et insensé). On produit des marchandises de mauvaise qualité et fournit des services médiocres au nom de quelqu’un d’autre. On turbine seulement pour obtenir de l’argent avec lequel acheter des produits de mauvaise qualité et payer pour des services médiocres. Le travail est le nom donné à l’activité humaine quand nous vendons notre corps à l’économie de marché pour survivre.

Oil Pump Jack, Sunset, Clouds  Si quelqu’un met en doute la nécesité des centrales à charbon et des pipelines, de parcs éoliens ou solaires, il est accusé de vouloir tuer les malades dans les hôpitaux ou de vouloir que les gens en bonne santé se retrouvent dans l’inconfort. Pourtant l’énergie nécessaire à l’être humain pour vivre (même bien) est une infime partie de ce qui est produit dont la majorité écrasante est nécessaire juste faire des affaires, faire de la politique, faire des guerres.

   Nous n’avons pas besoin de l’état, nous pouvons nous auto-organiser sans être organisé par d’autres. Nous n’avons pas besoin de travail, nous pouvons construire et créer sans avoir à produire au nom des autres. Et nous n’avons pas besoin d’énormes quantités d’énergie, nous pouvons vivre sans avoir à dévaster et piller la planète qui nous héberge.

La seule chose à faire est de sortir des lieux communs.

Extrait de Tilt (apériodique de lutte contre le TAP)

tiltap.noblogs.org

Le contrôle technologique

Il est difficile de saisir le niveau d’incompréhension dans lequel nous sommes presque tous en ce qui concerne l’un des principaux objectifs de la technologie, le contrôle.

Le pouvoir, à tous niveaux, cherche à connaitre les réactions des dominés, des préférences alimentaires aux niveaux moyens d’instruction des choix politiques en général aux orientations spécifiques (la droite et la gauche sont désormais obsolètes), des choix d’habillement à la distribution des revenus, tout comme tant d’autres choses rapidement enregistrées et tout aussi rapidement éliminés par la recherche statistique.

De gros efforts et de nombreux investissements ont été consacrés pour comprendre ces flux d’orientations et pour les maintenir sous contrôle, les empêchant de formuler des demandes excessivement précises et peu prévisibles. Ainsi quand sont apparus (plus ou moins) à l’improviste des comportements jamais observés auparavant, comme dans le cas de mai 68 par exemple, non seulement, le pouvoir a rapidement cherché à les analyser, mais en examinant de manière approfondie le phénomène, s’est aperçu rapidement que les nouvelles tendances n’étaient pas tout à fait hors de contrôle et qu’il suffisait d’ajuster un peu le contrôle sur la circulation de certains modèles de fonctionnement prédominants pour que tout retourne vers la soi-disant normalité.

La présence massive de la technologie dans n’importe quel aspect de la vie sociale  contemporaine n’est pas pleinement comprise si nous n’analysons pas le vieux dualisme entre humanisme et technique. Cette séparation s’est tout d’abord affaiblie puis a complètement disparu à cause de l’affaiblissement du niveau de culture générale moyen. D’un côté les études techniques, même au niveau universitaire, forment principalement des ouvriers spécialisés malgré leur diplôme, alors que le secteur humaniste, qui devrait faire la différence d’un point de vue culturel, poussant les techniciens à dépasser leur environnement mecanico-technique fermé, s’est appauvri au point de produire à peine quelques lettrés. Il y a encore quelques exceptions, quelques centaines de personnes particulièrement suivies par le pouvoir, utilisées pour améliorer leurs systèmes de recherche et leurs projets de contrôle.

En soi, l’accès à la technologie dans le domaine culturel a favorisé l’appauvrissement général, puisque pour certaines utilisations de la recherche, excluant donc la simple exécution des projets, il n’y a pas besoin de grandes exigences culturelles mais seulement de compétences techniques spécifiques. Dans ces conditions, il est devenu extrêmement difficile, voire impossible, de comprendre l’intrusion de la technologie dans toute la vie de l’homme contemporain. Notre cerveau rendu débile nous pousse à penser qu’en éteignant simplement le téléphone portable de service ou en évitant les circuits de vidéosurveillance, nous pouvons nous opposer à un processus qui à non seulement d’autres potentialités mais aussi bien d’autres intentions. Continue reading « Le contrôle technologique »

La nuit porte conseil ?

La nuit porte-t-elle conseil ? Est-elle capable de transformer nos rêves en réalité ? Depuis l’Empire romain, le pouvoir éclaire les rues urbaines, y compris en période de pleine lune, pour que ses gardes et ses vigilants citoyens ne soient pas pris au dépourvu par quelque insomniaque aux intentions tout sauf pacifiques. Portes verrouillées, alarmes anti-intrusion, yeux électroniques haut perchés, patrouilles armées et éclairage de nuit semblent ainsi à même de garantir aux puissants et à leurs larbins un sommeil apparemment bien mérité. Mais voilà, tout ne peut pas être aussi rose au royaume de la domination. Il n’en faut parfois même pas beaucoup pour que leur doux songe d’une servitude volontaire totale ne se transforme en cauchemar assuré : il suffit en fait que surgissent des individus -ce petit élément irréductible à la gestion de masse- armés de désirs singuliers et de franche détermination. De désirs de destruction et d’une détermination à même de franchir les obstacles placés sur leur route, comme ce lundi 28 janvier nous en apporte la nouvelle.

Dimanche soir vers 19h, un incendie s’est déclaré dans la résidence du sous-préfet de Pontivy (Morbihan). Il s’agit non pas d’un de ces court-circuits derrière lesquels l’Etat entend masquer le fait que des malotrus puissent vouloir attaquer les institutions laïques ou religieuses, mais bien d’un incendie volontaire. Oui oui, jusque dans le salon même des appartements officiels du Môssieur à la casquette brodée d’or. A la nuit tombée, des individus ont en effet fracturé les portes-arrières de la sous-préfecture, puis se sont rendus directement sur place, où plusieurs molotovs ont été jetés, lançant les flammes à l’assaut du lieu sacré du pouvoir. C’est le prompt retour chez lui du délégué-en-chef du ministère de l’Intérieur qui a permis de limiter les dégâts en alertant les pompiers, selon sa collègue procureure de la République de Lorient, qui a ouvert une enquête criminelle pour « dégradation d’un bien par un moyen dangereux pour les personnes commise en raison de la qualité de personne dépositaire de l’autorité publique utilisatrice du bien ». Rien que ça.

Un peu plus tard dans la nuit, vers 2h30 du matin à l’autre bout du pays, les pompiers sont cette fois arrivés trop tard : le rez-de-chaussée du porte-parole régional de l’Etat, celui de la radio France Bleu, a été incendié à Grenoble (Isère). Là encore, des individus ont fracturé la porte arrière de service, avant de lancer leurs flammes en deux points distincts à l’intérieur, contre les bureaux des journaflics (plus précisément le poste de travail du rédacteur en chef) et contre le comptoir d’accueil de la radio. Quant à la suite, voici l’avis d’expert du directeur d’antenne : « Au rez-de-chaussée, là où le cœur de la radio battait jour et nuit, il ne reste rien. L’ensemble des studios et salles de travail a été totalement ravagé. Les ordinateurs, les télévisions, les imprimantes et photocopieuses, ainsi que tout le matériel permettant aux journalistes et animateurs de travailler au quotidien,  ne sont plus que d’informes masses de plastique fondu. Les faux plafonds ont été détruits et les murs sont couverts de suie. » La propagande d’Etat de France Bleu Isère s’est tue une bonne partie de la journée, avant de reprendre péniblement du service chez leurs collègues de France 3 Alpes. Selon les premières estimations, il y aurait trois à six mois de travaux pour remettre les locaux en état, notamment à cause du système électrique entièrement à refaire.

La nuit porte-t-elle conseil ? Est-elle capable de transformer nos rêves en réalité ? En tout cas, malgré les dispositifs de l’Etat pour protéger ses bâtiments, une sous-préfecture ici ou un studio de radio là, il semble bien que jusqu’au centre des villes, elle puisse encore sourire aux cueilleurs d’étoiles. A toutes celles et ceux qui n’entendent ni subir sans rendre de coups ni se résigner au monde de l’autorité ; à tous ces individus qui frappent le pouvoir où et quand il ne les attend pas. Quant aux cris d’orfraie venus des autorités de tous bords pour vilipender une liberté en acte qui s’est une nouvelle fois défait avec audace d’une structure policière, comment ne pas se souvenir des mots d’un autre amant lucide de la liberté ? « Au mains de l’Etat, la force s’appelle droit. Aux mains de l’individu, elle se nomme crime »…

Pontivy :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/01/28/97001-20190128FILWWW00081-morbihan-la-sous-prefecture-de-pontivy-visee-par-un-incendie-criminel.php
Grenoble en images :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/video-france-bleu-isere-publie-images-degats-interieur-leurs-locaux-ravages-incendie-criminel-1614749.html

reçu par mail

Le proc’ fait la leçon

Après les incendies des locaux de France Bleu et celui d’un local technique de l’émetteur TDF à Grenoble les 28 et 29 janvier, une revendication est parue sur Indymedia Nantes. Celle-ci précise notamment le choix de le publier d’abord là : « Parce qu’il permet d’être lu·e·s par des compas’ connu·e·s ou inconnu·e·s, parce qu’il « garantit » notre anonymat et qu’il est libre pour la publication » (https://nantes.indymedia.org/articles/44367). Bien entendu, ce communiqué qui explicite plusieurs raisonnements à propos des médias -en citant par exemple avec ironie une des célèbres prestations télévisées du faux-ami Mathieu Burnel- a été relayé in extenso par différents sites anarchistes.

Cet après-midi 30 janvier, au lendemain de la sortie de ce communiqué, le procureur de Grenoble qui supervise les investigations a tenu à faire savoir lors d’une conférence de presse que pour lui « il ne s’agit pas d’une revendication ». Ben voyons ! C’est d’ailleurs le même qui avait déjà lancé cette ritournelle en passe de devenir un véritable mantra, « revendication opportuniste », à propos de la destruction enflammée de l’église Saint-Jacques dans cette même ville il y a deux semaines, joliment signée par des « courts-circuits ». Ce type est du genre fanatique obtus de la statistique, qui préférera logiquement toujours le quantitatif au qualitatif, le 95% au 5%. Ce type s’appelle Eric Vaillant, c’est un nouveau venu dans la place iséroise, parachuté de Guyane le 1er janvier 2019 pour remplacer son prédécesseur parti en retraite. Et comme cela arrive souvent avec les nouveaux rouages zélés de la chaîne répressive, il entend d’emblée poser ses propres marques pour confirmer à ses maîtres la justesse de leur choix. S’il a ainsi annoncé dès sa prise de fonction qu’une « de [ses] priorités sera de développer les comparutions immédiates », il a aussi développé une conception très particulière de ce que doit être une revendication en bonne et due forme. Une conception qui correspond plutôt bien avec un étroit cerveau autoritaire de procureur, celle de groupes formels stables qui font pression sur l’Etat en lui fournissant des indications suffisamment précises pour qu’il puisse en retour les prendre en considération, sur le modèle tout droit issu des groupes luttarmatistes marxistes-léninistes ou nationalistes des années 70.

Ainsi, selon ce graaand expert es-revendications, pour être considérée comme telle, « Une revendication, c’est dire : ‘Nous sommes le groupe Untel, nous revendiquons les faits et nous les avons commis de telle façon’. Ce qui est important aussi, c’est que ceux qui revendiquent donnent, et ça a été le cas par le passé, des indications sur leur mode opératoire qui permettent aux enquêteurs de justifier de cette revendication. Pour l’instant je ne vois vraiment rien de tel. ». Pas de bol pour lui, beaucoup de subversifs anti-autoritaires non seulement ne revendiquent pas systématiquement leurs attaques, mais surtout ne s’inscrivent ni dans ce genre de schémas-là ni dans aucun autre, forts de leur autonomie à la fois individuelle et projectuelle. Ils brisent les cadres établis en n’ayant d’autre référent que leur propre conscience, en ne s’adressant ni à la masse captive ni au pouvoir, mais à d’autres individus révoltés. Pas de bol pour lui, qui aimerait tant que ses petits enquêteurs acquièrent des certitudes en béton armé, beaucoup de subversifs anti-autoritaires se contrefichent des formulaires de certification exigés par les défenseurs de l’ordre et tous leurs perroquets médiatiques. A l’heure où la domination entend normer chaque aspect de l’existence, jusque ses plus intimes, il ne manquait plus que l’entrée en scène grand-guignolesque d’un carriériste qui vienne faire la leçon sur comment laisser libre cours à l’imagination rédactionnelle !

De toute façon, comme le concluait justement le texte du communiqué des derniers incendies grenoblois, les insomniaques qui se battent contre toute autorité ne dialoguent pas avec l’ennemi, ils l’attaquent, en murmurant parfois à l’oreille de celles et ceux qui savent encore recueillir les mots sortis du chœur : « Un bravo aux individu·e·s, enfin, qui, par monts et par vaux, perpétuent l’attaque et veulent tout mettre à sac. » Et on ne sache pas que le nouveau procureur de Grenoble Eric Vaillant, loin d’être aussi ouvert d’esprit ou Auguste que son homonyme, soit donc concerné en quoi que ce soit par ce texte, vu que ce magistrat comme le veut son opportune fonction, n’attaque absolument rien, sinon la liberté. Ce crime qui contient tous les autres.

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/incendie/france-bleu-isere-l-incendie-revendique-sur-un-blog-anarcho-libertaire_3167699.html

 

reçu par mail

L’Utopie

Cela fait un bon moment que je pense à écrire sur certains sujets, et des quelques textes que j’ai lus, il m’a semblé comprendre que ce sur quoi je souhaite écrire est un sentiment présent chez d’autres compagnons.

Il s’agit d’une exigence que je ressens depuis toujours, et qui non seulement ne s’est jamais apaisée, mais au contraire a occupé ces derniers temps toujours plus d’espace dans mes réflexions : je parle de l’Utopie. Son idée me poursuit avec une insistance nouvelle et plus forte, et c’est peut-être dû au fait que sa quête soit devenue lentement mais inexorablement moins obsédante au sein de ce qu’on peut génériquement définir comme le mouvement anarchiste. C’est en tout cas mon impression.

Peut-être est-ce suite aux désillusions des années passées qui n’ont produit que ce qui a été perçu comme des défaites, suite à la fatigue des coups retentissants (plus moraux que physiques) qu’il est toujours possible d’encaisser lorsqu’on lutte, sans compter la perspective de ne jamais voir se réaliser ses propres rêves les plus fous, mais il me semble qu’il y a dans l’air une certaine tendance à se contenter de peu : mieux vaut gagner une petite lutte qui donne le moral plutôt que d’encaisser une autre défaite en tentant une victoire définitive. Mieux vaut réussir à ajuster un peu les choses de cet existant misérable plutôt que risquer de ne jamais l’améliorer en tentant de le bouleverser définitivement. La recherche permanente d’adaptation aux situations qu’offre notre époque est en train de supplanter la tension qui empêchait de s’adapter ; la frénésie de faire quelque chose à tout prix pour se sentir vivant et actif risque de se substituer à la capacité d’analyse et de critique nécessaires pour développer sa propre projectualité. On en arrive même à faire ce que tout le monde fait et à parler comme tout le monde parle, parce qu’utiliser un langage différent nous rendrait incompréhensibles et qu’on risquerait de demeurer isolés. On participe tous aux mêmes luttes mais, comme si ça ne suffisait pas, on le fait tous de la même manière, utilisant les mêmes moyens qui à long terme mènent à la stérilité, à moins de découvrir qu’à force de parcourir ce que le mouvement anarchiste faisait avant, nous ayons avorté notre capacité imaginative, atrophiant l’imagination utile pour continuer les luttes qui nous avions entreprises…

Et ces luttes mêmes ? De moyen vers quelque chose de plus vaste et plus grandiose, elles risquent de se transformer en fin en soi, et c’est là qu’on perd de vue l’Utopie. Il m’arrive toujours moins souvent de parler avec des compagnons des rêves plus grands, non pas entendus comme des rêves éveillés à mettre de côté une fois qu’on a fini de rêver, mais comme une sublime aspiration vers laquelle tendre, comme quelque chose à poursuivre pour tenter de les réaliser. L’Utopie ne représente pas pour moi une île qui n’existe pas dans ce monde, mais quelque chose qui envoie le sang au coeur et au cerveau, une idée qui n’offre pas de trêve ; c’est la tension qui me pousse à agir et la conscience qui permet de dépasser la peur. L’Utopie est une des raisons pour lesquelles je suis anarchiste, parce que elle seule m’offre la possibilité de lutter non pas uniquement pour un monde nouveau, mais pour quelque chose qui n’a jamais été réalisé. Voilà mon Utopie : la tentative de concrétiser ce quelque chose jamais accompli, l’aspiration à vivre dans un monde qui ne soit pas celui d’aujourd’hui et pas non plus celui d’il y a quelques milliers d’années. Quelque chose qu’il n’est possible de tenter qu’à travers un moment de rupture insurrectionnelle, un moment qui signifierait uniquement l’ouverture d’une possibilité, qui puisse me faire approcher d’un gouffre profond et d’éprouver le vertige, laissant ouverte la possibilité qu’au fond il y ait quelque chose de terriblement fascinant ou d’absolument terrible. Un saut dans l’inconnu, en somme, sans savoir par avance comment devra être la société que je désire, mais en partant de tout ce que je ne désire pas. Penser l’impensable, donc, comme condition préliminaire pour tenter l’impossible.

« Celui qui contemple la fin dès le début, celui qui a besoin de la certitude de l’atteindre avant de commencer, n’y arrivera jamais »

A. Libertad

[L’utopia – Tairsia, foglio aperiodico di critica sociale, nr. 1 – octobre 2011, en français ici https://salto.noblogs.org]

Extraits

“L’anarchisme ne peut être vu comme une mission, un mode de vie ou une sous-culture, mais une tension qui déclenche la révolte à l’intérieur de soi-même, une transformation constante qui, en explosant, cherche à tout balayer. En nous et autour de nous. En nous entourant de prothèses, d’altérations, de béquilles, nous nous alourdissons. Nous nous donnons plus de chaînes.”

 

Drogue

J’aime la drogue. Comment ne pourrais-je pas ? Pourquoi renoncer à quelque chose qui me fait du bien, capable d’altérer, à différents niveaux, mon état de conscience m’immergeant dans une atmosphère de bien-être psychologique et physique qui me comble. Après tout, il est facile de se sentir faibles et impuissants une fois que nous réalisons que nous ne vivons pas dans le meilleur des mondes, mais dans un environnement où nous absorbons continuellement le conditionnement de nos goûts, sentiments, opinions et impulsions et sommes même amenés, d’une manière ou d’une autre, à contribuer à leur redéfinition constante.

Une fois que nous réalisons que, dans un monde de massacres et d’assassins, lutter contre tous les rôles, y compris ceux que nous adoptons continuellement, et tenter d’attaquer ne mènera pas à la victoire, il n’est pas étonnant qu’entre une activité militante et une autre, une discussion et une autre, nous cherchons désespérément refuge dans un état de conscience altéré dans lequel il est possible de projeter, de manière illusoire, l’idée de lutte, l’idée de l’attaque. Je me sens comblée dans mon état altéré, je ne ressens plus le besoin de creuser en profondeur, d’aller jusqu’au bout, j’ai tout ce qu’il me faut. Trouver refuge est une des façons qui m’aide à vivre avec ce monde et à vivre ma vie. Et si en ma compagnie, pendant que je profite de cet état de conscience modifié, je me retrouve en compagnie de personnes avec qui j’échange habituellement quantité de mots sur l’utilisation du feu et contre toutes les règles, le plaisir est encore plus fort, et aussi plus acceptable.

Comme partout ailleurs, la drogue se répand rapidement aussi dans les dites relations sociales entre compagnons. Bien que nous connaissions clairement les effets de certaines substances sur les interactions entre individus (inhibitions réduites, jovialité, la possibilité de s’extraire de la réalité, etc.), en les transformant en sujets passifs comme tant d’autres, elles sont encore largement utilisées.

Mais ce serait une erreur de voir la drogue comme le problème et pas comme l’un des problèmes. La société est déjà en train de stigmatiser cette dernière comme l’une de ses principales souffrances, cette même société basée sur la production et la promotion de dépendances de toutes sortes. Continue reading « Extraits »

Prisonniers d’un seul monde

Résultat de recherche d'images pour "combat noir et blanc" Si nous n’étions pas profondément insatisfaits de ce monde, nous n’écririons pas sur ce journal et vous ne liriez pas cet article. Il est donc inutile d’ajouter autre chose pour réitérer notre aversion pour le pouvoir et ses manifestations. Ce qui au contraire ne semble pas inutile, est d’essayer de comprendre si une révolte qui ne se pose pas ouvertement, résolument, contre l’État et le pouvoir est possible.

La question ne doit pas sembler singulière. Il y a en effet ceux qui, dans la lutte contre l’État, ne voient qu’une confirmation ultérieure de combien il est entré en nous, parvenant à déterminer – même de manière négative – nos actions. Avec sa présence encombrante, l’État nous détournerait de ce qui devrait être notre véritable objectif : vivre la vie à notre manière. Si nous pensons renverser l’Etat, l’entraver, le combattre, nous n’avons pas le temps de réfléchir à ce que nous voulons faire. Au lieu d’essayer de réaliser nos souhaits et nos rêves ici et maintenant, nous suivons l’État où qu’il aille, devenant son ombre et procrastinant sans cesse nos projets. À force d’être antagonistes, d’être contre, on finit par ne plus être des protagonistes, en faveur de quelque chose. Si nous voulons donc être nous-mêmes, nous devons cesser de nous opposer à l’État et commencer à le considérer non plus avec hostilité, mais avec indifférence. Plutôt que d’œuvrer pour détruire son monde – le monde de l’autorité – il vaut mieux construire le nôtre, celui de la liberté. Nous devons cesser de penser à l’ennemi, à ce qu’il fait, où il est, comment le frapper et nous consacrer à nous-mêmes, notre « vie quotidienne », nos relations, nos espaces qui doivent être étendus et améliorés de plus en plus. Autrement, nous ne ferons rien d’autre que de suivre les échéances du pouvoir.

Aujourd’hui, de tels arguments foisonnent au sein du mouvement anarchiste, à la recherche perpétuelle de justifications déguisées en analyses théoriques, qui justifient son inaction totale. Il y a ceux qui ne veulent rien faire parce qu’ils sont sceptiques, certains parce qu’ils ne veulent pas imposer quelque chose à autrui, d’autres parce qu’ils considèrent le pouvoir trop fort pour lui et d’autres parce qu’ils ne veulent pas suivre les rythmes et les époques; chaque prétexte est bon. Mais ces anarchistes, auront-ils un rêve capable de d’enflammer leur coeur?

Pour se débarrasser de ces excuses misérables, il convient de rappeler quelques points. Il n’y a pas deux mondes, le leur et le nôtre, et même si ces deux mondes existaient, ce qui serait absurde, comment pourraient-ils cohabiter ? Il n’existe qu’un seul monde, celui de l’autorité et de l’argent, de l’exploitation et de l’obéissance : le monde dans lequel nous sommes obligés de vivre. Il n’est pas possible de nous appeler. C’est pourquoi nous ne pouvons pas permettre l’indifférence, c’est pourquoi nous ne pouvons pas l’ignorer. Si nous sommes opposés à l’État, si nous sommes toujours prêts à saisir l’occasion de l’attaquer, ce n’est pas parce que nous sommes indirectement façonnés, ce n’est pas parce que nous avons sacrifié nos désirs sur l’autel de la révolution, mais parce que nos désirs sont inatteignables tant qu’il y a Etat, tant qu’il y a un pouvoir. La révolution ne nous détourne pas de nos désirs, mais au contraire elle est la seule possibilité qui donne les conditions pour leur réalisation. Nous voulons subvertir ce monde, le plus tôt possible, ici et maintenant, car ici et maintenant, il n’y a que des casernes, des tribunaux, des banques, du béton, des supermarchés, des prisons. Ici et maintenant, il n’y a que l’exploitation. Tandis que la liberté, ce que nous entendons par liberté, celle là n’existe vraiment pas.

Cela ne signifie pas que nous ne devons pas créer des espaces qui nous appartiennent pour expérimenter les relations que nous préférons. Cela signifie seulement que ces espaces, ces relations ne représentent pas la liberté absolue que nous voulons, pour nous ainsi que pour tout le monde. Ils sont un pas, un premier pas, mais pas le dernier, encore moins le dernier. Une liberté qui se termine au seuil de notre maison occupée, de notre commune «libre», ne nous suffit pas, elle ne nous satisfait pas. Une telle liberté est illusoire car elle nous permettrait seulement de rester chez nous et de ne pas quitter les frontières que nous nous sommes fixées. Si nous ne considérons pas la nécessité d’attaquer l’Etat (et sur ce concept «d’attaque», il y auari beaucoup à dire), nous ne lui permettons pas en fin de compte de rester à son aise, nous limitant pour survivre dans la petite «île heureuse»qu’on se sera construite. Se tenir à l’écart de l’État signifie préserver la vie, lui faire face signifie vivre.

Continue reading « Prisonniers d’un seul monde »

L’occasion fait …

« Souviens-toi que tous les instants qui nous ont couronnés toutes les routes radieuses que nous avons ouvertes iront sans fin vers leur lieu anxieux vers leur bouton en fleur à l’horizon et que de cette quête exténuante et précise nous n’aurons d’autre signe que de savoir qu’elle ira là où l’un pour l’autre nous aurons vécu »

Mário Cesariny

Le compte a rebours est parti tellement de fois, que nous donnons désormais tous les chiffes en vrac. La détonation n’a pas encore percé les tympans, mais la tension monte, monte, monte… jusqu’à prendre les traits du règlement de comptes. À l’intérieur comme à l’extérieur du Palais, tout le monde a commencé à protester. Le roi Ubu proteste contre ceux qui ont l’audace de le critiquer, ses rats qui le voient couler protestent, ses rivaux qui ne savent plus pour quel candidat voter protestent, ses employés (des magistrats aux diplomates, en passant par les policiers) qui n’ont pas les moyens de travailler protestent, ses sujets qui n’ont pas de travail pour se faire exploiter protestent, ses ennemis qui ne savent plus quoi faire protestent. Et les rares qui restent silencieux savent déjà que bientôt viendra leur tour de protester.

Grande est la confusion sous les cieux, mais on ne peut pas dire que la situation soit prometteuse. Le feu grec reste mystérieux, tandis que dans la boutique en bas de chez soi ne restent disponibles que de secs biscuits [tarallucci] italiens. Plus que critiquer, on déplore. Plus que prétendre, on demande. Plus que blasphémer, on prie. Et si les « sacro saintes » revendications ne sont pas écoutées, patience ; on se serrera la ceinture.
Et quand les derniers trous seront passés, qu’arrivera-t-il ?

Pour l’instant, la plupart du temps la colère qui éclate se dévore elle-même. Le nombre de malades et de suicides augmente inexorablement, tandis que les belles mains des assassins (et belles ne sont que celles qui ne portent pas d’uniforme) sortent rarement des poches. Comme si la vie, déçue par ses espoirs de survie et sans aucune autre perspective, était pressée d’en finir. Mais le suicide est une vocation et les pathologies durent trop longtemps. Il faut trouver une cible, un objectif commun contre lequel décharger toute cette rage qui s’accumule.

Malheureusement, ceux qui parviennent à la pointer, ce n’est pas nous. La voix intérieure qui nous susurre à la tête et au cœur se tait, elle semble s’être épuisée. A sa place s’élève, déformé, le vacarme environnant extérieur. Ce n’est pas une voix humaine qui questionne ce que nous entendons, mais un coassement qui se contente de rendre compte des propos des médias. Ces médias qui nous « informent » à domicile 24 heures sur 24, sur le politicien pour lequel voter, le fait divers sur lequel bavarder, l’opinion à exprimer, le slogan à répéter, le désir à réaliser, la chanson à fredonner, la marchandise à acquérir, le programme à regarder, le problème à résoudre, le livre à lire, la tragédie à déplorer, l’habit à endosser, le succès à célébrer, le personnage à admirer… Eh bien, on peut être certains qu’ils nous indiqueront aussi l’ennemi à haïr et à tuer. Ils le font déjà. Lorsque les écrans de télévision s’éteindront, les flammes brûleront plus les baraques des pauvres que les villas et les palais des riches.

Pendant ce temps, dans notre petit coin du mouvement, tout se passe comme d’habitude. Nous, « enfermés dans notre tour d’ivoire », perdons notre temps à courir derrière des rêves toujours plus irréalisables (« Je conseille aux idées élevées de se munir d’un parachute », disait un bouffon aussi brillant que putride). D’autres, immergés dans leur flaque de merde, dépensent le leur en ayant recours à une réalité toujours plus misérable (peut-être faudrait-il aussi prévenir les idées basses que l’ascenseur est hors service). C’est une question de priorité, en somme.

Il est possible que nous finirons tous engloutis par l’abysse qui se profile, sous forme d’une implacable dictature à base de psychotropes et de barreaux ou bien d’une guerre civile impitoyable avec son corollaire de lynchages et de viols. Tâtonnant dans le vide, réussirons nous à apprendre à voler ? Impossible de le prévoir. Ce sera certainement une occasion, une terrible occasion, qui rappelle à l’esprit ce qu’un anarchiste écrivit quelques jours après la fin de la « semaine rouge »*, il y a presque un siècle : « Nous avons vu que les événements imprévus donnent ce qu’ils peuvent donner, mais pour réussir il faut être préparés méthodiquement selon des plans préétablis. Et nous avons vu à nouveau que des occasions peuvent surgir lorsqu’on s’y attend le moins et que, par conséquent, nous devons toujours être prêts ».

Au-delà du fait que l’irruption de l’imprévu envoie toujours valser tous les « plans préétablis », dont l’élaboration ressemble davantage à un exorcisme qu’à un projet, et que la prise de conscience de ce qui a eu lieu dans le passé n’a jamais empêché la répétition des mêmes erreurs dans le présent (comme en témoigne la fin des occupations d’usines en 1920, décrétée par les mêmes bureaucrates syndicaux qui ont déclaré la fin des grèves de l’été 1914, des bureaucrates en lesquels trop d’anarchistes avaient à nouveau fait confiance), le sens général de cette antique réflexion reste immuable.

Tout bouleversement, rompant le flux de la normalité, ouvre mille occasions. C’est à nous de savoir les saisir pour réussir déjouer, y compris le temps.

* NdT : La « semaine rouge » (settimana rossa) est une insurrection populaire partie d’Ancône pour se diffuser dans d’autres régions en juin 1914. Suite à l’assassinat policier de trois manifestants antimilitaristes, elle s’est transformée en grève générale avec barricades et occupations d’usines.

[Traduit de l’italien de l’apériodique anarchiste Machete (Florence) n°6, septembre 2010, p.2]

A quoi sert l’énergie ? (Mars 2017)

« Ils protestent contre l’énergie qui passe devant leur maison, mais ils la veulent bien chez eux ! » s’époumone ces jours-ci un philistin national-populaire face à ce qui est en train de secouer un petit village des Pouilles et de s’amplifier dans le reste de la région. Les affrontements entre forces de l’ordre et opposants se déroulent devant le site qui accueillera le chantier du Tap (Trans-Adriatic Pipeline), un gazoduc de 3000 kilomètres qui partira d’Azerbaïdjan jusqu’en Turquie (Tanap: Trans-Anatolian Natural Gas Pipeline), avant de passer en Grèce et en Albanie, de traverser la mer adriatique et d’accoster sur le littoral de Lecce. Dans cette lutte où il n’est pas toujours facile de comprendre où finit la raison et où commence le prétexte, le Salento n’est pas tout seul.

Standing Rock, par exemple, est une réserve indienne dans le Dakota du Nord, aux Etats-Unis. Hythe en revanche, est un petit village de moins de mille âmes, perdu au nord de l’Alberta, au Canada. Si on quitte le nouveau continent pour se déplacer en Europe, on tombe en Allemagne sur Niederzier, une commune de 15 000 habitants en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. En France aussi, nous viennent en tête plusieurs endroits, comme la Haute-Durance, dans les Hautes-Alpes, à la frontière avec le Piémont. Ou encore de petits bourgs en Bourgogne, en Haute-Vienne, dans la Loire, ou encore non loin de Paris. Tandis qu’en Finlande on pourrait citer Pyhäjoki ou le golfe de Botnie. Quel est le fil noir qui réunit tous ces points géographiques ? Pas seulement le fait que là aussi soient en construction – ou déjà en activité depuis des années, comme dans le cas allemand – des installations pour exploiter des ressources énergétiques, mais que ces projets voulus et imposés d’en haut rencontrent de fortes résistances d’en bas, avec des formes de lutte qui sortent souvent de l’étroitesse du légalisme pour déboucher sur une révolte ouverte (passant de la tristesse des pétitions à l’ivresse du sabotage). Pourtant, en tant que synonyme de force qui permet à la vie de se manifester, l’énergie ne court quasi pas le risque d’être remise en question. Tous la réclament, parce que personne n’aime la faiblesse, l’immobilisme, la paralysie (qui accompagnent le manque d’énergie). Ceci fait que l’accumulation d’énergie, l’extraction et l’exploitation de ses sources soit universellement perçu comme une évidence, toujours positive et donc bienvenue. On peut critiquer le recours à une source d’énergie particulière, jugée empoisonnante et dangereuse – comme celle atomique – mais pas le besoin en soi d’énergie. Ceci explique pourquoi d’un côté beaucoup d’opposants tendent plus à critiquer l’arrogance décisionnelle et les choix techniques portés par les différents projets énergétiques plutôt que leur objectif, et d’un autre côté que les concepteurs de ces projets affichent une sacrée stupeur chaque fois qu’on ose entraver ce qui à leurs yeux représente plus ou moins la continuation de la vie sur terre.
.

Aux États-Unis et au Canada par exemple, l’objectif des protestations est un oléoduc. De nombreuses tribus, à partir des Sioux, se sont mises sur le pied de guerre contre le Dakota Access Pipeline (Dap), le long des 2000 kilomètres qui séparent le Dakota du Nord de l’Illinois, bien qu’il soit quasi terminé. En plus des habituelles pétitions et des appels aux autorités (on en comptait près de 33 000 en septembre dernier), les descendants de Taureau Assis ont monté en avril un campement qui se voulait un centre pour la conservation culturelle et pour la résistance spirituelle contre l’oléoduc, bientôt rejoint par des milliers de manifestants de toutes couleurs. C’est là, au confluent de deux fleuves –dans un endroit considéré comme sacré par de nombreuses tribus– que se sont déroulées plusieurs manifestations au cours desquelles ont éclaté de violents affrontements avec les forces de l’ordre. Il semble que les Sioux s’opposent au passage de l’oléoduc sur leur territoire parce qu’il détruirait des sites historiques et religieux importants pour leur histoire et compromettrait leurs réserves d’eau, sans parler que la tribu n’aurait pas été suffisamment consultée. En face, la Energy Transfer Crude Oil insiste sur le fait que cet oléoduc –en plus d’être le système le plus sûr, le plus écologique et le plus économique pour transporter du pétrole– aiderait les États-Unis à être moins dépendants de pays instables et créerait des milliers d’emplois.

Continue reading « A quoi sert l’énergie ? (Mars 2017) »

Emma Goldman – La révolution sociale est porteuse d’un changement radical de valeurs

1. Les critiques socialistes, mais non bolcheviks, de l’échec de la Russie affirment que la révolution a échoué parce que l’industrie n’avait pas atteint un niveau de développement suffisant dans ce pays. Ils se réfèrent à Marx, pour qui la révolution sociale était possible uniquement dans les pays dotés d’un système industriel hautement développé, avec les antagonismes sociaux qui en découlent. Ces critiques en déduisent que la révolution russe ne pouvait être une révolution sociale et que, historiquement, elle était condamnée à passer par une étape constitutionnelle, démocratique, complétée par le développement d’une industrie avant que le pays ne devienne économiquement mûr pour un changement fondamental.

Ce marxisme orthodoxe ignore un facteur plus important, et peut-être même plus essentiel, pour la possibilité et le succès d’une révolution sociale que le facteur industriel. Je veux parler de la conscience des masses à un moment donné. Pourquoi la révolution sociale n’a-t-elle pas éclaté, par exemple, aux États-Unis, en France ou même en Allemagne ? Ces pays ont certainement atteint le niveau de développement industriel fixé par Marx comme le stade culminant. En vérité, le développement industriel et les puissantes contradictions sociales ne sont en aucun cas suffisants pour donner naissance à une nouvelle société ou déclencher une révolution sociale. La conscience sociale et la psychologie nécessaires aux masses manquent dans des pays comme les États-Unis et ceux que je viens de mentionner. C’est pourquoi aucune révolution sociale n’a eu lieu dans ces régions.

De ce point de vue, la Russie possédait un avantage sur les pays plus industrialisés et « civilisés ». Certes, elle était moins avancée sur le plan industriel que ses voisins occidentaux, mais la conscience des masses russes, inspirée et aiguisée par la révolution de Février, progressait si rapidement qu’en quelques mois le peuple fut prêt à accepter des slogans ultra-révolutionnaires comme « Tout le pouvoir aux soviets » et « La terre aux paysans, les usines aux ouvriers ».

Il ne faut pas sous-estimer la signification de ces mots d’ordre. Ils exprimaient, dans une large mesure, la volonté instinctive et semi-consciente du peuple, la nécessité d’une complète réorganisation sociale, économique et industrielle de la Russie. Quel pays, en Europe ou en Amérique, est prêt à mettre en pratique de tels slogans révolutionnaires ? Pourtant, en Russie, au cours des mois de juin et juillet 1917, ces mots d’ordre sont devenus populaires ; ils ont été repris activement, avec enthousiasme, sous la forme de l’action directe, par la majorité de la population paysanne et ouvrière d’un pays de plus de 150 millions d’habitants. Cela prouve l' »aptitude », la préparation du peuple russe pour la révolution sociale.

En ce qui concerne la « maturité » économique, au sens marxien du terme, il ne faut pas oublier que la Russie est surtout un pays agraire. Le raisonnement implacable de Marx présuppose la transformation de la population paysanne en une société industrielle, hautement développée, qui fera mûrir les conditions sociales nécessaires à une révolution. Mais les événements de Russie, en 1917, ont montré que la révolution n’attend pas ce processus d’industrialisation et – plus important encore – qu’on ne peut faire attendre la révolution. Les paysans russes ont commencé à exproprier les propriétaires terriens, et les ouvriers se sont emparés des usines, sans prendre connaissance des théorèmes marxistes. Cette action du peuple, par la vertu de sa propre logique, a introduit la révolution sociale en Russie, bouleversant tous les calculs marxiens. La psychologie du Slave a prouvé qu’elle était plus solide que toutes les théories social-démocrates.

Cette conscience se fondait sur un désir passionné de liberté, nourri par un siècle d’agitation révolutionnaire parmi toutes les classes de la société. Heureusement, le peuple russe est resté assez sain sur le plan politique : il n’a pas été infecté par la corruption et la confusion créées dans le prolétariat d’autres pays par l’idéologie des libertés « démocratiques » et du « gouvernement au service du peuple ». Les Russes sont demeurés, sur ce plan, un peuple simple et naturel, qui ignore les subtilités de la politique, des combines parlementaires et les arguties juridiques. D’un autre côté, son sens primitif de la justice et du bien était robuste, énergique, il n’a jamais été contaminé par les finasseries destructrices de la pseudo-civilisation. Le peuple russe savait ce qu’il voulait et n’a pas attendu que des « circonstances historiques inévitables » le lui apportent sur un plateau : il a eu recours à l’action directe. Pour lui, la révolution était une réalité, pas une simple théorie digne de discussion.

Continue reading « Emma Goldman – La révolution sociale est porteuse d’un changement radical de valeurs »

Le grand défi

Rien ne semble échapper à la reproduction sociale, rien ne semble être en mesure de s’opposer à l’éternel retour de la plus mortelle des habitudes : le pouvoir. Des grèves sauvages qui s’arrêtent après la concession de quelques miettes, des protestations populaires auxquelles manque seulement la satisfaction de leur revendication sereine pour devenir des consensus de masse, l’abstention politique qui se précipite dans les urnes à l’appel de nouveaux politiciens, des révolutions sociales triomphantes lorsqu’elles obtiennent un changement de la garde… « Fallait-il que la routine eût de longues dents pour que nous en soyons là aujourd’hui ! » disait un vieux surréaliste.

C’est comme si toute révolte contre l’insupportable condition humaine était déchiquetée par les longues dents du vieux monde, comme si toute sa rage et son énergie étaient happées dans l’orbite institutionnelle. Cela confirmerait presque les tristes observations d’un célèbre anthropologue libertaire français, selon lequel au cours de l’histoire le passage de la liberté à l’autorité s’est toujours effectué à sens unique, sans exception. Il n’y a pas d’alternances possibles ni de retours en arrière. Une fois établi, l’État est destiné à durer pour l’éternité. Ainsi, la seule tâche de la révolte serait de stimuler le réformisme, ouvrant la voie au gouvernement du moindre mal.

Il va de soi que ceux qui ne sont pas disposés à accepter cette résignation érudite ne peuvent que s’interroger sur la manière de briser ce cercle vicieux, sur comment interrompre cette malencontre dont parlait l’anthropologue. Une question énorme, peut-être insoluble, composée d’innombrables facettes. A notre avis, un des éléments à prendre en compte est l’absence de… de notre… franchement, nous ne savons pas quelle est la meilleure définition. Quelqu’un pourrait peut-être le définir comme l’esprit du temps, entendu comme une tendance culturelle répandue à une époque donnée. Quelqu’un d’autre appellerait probablement cela un imaginaire collectif, ensemble de symboles, d’images et d’idées qui forment le substrat de la vie mentale. Mais nous, qui n’apprécions pas du tout la foi implicite dans ces deux définitions, préférons grandement soutenir la nécessité d’un monde qui nous soit propre, dans le sens d’un univers mental autonome. Nous sommes persuadés que les moments de rupture avec l’ordre dominant ne réussissent pas à durer, non seulement à cause de toutes les difficultés opérationnelles qui surgissent dans de telles circonstances, mais aussi parce que –dans la tête, dans la bouche, dans le cœur et dans les tripes des insurgés– n’existe que le monde de l’État, le seul dont tous aient eu une expérience directe, concrète, quotidienne. Un monde qui, excepté pendant la brève période d’impétuosité de la révolte, revient tôt ou tard.

L’autorité et l’obéissance ont évidemment modelé l’esprit du temps et colonisé l’imaginaire collectif. Ils représentent les pôles magnétiques de ce qu’on appelle généralement la culture, réussissant à bannir tout doute sur le fait que ce monde –c’est-à-dire celui où nous vivons, celui où nous sommes contraints de vivre– est le seul possible. Nous devons y croire, point final. Ce résultat n’a rien de naturel, il n’a été obtenu que récemment au terme d’un long processus de domestication sociale. A la différence d’un passé troublé par des hérésies, des utopies et des classes dangereuses, aujourd’hui aucune jungle luxuriante en marge de l’ordre civil ne le menace. A la limite, il reste un désert. Comme si en dehors de l’État et de sa vie au garde-à-vous ne pouvait pas exister tout autre chose, mais seulement rien d’autre. Le rien le plus désolant. Et comme personne n’aime vivre dans le désert, excepté peut-être quelque ermite plus ou moins digne ou plus ou moins rancunier, il va de soi que ce monde de parlements et de banques, d’usines et de bureaux, de tribunaux et de prisons, de supermarchés et d’autoroutes… a fini par devenir le seul monde et l’unique modèle à disposition de l’être humain. Tant matériellement qu’idéalement, il est perçu comme un point de référence impératif et totalisant, susceptible au mieux d’une configuration différente de ses éléments déjà présents. Si les barricades cessent de servir d’exutoire pour se transformer en tremplin vers un siège électoral, si les insurgés se retrouvent à réclamer des marchandises sans logo, de grands travaux utiles à la collectivité, le respect des droits et ainsi de suite, nous pensons que cela est en grande partie lié à un manque d’imagination.

Évidemment, ce n’est pas du tout un problème pour ceux qui pensent que l’autorité est en mesure d’accorder et de garantir la liberté (oh, trois fois rien, cela ne concerne que la quasi-totalité de l’espèce humaine). Pour ceux-là, –au-delà du fait qu’ils donnent ou suivent des ordres–, le vrai problème est de trouver la configuration appropriée. Non, ce problème ne peut être ressenti et soulevé, discuté et affronté, que par ceux qui pensent que tout État, tout gouvernement, toute autorité sont mortels pour la liberté humaine. En d’autres termes, il n’y a que les anarchistes, avec ou sans étiquette AOP, qui peuvent et doivent s’en (pré)occuper. Mais cela n’intéresse pas beaucoup d’entre eux. Ils considèrent que c’est un faux problème, une perte de temps. Inutile de tourmenter les jours déjà peu enthousiasmants que nous devons passer sur cette terre en se posant des casse-tête insolubles, surtout quand on peut s’en remettre à la commodité du déterminisme ou à l’auto-suffisance du nihilisme.

Continue reading « Le grand défi »

Emma Goldman – Le patriotisme, une menace contre la liberté (1911)

Qu’est-ce que le patriotisme ? Est-ce le fait d’aimer le lieu où l’on est né, l’endroit où se sont déployés les rêves et les espoirs de notre enfance, nos aspirations les plus profondes ? Est-ce l’endroit où, dans notre naïveté enfantine, nous regardions les nuages défiler dans le ciel à vive allure en nous demandant pourquoi nous ne pouvions nous déplacer aussi rapidement ? Le lieu où nous comptions des milliers d’étoiles scintillantes, effrayés à l’idée que chacune d’entre elles puisse être l’un des yeux du Seigneur et fût capable de percer les grands secrets de notre petite âme ? L’endroit où nous écoutions le chant des oiseaux, et désirions ardemment avoir des ailes pour voler, tout comme eux, vers de lointaines contrées ? Ou celui où nous nous asseyions sur les genoux de notre mère, fascinés par des contes merveilleux relatant des exploits inouïs et d’incroyables conquêtes ? En résumé, le patriotisme se définit-il par l’amour pour un morceau de cette terre où chaque centimètre carré représente des souvenirs précieux, chers à notre cœur,  et qui nous rappelle une enfance heureuse, joyeuse, espiègle?

Si c’était cela le patriotisme, il serait difficile de faire appel à ces sentiments aujourd’hui en Amérique : en effet, nos terrains de jeux ont été transformés en usines, en fabriques et en mines, et le vacarme assourdissant des machines a remplacé la musique des oiseaux. Il ne nous est plus possible d’écouter de belles histoires, de rêver à de nobles exploits, car aujourd’hui nos mères ne nous parlent plus que de leurs peines, leurs larmes et leur douleur.

Alors, qu’est-ce que le patriotisme? «Le patriotisme, monsieur, est l’ultime ressource des vauriens», a déclaré le Dr Johnson. Léon Tolstoï, le plus célèbre des antipatriotes de notre époque, le définit ainsi : le patriotisme est un principe qui justifie l’instruction d’individus qui commettront des massacres de masse ; un commerce qui exige un bien meilleur outillage pour tuer d’autres hommes que la fabrication de produits de première nécessité — chaussures, vêtements ou logements; une activité économique qui garantit de bien meilleurs profits et une gloire bien plus éclatante que celle dont jouira jamais l’ouvrier moyen.

Continue reading « Emma Goldman – Le patriotisme, une menace contre la liberté (1911) »

Au-delà de la loi

A dire vrai, je ne comprends pas bien ce que l’on veux dire aujourd’hui lorsque l’on parle d’ « illégalisme ». Je pensais qu’il s’agissait d’un mot désormais désuet, qui ne figurerait plus que dans les livres d’histoire du mouvement anarchiste, enfermé à jamais à côté de la toute aussi ancienne « propagande par le fait ». Lorsque, récemment, j’en ai réentendu parler, sur un ton aussi critique qu’ instrumental, je n’ai pas pu retenir un mouvement d’étonnement. Je commence à ne plus supporter cette manie de dépoussiérer les vieilles polémiques mais sans faire face à de nouvelles discussions, mais qu’importe.

Il me semble avoir compris quelque chose en tous cas. L’illégalisme dont on (re)parle aujourd’hui n’est pas ce concept qui a été vivement débattu au sein du mouvement anarchiste au début du siècle. À l’époque, cette définition désignait principalement toutes les pratiques interdites par la loi utiles pour résoudre les problèmes économiques des camarades : braquages, vols, contrebande, contrefaçon d’argent, etc. Il me semble qu’aujourd’hui, certains anarchistes qui manquent d’argumentation essaient trop facilement d’attribuer au terme d’illégalisme le sens d’une fin sublime en soi de tout comportement interdit par la loi, et pas seulement de celui dicté par des besoins de survie. En bref, l’illégalisme deviendrait une sorte de théorisation de l’illégalité érigée en système, avec une valeur universelle.

Quelqu’un a même été plus loin, jusqu’à blâmer durement un « illégalisme à tout prix », fustigeant parmi des camarades qui enfreignent la loi même quand ils pourraient faire autrement : comme ça, pour savourer le frisson de l’interdit ou pour satisfaire un dogme idéologique. Je me demande comment à fait ce quelqu’un pour tombé dans cet illégalisme à tout prix, où j’en ai entendu parler. Qui pourrait être tenté de contester les rigueurs de la loi quand elle pourrait s’en passer ? Personne, évidement.

Mais probablement le point sur lequel nous devrions réfléchir est un ailleurs. Un anarchiste peut-il faire sans contester la loi ? Bien sûr, dans de nombreux cas c’est possible. Par exemple, au moment où j’écris dans un journal dans le cadre de la loi : suis-je un anarchiste légaliste ? Et si au lieu de cela, ce soir, je postais des affiches clandestines, deviendrais-je un anarchiste illégalliste ? Mais alors, qu’est-ce qui distinguera ces deux catégories d’anarchistes ?

La question de la relation entre un anarchiste et le droit ne peut être écartée de manière aussi expéditive et trompeuse. À mon avis, l’action d’un anarchiste ne peut être conditionnée par le droit, ni positivement ni négativement. Je veux dire que ce qui le pousse ne peut pas être le respect révérencieux de la législation en vigueur, sans parler du goût de la transgression comme une fin en soi, mais ses idées et de rêves, ainsi que de ses attitudes individuelles. En d’autres termes, un anarchiste ne peut être qu’un alegal, un individu qui se propose de faire ce qu’il veut au-delà de la loi, sans se fier à ce qui est permis ou interdit par le code pénal.

Continue reading « Au-delà de la loi »

On y va ou on siffle ? 

 « Là où il y a révolution, il y a confusion.

Là où il y a confusion, un homme qui sait ce qu’il veut à tout à gagner »
.
Face aux troubles qui ont perturbé de nombreuses routes en Italie ces jours-ci, les militants sont perplexes. Face à ces blocages, ces assauts, ces affrontements, mis en place par ceux qui sont à des années-lumière de toute tension subversive, la fameuse question leur vient immédiatement en tête : que faire?
On y va ou on les siffle ? – Peut-être on y va et on siffle. En fait non, on siffle et on n’y vas pas. Mah et si en fait on y va, d’abord on siffle ensuite on applaudi ?
D’un côté, celui du on-y-va-pas, il n’y a pas de doute. Ces forconi [bonnets rouges Italiens] qui se mélangent avec le drapeau tricolore, ces manifestants applaudissant la police, ce mélange de commerçants craignant de voir leurs profits diminuer, de fascistes désireux de chevaucher le tigre et les ultras avec de l’urticaire sur les mains, tout cela n’est pas et ne peut être pour nous. Ne confondons pas le populisme avec peuple, please. Le premier est réactionnaire et grossier, le second est au mieux ingénu et un peu rustre. Le premier doit être détruit sans hésitation; le second doit être façonné, modelé, mise en forme. Ce n’est pas une question de pureté, la chair prolétarienne est délicieuse. Sauf que, comme masse à enrôler, mieux vaut préférer les nécessiteux désespérés, sans art ni partie, qui ont une famille à défendre. Ils sont plus faciles à embrouiller et à guider. Mais parmi eux, que faire avec qui détient un numéro fiscal et peut-être même la carte d’un vulgaire parti ?
Mais de l’autre côté aussi, celui des on-ne-siffle-pas, il n’y a pas de doute. L’odeur de la sueur du travailleur est toujours excitante, les grondements de l’estomac sont une musique pour les oreilles. Ces forconi mobilisent tous ces gens, ils parviennent à bloquer ou à perturber la moitié du pays (ce que les subversifs n’ont pas été en mesure de faire), impossible de les ignorer. Et pourquoi pas, puisque l’on entonne le mantra des mains sales 24/24h ? Ne soutient-on pas que, beau comme la lumière du soleil, en dehors de l’ambiguïté il existe seulement l’identité des groupes marginaux ? Si les magistrats, les religieuses et les alpinistes sont bons dans une vallée piémontaise, il n’y a pas de raison que, dans le reste de l’Italie, cela ne devrait pas fonctionner avec les vendeurs ambulants et les chauffeurs de camion. Nous devons nous débarrasser de l’idéologie et mettre en jeu, nous jeter dans la mêlée, entrer en compétition avec les fascistes et ne pas quitter la place. En fin de compte, vous verrez qui a le plus gros mégaphone !
.
Quant à nous, qui ne sommes pas des militants, nous ne pouvons pas nous empêcher de remarquer à quel point il est vraiment triste et limitant de diviser l’espace en deux, de penser que face à une situation – quelle quelle soit – il faut choisir entre deux alternatives sèches : la tour d’ivoire où préserver sa pureté, ou le fumier où se salir les mains.
.
Allons, un peu d’imagination. Ne laissons pas la Mesa Verde dans les mains de la fiction. Vraiment il n’y a pas d’autres endroits dans l’ère des possibilités?
.
« Et moi, maintenant? »
[13/12/13]
https://finimondo.org/node/1301

Argentine : ni victime ni bourreau

Nous ne voulons pas parler de répression, pas même de persécution ou de « chasse aux sorcières », comme cela a été dit ou lu précédemment. Nous ne considérons pas les livres ou les journaux « des armes », nous n’avons pas de rhétorique romantique sur la lutte anarchiste. Être anarchiste n’est pas une chose simple, il ne s’agit pas de choisir une idéologie et de traverser la vie sans aucun changement, car être anarchiste a un poids, et un poids assez important.

Nous sommes déclarés ennemis de l’État, nous sommes exploités, nous sommes opprimés, nous ne demandons rien, nous ne voulons pas de cadeaux ni de réformes, nous ne voulons pas de lois. Nous sommes des anarchistes qui combattons comme ils peuvent, en s’appuyant toujours sur nos valeurs.

C’est pourquoi nous ne nous attendons pas à ce que l’État agisse différemment par rapport a ce qu’il fait. Nous ne sommes pas des victimes, et nous savons très bien que nous ne sommes pas même des soldats, même si nous ne reculons jamais. Nous sommes influencés par les événements que nous voyons chaque jour devant nos yeux. Nous n’avons pas un tempérament féroce ni un cœur froid. Au contraire, nous avons des valeurs et des pratiques et nous essayons d’être aussi cohérents que possible avec celles-ci, et un cœur brûlant qui nous pousse chaque jour à lutter pour tout changer.

Malheureusement, une partie de cette société est construite sur la base de relations autoritaires. Elle a oublié l’empathie, au point qu’il est presque impossible de se mettre à la place de l’ autre ou même de comprendre comment une autre personne peut agir différemment de ce à quoi on s’attendait. Nous voyons avec regret comment les réseaux sociaux ont été remplis de mèmes, de blagues et de conversations dans lesquelles nous parlons, avec une profonde ignorance ou un air de grandeur, de cette situation: qui se bat quotidiennement entre la vie et la mort ou qui se trouve depuis longtemps temps en prison. La prison où près de la moitié des meurtres ont été perpétrés des mains de l’État, cet État démocratique directement responsable de la mort de plus de 5 500 personnes.

L’État a le monopole de la violence, condition indispensable à son existence. De son point de vue, il ne peut y avoir que des associations, des organisations et des responsabilités communes. Ils confondent les actions individuelles et essaient de les faire passer pour des conspirations collectives. Ils ne comprennent pas la liberté individuelle, l’action qui peut naitre d’une ou deux personnes.

Depuis l’assassinat de notre camarade Santiago, ils ont tenté par tous les moyens de créer une organisation mêlant Mapuches et Anarchistes, ont préparé le terrain pour marcher sur ceux qui sont non seulement contre le gouvernement, mais aussi contre l’État et le Capital. Contre nous, qui nous ne faisons pas de politique et luttons pour une révolution sociale qui changera l’état des choses à ses racines.

Ce sont des temps difficiles et ils le deviendrons de plus en plus, mais nous reconnaissons qu’ils n’ont jamais été faciles non plus mêmepar le passé. Les mois à venir nous montreront beaucoup de choses sur nous, et c’est dans le cadre de la solidarité anarchiste que nous devons nous soutenir, et non pas faire partie de ce système corrompu. Ce sont des moments où nous devons compter sur nos idées pour pouvoir penser clairement, et sur nos valeurs, la tête haute, pour continuer à crier: longue vie à l’anarchie!

Nous ne demandons rien.

repris de : https://anarhija.info


Le 14 novembre, dans l’après-midi, au cimetière de Recoleta, dans la mausolée du colonel Ramon Falcon (exécuté par le compagnon Simón Radowitzky), une bombe explose, blessant la compagnone Anahi Salcedo, transférée à l’hôpital de Fernandez,  blessé au visage. et au le crâne, elle a également perdu trois doigts et est actuellement dans le coma artificiel. Le compagnon Hugo Rodriguez est arrêté sur place. Quelques heures plus tard, devant la maison du juge Bonadio (célèbre pour sa poigne de fer, avec un passé mémorable dans la jeunesse de la garde de fer, groupe fasciste du péronisme, et pour la pratique actuelle et pour ses discours  répressif à l’égard des dissidents, le camarade Marcos Viola est accusé d’avoir lancé un autre engin explosif contre la voiture du magistrat.

Tôt le matin et les jours suivants, différents espaces de l’environnement anarchiste, des espaces occupés et des quartiers, ainsi que des maisons privées, ont été fouillés. Douze personnes ont été arrêtées au cours de cette chasse. Dont certains restent 72 heures en GAV). Par la suite une 10aine de camarades aurait été inculpés pour association de malfaiteurs, intimidation publique et possession de matériel explosif (pour les deux actions). […]

Voir ici : https://sansattendre.noblogs.org/post/2018/11/16/buenos-aires-argentine-une-compagnonne-blessee-lors-dune-attaque-a-la-bombe-plusieurs-arrestations/source: anarhija.info

+ d’info à venir

La flaque d’eau et l’océan

Un antique dilemme. S’ouvrir aux éventuels complices inconnus dont l’existence est certaine (ou hypothétique, ou même seulement espérée) en dehors du seuil de sa propre porte, ou alors s’enfermer en compagnie des quatre chats qui se connaissent déjà et se font déjà confiance ? Il s’agit d’un choix qui va bien au-delà des seules attitudes caractéristiques, ainsi que de l’évaluation des avantages et des inconvénients respectifs, mais implique ses propres aspirations, ses propres rêves. Ce n’est pas vraiment une option stratégique à calculer, mais une perspective humaine à vivre. Ceci dit …
Pour couper les ailes de toutes les tensions utopiques de la dernière décennie, a déboulé le fléau de la communauté politique, la conviction virale que nager dans l’océan social est indispensable afin d’alléger le plus possible son bagage révolutionnaire afin de le rendre plus léger, qu’il est nécessaire de donner le micro à des experts réputés pour être pris au sérieux par les masses dénuées d’aspirations radicales, on se doit en somme de courir après les gggens pour flatter et en obtenir les faveurs (tous se rangeant du côté de ceux qui ont toujours descendu les idées anti-autoritaires).
L’allègre adoption de cette tactique opportuniste a grandement contribué à la quasi-extinction de l’anarchisme le plus iconoclaste, qui s’est vu vider l’essentiel de son contenu non pas par l’intervention externe, mais par l’intervention interne. Un tel choix (puisqu’il s’agit d’un choix, pris par certains en pleine connaissance de cause, et pas aveuglément) de la part de certains illuminés sur le chemin de Venaus a provoqué chez d’autres anarchistes une forte réaction allergique de signe diamétralement opposé, qui se manifeste dans le refus catégorique de toute ouverture possible vers l’extérieur. Non, les anarchistes ne doivent pas chercher les autres, ils doivent se suffire à eux-mêmes, un point c’est tout. Et il est indéniable que l’insurrection et la révolution sont des faits sociaux et qu’en tant que tels, ils ont besoin avant tout de la participation des autres, eh bien, tant pis pour ces figures conceptuelles du passé. Cela signifiera que les anarchistes modernes ne veulent plus détruire tout le pouvoir, ne doivent plus réfléchir à la possibilité de renverser l’État, ils doivent avoir leurs yeux et leur cœur uniquement pour la révolte individuelle, uniquement pour l’insurgence de quelques (non) élus contre une autorité considérée à présent comme inéluctable et invincible non seulement par les grands et petits serviteurs de la domination, mais aussi par leurs ennemis .
Quel étrange paradoxe! La citoyennisme subversif et le solipsisme nihiliste, même dans leur distance asymétrique partent de la même hypothèse partagée : la certitude que dans l’océan, il est possible de nager uniquement de façon compromise. Il y a ceux qui se jettent et ceux qui ne le font pas, préférant rester dans la flaque d’eau. Qui fait tout pour être beau et bon, et qui fait tout pour avoir l’air moche et mauvais. C’est une alternative qui a brisé des compagnons et des compagnones, comme en témoigne l’émergence de catégories en soi relativement idiotes comme «anarchisme social» ou «anarchisme d’action», reconditionnement d’anciennes subdivisions déjà inutiles à une autre époque. Alternative qui néanmoins ne suscite pas en nous le moindre intérêt et dans laquelle nous n’avons pas l’intention de trouver une place, n’étant ni passionnés, ni des assemblées (que nous trouvons le plus souvent méprisantes) ni des ermitages (que nous trouvons le plus souvent ennuyeux).

Aucune demande, aucun devoir

Ça ne leur à pas plu, vraiment pas plu. Le gouvernement n’a pas accepté les motivations des opposants comme il se doit au Tap, le méga-gazoduc qui devra aussi faire passer le gaz azerbaïdjanais par l’Italie. Le tap peut et doit être fait, peut-être pas parce que ce gaz est réellement essentiel, mais certainement parce que l’Italie ne peut pas se permettre de payer les pénalités prévues en cas de non-respect de certaines obligations contractuelles. N’est-ce pas une motivation fantastique? Oui, le projet est inutile et nuisible, mais comme il est moins coûteux de faire ce qui est mauvais que de faire ce qui est bon, cela vaut la peine de continuer à faire ce qui est mauvais jusqu’au bou! Raisonnement politico-comptable-bureaucratique par ailleurs déjà utilisé pour le Tav et qui a déjà ébranlé les politico-bureaucrates-comptables du mouvement, calculatrice à la main et paraphrase en bouche accumulant précisions sur précisions …
.
Mais aujourd’hui, dans le Salento, ce n’est pas encore le moment de faire les comptes. Aujourd’hui est le jour de la déception et de la colère. C’est que le courant transalpin zadiste qui avait berçé d’illusions sur la possibilité pour le gouvernement de revenir à ses propres décisions, c’est qu’ils avaient tout mis en œuvre pour suivre scrupuleusement de manière démocratique les règles d’une opposition comme il se doit contre de grand travaux (mise en oeuvre d’une faible conflictualité, banalisation des motivations de la lutte afin d’attirer tous les sympathisants possibles, la récupération ou l’isolement des têtes brûlées, composition avec des interlocuteurs haut placés …), le fait est que les opposants No Tap comme ils doit y croient : la lutte le citoyenniste paye parce qu’elle pousse l’Etat à donner (quelle brillante contradiction, hein?). La pression par le bas poussera ceux qui sont au sommet à faire leur travail, ou … hum … à se mettre au service de ceux qui sont en bas?

Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable

L’extinction finale vers laquelle nous entraîne la perpétuation de la société industrielle est devenue en très peu d’années notre avenir officiel. Qu’elle soit considérée sous l’angle de la pénurie énergétique, du dérèglement climatique, de la démographie, des mouvements de populations, de l’empoisonnement ou de la stérilisation du milieu, de l’artificialisation des êtres vivants, sous tous ceux-là à la fois ou sous d’autres encore, car les rubriques du catastrophisme ne manquent pas, la réalité du désastre en cours, ou du moins des risques et des dangers que comporte le cours des choses, n’est plus seulement admise du bout des lèvres, elle est désormais détaillée en permanence par les propagandes étatiques et médiatiques.

La dégradation irréversible de la vie terrestre due au développement industriel a été signalée et décrite depuis plus de cinquante ans. Ceux qui détaillaient le processus, ses effets cumulatifs et les seuils de non-retour prévisibles, comptaient qu’une prise de conscience y mettrait un terme par un changement quelconque. Pour certains ce devaient être des réformes diligemment conduites par les États et leurs experts, pour d’autres il s’agissait surtout d’une transformation de notre mode de vie, dont la nature exacte restait en général assez vague ; enfin il y en avait même pour penser que c’était plus radicalement toute l’organisation sociale existante qui devait être abattue par un changement révolutionnaire. Quels que fussent leurs désaccords sur les moyens à mettre en œuvre, tous partageaient la conviction que la connaissance de l’étendue du désastre et de ses conséquences inéluctables entraînerait pour le moins quelque remise en cause du conformisme social, voire la formation d’une conscience critique radicale. Bref, qu’elle ne resterait pas sans effet.

Continue reading « Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable »

| L’ennemi de toujours |

Si un jour meurt l’anarchisme, ce sera parce que les anarchistes l’auront eux-mêmes tué. Une affirmation forte, certes, mais quand on y réfléchit un peu plus, pas tant dénuée de signification. Les adversaires de l’anarchie, de l’État aux capitalistes, des prêtres aux autoritaires variés, peuvent la blesser, même grièvement, mais n’ont jamais réussi à l’achever. Peut-être est-ce à cause de l’attirance irrésistible qu’elle exerce sur les âmes rebelles, sur les réfractaires de l’ordre, sur les assoiffés de vengeance et de liberté, peut-être est-ce parce que l’idée qui est au cœur, non, qui est le cœur de l’anarchisme – à savoir que l’autorité est ennemie de la liberté, l’origine de toute souffrance et de toute oppression – ne cesse d’émerger au sein de cette prison infâme qu’est la société humaine moderne. En tout cas, deux siècles de répressions féroces, d’échecs de révolutions et d’insurrections, de trahisons n’ont pas renvoyé l’anarchisme « au musée de l’histoire humaine », comme auraient pu l’espérer ses détracteurs blindés de « réalisme » et de « dialectique historique ». Notre ennemi, le pouvoir sous toutes ses formes, est puissant, peut-être même plus puissant que jamais, mais l’anarchisme ne mourra pas tant qu’il y aura des anarchistes pour l’incarner à travers la lutte, pour le défendre, pour le chérir.

Jusqu’ici, malgré toutes les tempêtes qu’il a traversé et qui ont marqué son histoire au fer de la polémique, mais aussi du mouchardage ou des politicailleries, un sort tel que celui subi par le marxisme (un discrédit historique et général, l’ombre de régimes totalitaires et atroces qui s’en sont revendiqués, les atrocités commises au nom du parti, les pelotons d’exécution qui ont fauché nombre de révolutionnaires,…) a été épargné à l’anarchisme. Aujourd’hui, même les marxistes (bien que leurs prédécesseurs se retourneraient dans leurs tombes) doivent se requalifier de « libertaires » ou d’« anti-autoritaires », sous peine de passer pour d’infréquentables fantômes. L’échec de toute vision autoritaire de la révolution, de la guerre de classe, de la lutte contre l’oppression, est manifeste non seulement au plan théorique, mais aussi au niveau pratique. Cela n’empêche pas de reconnaître qu’il existe des révolutionnaires sincères et qui luttent véritablement, y compris lorsqu’ils sont dopés au matérialisme historique, aux fables des contradictions du capital générant son propre effondrement, à la classe ouvrière chargée d’une mission eschatologique, mais cette reconnaissance n’estompera en aucun cas nos critiques.

Si on remarque aujourd’hui que des visions autoritaires empruntant par la force des choses des apparences « libertaires », s’insinuent jusque dans les discours anarchistes, d’autres regards, d’origine peut-être plus émancipatrice, s’attellent aussi à la tâche de transformer l’idée anarchiste en la vidant de sa substance, si l’on peut dire ainsi. Mais procédons par questions. Par exemple, pourquoi des anarchistes parlent aujourd’hui de dominations, plutôt que de la domination Pourquoi parler de pouvoirs, plutôt que du pouvoir ? Est-ce pour souligner que le pouvoir prend différentes formes dans les rapports sociaux, ou est-ce pour dire qu’en réalité « le pouvoir » n’existe pas, mais qu’il n’y aurait que « des pouvoirs » ? Est-ce pour souligner que le pouvoir prend différentes formes dans les rapports sociaux, ou est-ce pour dire qu’en réalité « le pouvoir » n’existe pas, mais qu’il n’y aurait que « des pouvoirs » ? Nous sommes en désaccord avec cette façon de considérer la libération anarchiste, qui s’affirme toujours plus. Il serait bien sûr stupide de nier que la domination présente différentes facettes, qu’elle emprunte différents visages en fonction des contextes, des périodes historiques ou des rapports sociaux. […]

La suite dans le dernier numéro de la revue

« Avis de tempête » disponible ici : avisdetempetes.noblogs.org

Être ou paraître anarchiste

Giuseppe Ciancabilla

La Question Sociale, Année V, n. 93, 7 janvier 1899

***

Il se passe le contraire de ce qui devrait arriver. Pour la plupart, être anarchiste est un problème de forme ; pour une minorité, pour très peu seulement c’est une question de substance.

La forme, l’apparence : voilà l’éternelle imposture qui nous fait dévier du juste chemin de la vérité et nous traîne, dans une agréable illusion, vers les sentiers faciles des satisfactions momentanées.

La préoccupation de la forme est ce qui retarde le jour de l’avènement de la pensée (anarchiste) [initial. « Idea, » ndt*] ; la tendance à présenter cette pauvre Pensée sous l’aspect flatteur et charmeur d’un beau petit homme paré et bien en place, qui sait complimenter tout le monde, qui ne choque personne, qui veut concilier les esprits les plus contraires, c’est une tendance que j’appellerais de bonnes intentions, mais qui en pratique se trouve nuisible et négative.

Comme en littérature les proxénètes de la forme noient de solides principes dans une mièvre indigeste, comme la plastique, la préoccupation de finir les contours selon la précision symétrique détruit la ligne forte et expressive de l’audacieuse conception artistique, de la même manière que dans le mouvement libertaire, la préoccupation pour la forme et l’apparence détruit la vigueur [initial. « virilità », ndt*] âpre et rude, soit, il me convient d’ouvrir un chemin, vers l’Idéal.

Il y a entre nous un défaut d’esthétisme : celui de vouloir rendre beau à tout prix ce qui aux yeux, voilés par les préjugés des profanes, semble heurter les conceptions conventionnelles de la vie sociale d’aujourd’hui. Et cette manie esthétique nous fait minimiser, rogner, retoucher, réarranger, amincir l’apparence plastique gigantesque de la pensée qui, neuve, vierge, robuste, va de l’avant, en balayant les obstacles sur la route – mais ne souffre pas des minauderies des adorateurs raffinés, qui la voudraient poudrée et embellie, pour le plaisir de tous.

Et ainsi naturellement se pose la question d’être ou de paraître anarchistes. Bien entendu je ne mets pas du tout en discussion la question de la bonne ou mauvaise foi. Je parle au contraire des cas d’ailleurs les plus typiques de (très) bonne foi.

Pour moi la bifurcation des deux tendances se sépare dans ce dilemme : être anarchique pour soi ou l’être pour les autres. Il pourra sembler pour certains que je fasse des paradoxes, que je veuille me perdre dans l’absurde et dans l’étrange par caprice de singularité.

Et pourtant ce dilemme est pour moi si clair, si précis, si distinctement gravé dans ma tête, qu’il me semble qu’il doive être saisis par tous et aisément accepté.

En effet je crois que pour « être” anarchiste, nous devons surtout l’être pour nous-mêmes. Quand chez l’individu s’est développé le besoin de fonctionner physiologiquement et psychologiquement dans un environnement libre, sans contraintes, sans obstacles à toutes ses potentialités propres. Quand dans l’individu le concept de vie libertaire devient si enraciné dans son être jusqu’à le contraindre à se rebeller contre toutes les formes imposées et conventionnelles de la vie sociale et individuelle d’aujourd’hui, il est alors anarchiste pour lui-même, par un besoin puissant de son être, qui se sent étouffer dans le milieu actuel, il cherche à rompre les barrières qui l’empêchent de plonger dans sa nouvelle vie, où il sait trouver de l’air, de la lumière, du soleil, un idéal – le bonheur finalement.

On objectera : mais cet individu agira pour lui-même, et donc de manière inadéquate pour réaliser son but ; il négligera ceux qui peuvent, ou mieux doivent l’aider à vaincre.

Ce n’est pas vrai. Justement parce qu’il veut se battre, l’individu, par un besoin naturel, sera contraint à attirer les autres dans l’orbite de son action et de sa théorie ; il cherchera à les convaincre, à leur donner l’énergie qui abonde dans son être, de les pousser à l’action. Seulement sa propagande, justement parce que subjective, sera naturelle, sincère, elle sera la vraie manifestation de ses conceptions individuelles spontanées, et ne sera façonnée sur aucun schéma imposé et suggéré par quelques personnes influentes. Ce sera finalement le produit logique de ses idées intellectuelles et morales. Ceux qu’un tel individu aura attiré seront des individus, comme lui, qui pourront affirmer avec force le principe spécifique de leur individualité. Ce seront des individus distincts qui lutteront, en se retrouvant spontanément et nécessairement dans la lutte, sans se perdre, par manque d’approche qui leur est propre, dans la masse incolore et sans forme des disciples en manque d’idéal, disciplinés dans les différentes formes d’organisation.

L’individu qui est anarchiste pour lui-même l’est nécessairement pour les autres ; mais il est de manière subjective, dans la mesure où cela lui convient à lui-même. L’individu au contraire qui est anarchiste pour les autres, dans la majeure partie des cas paraît, mais ne l’est pas en substance. Ce dernier est l’individu qui se préoccupe de vendre à un beau public un maximum de ses produits. Sa propagande est somme toute objective, parce qu’il n’a pas besoin de son être, mais c’est la fixation de qui vit pour avoir derrière lui une ribambelle de personnes convaincues par sa Pensée. Pour cela il est contraint de présenter ces idées sous l’aspect le plus séduisant, s’accommodant aux exigences de son public, en diluant ce qu’il peut sembler âpre et difficile à concevoir, en l’adaptant à toutes les exigences curieuses de ceux qui veulent savoir, veulent prévoir, et veulent, avant de démolir, reconstruire idéalement le futur.

La pensée vient ainsi en dehors de cette propagande arrangée à toutes les sauces et à tous les arrangements – parce qu’on doit s’adapter à tous les goûts ; et celui qui fait de la propagande pour être entouré de sympathisants plus ou moins convaincus, sans entendre le besoin d’agir pour soi-même, doit justement s’adapter aux goûts des autres, pourvu qu’il ait la satisfaction de la rendre plaisante et bien admise. Outre la propagande théorique, il y a aussi la propagande sur l’action continue des deux individus. L’anarchiste pour lui-même tentera, s’efforcera de vivre dès à présent de la manière la plus libertaire possible : cet état permanent de rébellion contre tous les obstacles, les présupposés et les conventions de la vie d’aujourd’hui sont pour lui une nécessité, une impulsion naturelle de ses fonctions organiques. L’anarchiste pour les autres ne se préoccupera pas, par contre, de cet exemple vivant de la réalisation pratique de l’idéal, puisque celui-ci n’a pas d’individualité propre, ayant dispersé dans les infinies adaptations de la propagande objective chaque atome de son caractère particulier.

Ce sont ces idées exprimées ici tant bien que mal le fruit de réflexions que je voudrai voir s’élaborer aussi dans l’esprit des compagnons. C’est un problème qui peut sembler Byzantin, qui fera hurler de nombreux suiveurs de la propagande objective et centralisatrice, qui finalement semblera, comme j’ai déjà dit, paradoxale, mais pour moi c’est un problème de vie ou de mort, celui d’être ou de paraître anarchistes.

G. CIANCABILLA – IDEAZIONE – Ed. Gratis

traduction libre

-Les guillemets et les parenthèses sont de la traduction.

*Certains mots ont été remplacée par des synonymes ou termes projetant la même idée afin de traduire le texte de manière plus actuelle ou correcte (tout en cherchant à ne pas s’éloigner sens voulu par l’auteur).

 

Mouchards

« En vérité, je vous dis que les mouchards poussent sur la terre comme des herbes mauvaises, le monde est envahi par la délation. Tous nos petits-enfants seront des policiers … la police disparaîtra seulement à cause de sa propre généralisation. Elle doit couvrir le monde d’une inondation de boue. Si tous les hommes crachent, il n’y aura pas besoin d’espions La police, comme tous les monopoles, constitue une société dans la société, une hiérarchie dans le monde … La police est plus utilisée des administrations publiques. La peste est précieuse pour croques morts; le vice pour les bandits; les partis pour les mouchards … Nous avons semé la misère, nous récoltons l’infamie. »

Ernest Cœurderoy

Par le passé, l’horreur pour la délation était si profondément enracinée et répandue que même les mères les plus pieuses et sectaires, pleines de rancune contre Judas Iscariot, enseignaient à leurs petits que « Qui moucharde n’est pas le fils de Marie, n’est pas fils de Jésus, quand il meurt il part là bas, il descend où il y a ce bonhomme qui s’appelle diablotin.  » Un vrai paria, en somme. Avec de telles leçons de pédagogie, il n’y a pas de quoi se surprendre si ensuite à l’école, quand quelqu’un faisait farce, le professeur perdait inutilement son souffle et son temps à interroger la classe pour découvrir le responsable : une scène muette. Le mépris vers doigt pointé pour donner des indications à l’autorité sur qui punir était presque universel. Ceux qui ont été entachés d’une telle infamie ont dû raser les murs, regarder derrière leurs épaules, baisser les yeux, trouver de nouveaux amis. Aujourd’hui non, aujourd’hui, la délation est devenue une vertu publique, quelque chose dont on peut se vanter et s’enorgueillir.

Ici aussi, il est possible de se souvenir d’un épisode précis qui, dans un sens, a fait l’histoire. Ce n’est pas était la cause de ce qui s’est passé ensuite, c’est clair, mais d’une manière ou d’une autre cela l’a annoncé et en a été le laboratoire. Après cela, on pourrait aussi se passer du reste. Le 31 juillet 2004, à Rome, sur l’indication d’un passant, Luciano Liboni, connu sous le nom de Lupo , a été intercepté et abattu, un hors-la-loi que les forces de l’ordre cherchaient depuis longtemps. Fait qui n’a jamais eu lieu auparavant, les médias n’ont pas caché l’identité de ceux qui l’avaient dénoncé, en effet, ils ont publié leur nom, photo, ou même adresse. Ainsi, alors que les antiques vérités étaient écrites sur les murs des villes («moins d’espions, plus de Liboni»), les grands médias ont commencé à imposer le nouveau mensonge: la délation est un exemple à suivre. Ce qui est semé arrivait sur un terrain social fertile car il était déjà abondamment couvert de fumier, comme l’habitude de surveiller la vie privée des autres mis au milieu à travers des programmes de télévision comme le Big Brother. Lancé ici en Italie en 2000 par la chaîne de télévision du proxénète milliardaire qui a dirigé le pays pendant vingt ans, cette émission aberrante a reçu (et continue de recueillir) un énorme succès auprès du grand public, habituant un peuple d’espions à mettre son nez dans les vicissitudes des autres et l’élimination de ceux qui inspirent l’aversion. Les dernières technologies numériques ont enfin permis à la police de récolter à pleine mains les fruits de l’infamie en plein essor, élargissant ainsi le nombre de collaborateurs civils.

Une étape nécessaire. Dans la mesure où l’État s’étend, la police s’étend. L’État moderne a privé l’être humain de toute responsabilité, le rendant dépendant de ses décisions. L’individu autonome a définitivement laissé la place au citoyen automate, incapable de faire face à n’importe quelle situation, et donc ayant perpétuellement besoin de l’intervention de l’autorité. Et comme il y a des conflits dans tous les domaines de la vie, tous les domaines de la vie sont devenus une affaire policière. La police se retrouve ainsi à devoir faire respecter un nombre toujours croissant de lois, réprimant ainsi des délits de plus en plus nombreux. Il faut trouver un moyen de répondre à ce besoin.

« Il n’y a pas de contrôle plus capillaire que celui de l’œil des citoyens, qui sont partout », a déclaré Alberto Intini, la préfet de police de Florence, il y a quelques mois. Dans certaines régions, des noms spécifiques sont donnés à ces citoyens. Ce ne sont pas des délateurs, ce sont des « sentinelles » (ndlr.voisins vigilants, en fRance). Il vaut la peine de s’attarder sur cette distinction exquise, une énième terminologie acrobatique destinée à anesthésier une réalité brutale. Les délateurs évoquent à l’esprit des silhouettes stupides et lâches, prêts à mettre en difficulté n’importe qui en échange de quelques miettes. Ils ne sont amis de personne, ils ne sont camarades de personne, comme ils l’ont dit, ils ne sont même pas les enfants de quiconque.Ils dégoutent même à ceux qui les utilisent, en effet jusqu’à il n’y a pas si longtemps ils ne pouvaient même pas mettre les pieds dans la salle d’audience d’un tribunal, tant leur seule présence infesterait la déesse de la justice. Les sentinelles inspirent au contraire respect et admiration, car elles veillent sur la sécurité et le bien-être de tous. Leur insomnie garantit la tranquillité de notre sommeil. Ils sont l’avant-garde d’une armée unique, qui comprend tous les citoyens, l’État, et leur travail consiste à lancer l’alerte et à avertir les troupes lorsqu’elles voient un ennemi. Les délateurs méritent le mépris, la sentinelle la gratitude.

L’État demande en tous cas l’enrôlement de ces sentinelles. Il promulgue des lois comme celle sur le  «Whistleblowing» (sur la dénonciation) qui à Rome a fait la première victime l’autre jour (une employée de la municipalité a été licencié sur un rapport anonyme par un collègue, qui l’avait accusé d’échapper à la prison salariale après avoir pointé), établit des numéros de téléphone verts pour promouvoir les dénonciations d’illégalité (comme cela vient de se passer à Prato), ou gère quelques cours dans toute l’Italie pour éduquer leurs sujets sur la façon de mener le soi-disant contrôle de quartier. « Quand tous seront des flics, la société sera parfaite », a déclaré un poète surréaliste.

Au-delà de la gratitude qui en effet devrait être exprimée à ces formes de totalitarisme technodémocratique et de l’imperfection avec laquelle il faudrait déranger cette société, il reste vrai que l’on récolte l’infamie quand on sème la misère. En effet, c’est la misère politique, institutionnel et révolutionnaire qui a fait fleurir partout le fruit de la délation. En rester à l’écart est une mesure de précaution minimale d’hygiène personnelle, mais si vous mais si l’on veux moissonner d’autres récoltes, il faut semer partout … quoi d’autre, sinon, l’enchantement, la richesse et l’émerveillement?

Extrait de finimondo.org disponible en français ici https://article13.noblogs.org

A propos d’une idée ignoble appelée « compétition »

Nous sommes tous suffisamment bien placés pour le savoir : tout mômes déjà, nos parents nous emmenaient aux portes d’une institution qui allait nous « prendre en charge ». Dès l’âge de trois ans, il était manifeste, pour certains d’entre nous, que cette première forme de « socialisation forcée » (appelez cela comme il vous plaira) ne passait pas. Certains pleuraient, d’autres traînaient des pieds, on exprimait notre révolte avec nos faibles moyens et nos petits poings animés par une rage naissante mais piquée à vif. Passée la maternelle, nous mettons les pieds dans « le monde des grands » -ainsi que le disaient les profs en nous « accueillant » en primaire, puis au collège et au lycée-, avec sa caractéristique principale : le jugement par notations. Qui n’a pas le souvenir d’un cinglant cinq sur vingt, agrémenté d’un commentaire non moins cinglant du type « très insuffisant » ou « devoir plus que médiocre » ?

N’ayant choisi ni l’école, ni les matières enseignées, ni la méthode d’apprentissage, on nous a habitué à la peur qui nous prend au ventre à l’idée que nos parents puissent tomber sur un bulletin de note défavorable. Rappelez-vous ces fameux bulletins, où notre moyenne apparaissait entre la plus haute et la plus basse, offrant une comparaison évidente, dure comme un coup de massue derrière la tête. La fierté de la « réussite » pour les parents du fiston qui a fait du zèle, la honte pour ceux du « cancre » en qui ils avaient placé tant d’espoir. Et le mal-être pour ceux à qui l’institution fait comprendre qu’ils ne sont « pas assez bon », étant « en dessous de la moyenne ». Petit à petit, le système nous fait avaler l’idée de la vertu de la compétition comme moteur de la réussite sociale, le grand mythe propagé par toutes les sociétés hiérarchisées. Notre bulletin de note sert de préface à notre futur bulletin de paye, les matières que l’on ingurgite de force seront plus tard le boulot qui nous emmerde.

Nous avons subi la honte de la note en dessous du terrifiant « dix sur vingt », nous subirons la culpabilisation d’être le smicard en bas de l’échelle des salaires. Nous n’avons rien compris à l’utilité des fonctions exponentielles en mathématiques, nous sommes destinés à l’échec. Et pour nous persuader que nous ne sommes décidément que des bons à rien, on nous ressortira à l’occasion l’exemple du « self-made man » parti de rien et ayant fondé son empire…

L’école est ainsi faite parce que le système a besoin d’une sorte d’anti-chambre afin de nous formater l’esprit, de nous habituer à regarder l’autre non pas comme un camarade, mais comme le compétiteur présent ou à venir, celui qui sera « meilleur » ou « moins bon » que nous, en fonction de sa capacité à s’intégrer dans ce monde de hiérarchie et de domination.

Parce que cette idée-là, celle qui fabrique de bons exploiteurs d’une part et de bons esclaves soumis de l’autre, est une des clés de voûte de ce système abjecte, il est important de lui livrer une critique sans merci, en ayant pour objectif haut et clair, une existence où le mot « chef » cèdera la place au mot « compagnon ». Un monde où la solidarité aura botté le cul de la compétition.

Une brochure sur le travail disponible ici https://infokiosques.net/lire.php?id_article=599

APATRIDE

Les images des enfants dans les cages à la frontière entre le Texas et le Mexique appellent à la vengeance. Encore plus, la parodie de la police contre les cris des petits prisonniers au moment où, dans un ghetto de Pittsburgh, l’énième Afro-Américain est tué par les flics.

En Italie, la Trump-opinione – parce que nous ne pouvons pas parler de pensée, car elle exige de la cervelle et de la sensibilité – est incarnée par les différents Salvini, Toninelli et Di Maio (auparavant chez Renzi, Gentiloni et Grasso). La politique de fermeture des frontières sème la lâcheté la plus populaire.

Si d’une part la guerre civile est de plus en plus une question à prendre en considération, d’autre part ce pouvoir provoque un cynisme hilare. Tout retourne à l’ère de la lâcheté partagée. Quand la perception est dévastée par le jargon vide des réseaux sociaux, l’imaginaire est vu comme un fantasme technologique, l’intelligence est vécue comme un signe de solitude et de fermeture, la passion est moralement associée à la violence grégaire, la sensibilité perçue comme une bonté démocrate-chrétienne, la mémoire reste dans les porte objets froids d’un mausolée, la frontière entre la pensée toute discutable et la pensée singulière s’estompe. Et ici, la technocratie des âmes pieuses et démocratiques, idolâtre de Mattarella ou de la démocratie radicale du Negri, s’enfonce dans l’idiocratie incroyablement antipathique. Partout on respire la devise : «Libre de servir, libre d’obéir, libre de vouloir (un jour et au plus tôt) commander». Ce monstre grossier, falsifiant et obsédant, dirige non seulement l’économie et la politique dictant la culture et contenant l’existence, mais guide également la protestation modérée qui ne parvient pas à dépasser les chaînes démocratiques. Prenons-en note : aujourd’hui nous sommes tellement couverts de merde, qu’on peut seulement senti l’odeur de l’immondice.

Si l’esclavage est de plus en plus lugubre et la colère subversive de plus en plus impuissante, nous pourrions aussi être fières du pilleur yankee (Di Maio, ndt) et du libéral de la Ligue du Nord (Salvini, ndt), idoles de la masse la plus ignorante et la plus marchandable du marché des opinions. La continuation de cette misérable humanité – avec ses divinités de prier, ses impôts à payer, ses lois à respecter, ses droits à revendiquer, ses devoirs à expier, ses soirées à se droguer, sa police pour secourir, ses biens à consommer, son univers de football à applaudir, ses serviteurs qui ne veulent pas attaquer et ses bouffons de 140 caractères à idolâtrer – est aujourd’hui la possibilité concrète de l’extinction de tout ce qui est autresingulier et subversif . À moins que …

Sauf dans la tête, dans les cœurs et dans les mains, l’autisme passionnant des insurgés soit créé, et entre les sabotages brûlants et les désertions nécessaires. Pour surmonter la peur des décombres et créer un fossé irrécupérable avec ce qui a été.

 

Extrait de Frangenti , n. 28, 29/06/2018

Ce qui n’a pas de prix, Annie Le Brun

Jusqu’à quel point continuerons-nous d’y rester indifférents ? Jusqu’à quel degré consentirons-nous à y contribuer, fût-ce par inattention ? Jusqu’à quand accepterons-nous d’ignorer qu’il s’agit de la mise en place d’un genre inédit d’asservissement sinon de corruption ?

Ce qui n’a pas de prix.

Voici donc venu le temps où les catastrophes humaines s’ajoutent aux catastrophes naturelles pour abolir tout horizon. Et la première conséquence de ce redoublement catastrophique et que sous prétexte d’en circonscrire les dégâts réels et symboliques on s’empêche de regarder au-delà et de voir vers quel gouffre nous avançons de plus en plus surement.

Nouvel exemple que tout se tient, même si l’actuelle précipitation des événements rend de plus en plus indiscernable les effets des causes. Ce qui va avec l’aggravation de ce « trop de réalité » que j’évoquais il y a dix-huit ans comme la conséquence d’une marchandisation délirante, indissociable de l’essor informatique : trop d’objets, trop d’images, trop de signes, se neutralisant en masse d’insignifiance qui n’a cessé d’envahir le paysage pour y opérer une constante censure par l’excès.

Le fait est qu’il n’aura pas fallu longtemps pour que ce « trop de réalité » se tranforme en trop de déchets. Déchets nucléaires, déchets chimiques, déchets organiques, déchets industriels en tous genre, mais aussi déchets de croyances, de lois, d’idées, dérivants comme autant de carcasses et de carapaces vides dans le flux du périssable. Car si il est une caractéristique du siècle commençant, c’est bien se jetable qu’on ne sait plus ni où comment jeter ni encore moins penser.

De là, un enlaidissement du monde, qui progresse sans que l’on y prenne garde, puisque c’est désormais en deçà des nuisances spectaculaires que d’un continent à l’autre l’espace est brutalisé, les formes déformées, les sons malmenées jusqu’à modifier insidieusement nos paysages intérieurs.

Qu’on le veuille ou non c’est une affaire politique d’importance, car si il est impossible de définir la beauté vive, toujours bouleversante de recomposer le monde à sa lumière inédite, les deux totalitarisme du XXe siècle ont pareillement traqué les œuvres qui en étaient chargées, pour imposer une terreur sensible, dont les normes se sont révélées interchangeable entre le réalisme socialiste et l’art hitlérien. Jusqu’à affirmer l’un est l’autre la même immortalité du même kitch moraliste, où le corps humain aura pareillement été requis comme faux témoin du mensonge idéologique.

Continue reading « Ce qui n’a pas de prix, Annie Le Brun »