Italie : Mise à jour sur la situation des prisonnier.es en grève de la faim (MAJ)

Alfredo Cospito, en prison à Ferrare, a perdu 11 kg, plus ou moins, mais puisqu’il était en surpoids avant, il ne va pas mal, mais il perd beaucoup de poids.

Stecco (Luca Dolce) le compagnon détenu dans la même prison à Ferrare, a lui aussi perdu 9 kg.

L’avocat qui a vu Marco Bisesti à la prison d’Alessandria a fait savoir que le compagnon a perdu 9 kg, ce qui fait beaucoup au vu du poid qu’il faisait auparavant.

Ils n’ont pas l’intention de laisser tomber tant que les compagnonnes ne s’arrêtent pas.

La compagnonne Anna Beniamino, à la prison de l’Aquila a aussi perdu quelques kilos de plus depuis le dernier parloir de mercredi dernier.

Aucun des compagnons cités ne prend du sucre. Quant à Alfredo, il dit que ce n’est pas une question de principe, mais de santé, parce que les sucres pourraient lui faire mal, mais il fait savoir que quand il commencera à se sentir mal, il commencera à en prendre.

En revenche, c’est une nouvelle qui date d’il y a quelques jours, Ghespe au septième jour de la grève avait perdu jusqu’à six kilos (atteignant ainsi 61 kg), mais malgré la fatigue physique, il va bien et est déterminé à continuer.

La situation commence à être sérieuse.

Tous/toutes demandent des nouvelles sur les autres compagnons et compagnonnes en grève de la faim.

Depuis anarhija.info


Ghespe, a interrompu la grève de la faim, le lundi 10 juin, il pesait alors 59 kg. Qui a pu communiquer avec lui mercredi, fait savoir qu’il était déjà un peu mieux, qu’il a recommencé à s’entraîner, il envoie de la force [« forza » litt.] aux compagnons qui continuent la grève.

Depuis roundrobin.info

Mobilisation dans les prisons chiliennes contre le Décret-loi 321 (MAJ)

Chili : Communiqué des prisonniers du Carcel de Alta Seguridad

Mi mai, plus de vingt détenus de l’unité 3H Nord, de la prison de haute sécurité de Santiago du Chili ont entamé une grève illimité contre la loi 321 qui réduit considérablement les possibilités de libération conditionnelle, et ce de manière rétroactive. [C’est dans ce cadre que la compagnonne Tamara Sol, s’est vue refuser la demande de liberté conditionnelle], la mesure touche également quantité d’autre prisonnier.es.

En janvier dernier, le décret-loi 321, qui établit les conditions d’accès à la liberté conditionnelle, a été modifié, et de fait, cesse d’être un « droit » mais devient une « récompense » en cas de « rapport psychosocial favorable » de l’administration pénitentiaire. Il a ainsi été établi que tous ceux en font la demande doivent avoir une conduite « impeccable » pour pouvoir en bénéficier, qui consiste entre autres conditions, à adopter un comportement irréprochable lors de l’incarcération, avoir exécuté les 2/3 de la peine (et non plus la moitié comme c’était le cas auparavant), obtenir et utiliser au moins une permission, et avoir un rapport favorable du service de réinsertion de la prison. Continue reading « Mobilisation dans les prisons chiliennes contre le Décret-loi 321 (MAJ) »

Grèce : Visite d’une boutique de construction d’appartements de luxe à Athènes

post imageLe tourisme pousse comme des fleurs au printemps, les caméras de sécurité apparaissent comme des feuilles pour protéger les paisibles citoyens. Tout doit être clair, beau et en développement. L’apparence de la ville doit s’inscrire dans la liste d’Aegean Airlines. Les touristes n’ont pas besoin de grand-chose, quelques chaînes de magasins et cafés branchés, un bon guide pour expliquer les endroits à éviter, et quelque chose qui s’inscrit dans « l’expérience grecque authentique ». On attends avec hâte le prochain groupe de touristes qui va prendre un selfie autour de l’Acropole, et en même temps, notre quartier se dégrade lentement. Les personnes qui ne peuvent pas répondre à l’augmentation du prix du loyer sont obligées soit de trouver un autre logement pour rester, soit de se conformer aux nouvelles règles. Dans le même temps, les investisseurs aggravent la situation en achetant de vieilles maisons en cours de démolition et en construisant à leur place des lotissements de luxe. Les appartements rénovés pour des locations à court terme (AIRBNB) et les espaces publics et les parcs sont privatisés en réduisant les espaces libres et ouverts. Le jeu est aussi vieux que la même ville qui suit les travaux au nom de la propriété privée. La règle est aussi simple : celui qui ne possède pas, paiera, celui qui ne paie pas sera expulsé. Les gens qui ne font pas partie de la machine capitaliste, les petits vendeurs illégaux et les sans-abri, les graffitis illégaux et les affiches politiques, la vie en général et les choses qui ne peuvent être vendues disparaîtront. Nous savons très bien que rien ne nous sera donné parce que nous ne sommes pas du côté des propriétaires. Nous savons que nous ne nous inscrivons pas même dans ce contexte capitaliste étouffant et que nous ne voulons pas suivre la logique des patrons et des investisseurs. Continue reading « Grèce : Visite d’une boutique de construction d’appartements de luxe à Athènes »

Grèce : Répression de la manifestation depuis le camp de Somos

Hier matin, samedi 25 mai, une centaine de migrants du hotspot se sont dirigés vers la ville de Samos pour protester contre les conditions insupportables qu’ils endurent depuis des années, mises en oeuvre par les politiques racistes de la Grèce et l’Union européenne.

Vers 7 h 30, le cortège avait atteint le cinéma Olympia dans le centre-ville et a été confronté à la répression violente de quelque 70 policiers, qui ont tiré des coups de feu en l’air en guise d’avertissement, et des gaz lacrymogènes, puis ont poursuivi et sauvagement matraqué les personnes dans les rues de la ville. […]

[…] Les flics ont détruit les téléphones et leur ont coupé les tongs pour que les manifestants ne puissent pas entrer dans la ville.

Parmi les migrants, il y a eu plusieurs blessés et 5 arrestations, et finalement les manifestants ont été repoussés jusqu’à l’entrée du hotspot, où les patrouilles de la police anti-émeute ont continué à contrôler la foule qui protestait. Il s’agissait du cinquième rassemblement de protestation depuis le début de l’année à Samos. Dans le camp de concentration appelé hotspot, qui peut accueillir 650 personnes, et dans le village de tentes qui l’entoure, environ 4 000 personnes sont actuellement isolés.

Ces personnes luttent pour briser l’isolement, là où les partis de droite et de gauche  partagent les mêmes politiques répressives contre eux.

Depuis hurriya.noblogs.org

Lorient (Bretagne) : Ne filmons pas !

Filmer, photographier c’est faire le boulot des  flics…

Résultat de recherche d'images pour "appareil photo cassé"Pendant tu filmes la police contre d’éventuelles « bavures policières » tu te planque derrière ton objectif, pendant que d’autres agissent ou filent la main, pour aider les compagnon.nes… Pendant que tu filmes les exploits des autres, sans prendre en compte leurs éventuelles conséquences, que tu participes au flicage et au fichage, les flics se frottent les mains…


21.05.2019

Deux jeunes gilets jaunes pourtant bien masqués qui avaient participé le 9 février à Lorient à l’émeute (« jets de pavés et de bouteilles » sur les flics) ont été interpellés plus de trois mois plus tard.

Selon les journaflics, ils ont reconnu les faits et passeront au tribunal correctionnel de Lorient le 24 octobre pour des faits de violence aggravée sur des forces de l’ordre. La mairie a également porté plainte pour dégradations.

« L’enquête de police s’est néanmoins poursuivie, avec le concours du renseignement territorial, qui, au fil de ses investigations, a identifié les deux hommes, à renfort, notamment, de photographies et de vidéos diffusées sur les réseaux sociaux »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lorient-56100/lorient-interpelles-pour-violences-et-degradations-6365147

[reçu par mail]

Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) : Triple évasion au centre de rétention

Cela s’est passé la nuit du 17 au 18 mai, deux ont été péchos plus tard dans un bus, le troisième court toujours !

Le Parisien, en fidèle relais des flics (quand ils veulent et comme ils veulent), nous en donne de plus amples détails :

Résultat de recherche d'images pour "évasion"« Au vu des images enregistrées par les caméras de vidéosurveillance, les premiers signes d’une agitation inhabituelle sont visibles aux alentours de quatre heures du matin. D’abord, les évadés ont réussi à enlever la poignée métallique de la porte d’une chambre. Puis ils se sont rendus dans une autre chambre, qui donne cette fois sur une cour, laquelle n’est pas accessible directement aux policiers chargés de la sécurité du CRA.

Munis de la poignée, les trois fuyards ont franchi une première étape en cassant une vitre de la chambre en question, se retrouvant donc dans la cour. Au préalable, ils avaient préparé une corde faite de draps noués, d’une longueur de près de 12 m. Ils y ont attaché une bouteille d’eau afin de faire contrepoids, jetée par-dessus le mur d’enceinte du CRA, haut de près de sept mètres, qu’ils ont réussi à escalader. Ils ont alors pu accéder à un toit, puis à celui d’une école voisine, pour enfin se faufiler à l’extérieur. »

http://www.leparisien.fr/faits-divers/rocambolesque-evasion-au-centre-de-retention-d-hendaye-23-05-2019-8078061.php

[reçu par mail]

Rome (Italie) : Sabotage incendiaire de câbles électriques contre l’enfermement

Image associéeIl était une fois un train qui transportait vers l’aéroport beaucoup de personnes, qui partaient en vacances ou au travail.

Le train passait à côté d’un camp où étaient incarcérées des personnes dépourvues des papiers en règle. Ces personnes étaient souvent transportées de force vers ce même aéroport pour y être déportées.

C’est ainsi qu’une nuit humide de printemps, une étoile décida de filer* près de ces voies pour rappeler à quelques humainxs que le lieu où le train emmenait chaque jour les désirs des plus riches était aussi celui du cauchemar de ceux qui étaient nés du mauvais côté du monde.

Il se dit que ceux qui ont vu cette étoile filante ont exprimé le voeu d’un monde sans prisons et sans frontières, où n’existent ni capitalisme, racisme et patriarcat ni aucune forme de pouvoir, et où on vit de liberté.

Solidarité avec ceux qui luttent à l’extérieur et à l’intérieur des prisons de toute sorte.

* ndt : en italien, « étoile filante » se dit « étoile tombante » (stella cadente). « Tomber » est donc devenu ici « filer ».

Depuis roundrobin.info

[trad. reçue par mail]

Spini di Gardolo (Trentin, Italie) : La voiture d’un maton incendiée

On apprend par la presse locale que la nuit du 12 au 13 mai à Spini di Gardolo, des inconnus ont incendié la voiture d’un agent de la police pénitentiaire dans le parking sous-terrain du « complexe domanial de la maison d’arrêt ». Au cours de l’incendie, que les pompiers assurent d’être d’origine volontaire, ont également brûlé une minimoto et des roues de secours. On notera la perspicacité des syndicats de matons, selon lesquels il s’agit d’une attaque contre la police pénitentiaire [soit les gardiens de prison].

ndt : pour mémoire, le 22 décembre 2018 avait éclaté une mutinerie dans la prison de Spini di Gardolo après le « suicide » d’un jeune Tunisien, au cours de laquelle 300 prisonniers avaient détruit 60% des cellules et des espaces collectifs (matelas enflammés, caméras de surveillance et portes détruites, etc.). Les installations électriques et hydrauliques de la prison avaient également été ravagées suite à l’inondation de la prison par les mutinés. L’ensemble des dégâts ont officiellement été évalués à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Depuis roundrobin.info

[trad. reçue par mail]

Turin (Italie) : Encore une arrestation

Dans la nuit du mercredi 22 mai, après 23 heures, la police a frappé à la porte de Boba, Mitzi et Victor sous prétexte de donner un avertissement oral à la compagnonne. Une fois à l’intérieur, cependant, en plus des documents pour elle, ils ont également sorti de leur poche un mandat d’arrêt pour Boba.

L’épisode faisant l’objet de l’enquête remonte aux premières initiatives mises en place après l’opération Scintilla, en particulier le salut devant les Vallette à la fin de la manifestation antifasciste contre la commémoration annuelle des foibe*. A cette occasion, la patisserie de la prison a pris feu. Il s’agit d’une accusation d’incendie (art. 423), dont la peine va de trois à sept ans, avec la circonstance aggravante (art. 425) d’avoir commis le fait sur « des bâtiments publics (…), destinés à un usage habitatif (…), sur des stocks de matières combustibles ou explosives ». Il est aussi accusé d’enflammages dangereux (article 703) pour avoir utilisé, selon l’accusation, un fumigène maritime, qui prévoit toutefois une amende ou une peine d’emprisonnement d’un an au maximum.

Au cours de l’opération, la police a effectué une perquisition et saisi tous les ordinateurs de la maison. Pour s’assurer de ne pas avoir de curieux dans les jambes, elle a demandé l’intervention de trois patrouilles qui éloignaient les premiers amis accourus sur les lieux.

En attendant des mises à jour pour ceux qui veulent adresser des lettres et des télégrammes :

Marco Bolognino – C/o C.c. Lo Russo e Cutugno – via M.A.Aglietta 35 – 10151 Torino 

Depuis autistici.org/macerie

*Les massacres des foibe sont des exécutions de masse commises, en utilisant des grottes naturelles (les foibe) notamment à l’époque du facisme et à la fin de la seconde guerre mondiale.


Continue reading « Turin (Italie) : Encore une arrestation »

Rennes : Condamnations suite à la révolte au centre de rétention

La nuit du 10 mai,  au centre de rétention administrative de Saint-Jacques-de-la-Lande près de Rennes, une révolte avait explosé lors de l’expulsion d’une personne que les flics étaient venus chercher vers 3h du matin.

Certains détenus étaient parvenus à monter sur le toit d’un des bâtiments. Deux bâtiments ont été rendus inutilisables suite aux incendies de matelas et vêtements ; et la capacité d’enfermement du lieu quasiment réduite de moitié.

Une personne a été condamné à un an de prison ferme, deux autres à deux ans ferme. Un mandat de dépôt a été délivré pour les trois.

Reformulé depuis la presse

Espagne : Rassemblement et manifestation en solidarité avec les compagnonnes arrêtées à Madrid

Environ 40 personnes solidaires ont manifesté leur soutien devant le bâtiment du tribunal national de Madrid dans l’attente de nouvelles sur la situation des compagnonnes et pour montrer leur soutien après le dernier coup répressif.

Après être resté sur place pendant quelques heures et, après que la plupart d’entre nous ait été identifiés, nous avons poursuivi sur place avec une banderole en criant différents slogans.

Les compagnonnes ont été relâchées vers 15h30 et le rassemblement s’est dispersé sans incident.

Dans la soirée, à 21 heures, un rassemblement sur la Plaza de Tirso de Molina, avait été organisé alors que les compagnonnes étaient libres et que d’autres appels à la solidarité à Barcelone, Murcie et Hernani avaient lieu.

Dès 21 heures, les gens ont commencé à arriver de manière dispersée et une paire de vaches [les flics] qui gardaient les lieux se sont approchées pour tenter d’identifier les premières personnes qui sont venues. Après qu’il aient terminé leur opération dantesque, le reste des compagnon.nes ont déployé une banderole et un groupe plus important s’est formé, auquel se sont jointes les personnes qui ont répondues à l’appel .

La manifestation s’est avancée sur la Plaza de las Vistillas et, le long du parcours, des vitres de banques et agences immobilières ont été brisées. En arrivant à la Plaza de las Vistillas, nous sommes entrés dans le lieu où les festivités de San Isidro (1) étaient célébrées par un concert. Les personnes solidaires sont entrées dans la partie où était le public avec les banderoles et sont restés un moment à faire tourner des slogans. Continue reading « Espagne : Rassemblement et manifestation en solidarité avec les compagnonnes arrêtées à Madrid »

Alaska : Révolte au centre correctionnel de Spring Creek

Environ 62 prisonniers se sont barricadés à l’intérieur de leur unité de logement, Hotel Mod, et ont détruit les infrastructures de la prison. Le département des services correctionnels de l’Alaska a estimé que la révolte avait causé 100 000 dollars de dommages aux cables informatiques, caméras, vitres intérieures, systèmes d’extinction d’incendies et à la plomberie. Continue reading « Alaska : Révolte au centre correctionnel de Spring Creek »

Pise (Italie) : Feux solidaires contre une antenne-relais

Le 10 mai, à Pise, un panneau et les câbles éléctriques d’une antenne-relais des Télécoms ont pris feu tôt dans la matinée. Les pompiers sont intervenus pour éteindre les flammes.


Pise : Antenne-relais en flammes

Contre la répression. Contre les régimes spéciaux. Contre la prison.
Solidarité aux compagnons et aux compagnonnes en prison.

Depuis roundrobin.info

Appel à solidarité internationale suite au 1er mai 2019 à Paris

[MAJ 14/05/2019 : les deux compagnons italiens Marco et Stefano qui étaient enfermés à Fleury en détention provisoire sont sortis de prison sous contrôle judiciaire avec interdiction de paraître sur Paris. Feu aux prisons ! Liberté pour tou.te.s !]

Dans un contexte où les flics et les banques sont attaqués régulièrement depuis la fin novembre, ce 1er mai se pouvait être une possibilité de rupture radicale avec ce monde de frontières et de guerres dans la continuité des émeutes du 16 mars et plus généralement des attaques contre les différentes chaines de cette machine à briser des vies qu’est l’autorité.

Et ce alors que les drapeaux français et nationaux fleurissent toujours dans les rues, que la justice remplit les prisons (l’État annonce la création de 10 000 nouvelles places de prison avant 10 ans sans parler des centres de rétention administrative pour sans papiers ou des hôpitaux psychiatriques) et que le discours capitaliste prône de sourire en plus de mourir chaque jour un peu plus au travail.

Face à l’éventualité de l’approfondissement du conflit en ce 1er mai, l’état avait prévu un dispositif sécuritaire conséquent : 7400 flics sur la capitale, 20 000 contrôle préventifs. Résultat : une manifestation offensive mais très contenue par des flics qui n’hésitaient pas à charger.

De nombreux manifestants et compagnons de différentes nationalités se trouvent désormais sous les griffes de la justice et de la taule. S’il apparait nécessaire de développer des réflexes de défense collective de rupture dans le cadre des tribunaux (par exemple lors des procès du 21 et 23 mai et 3, 6 et 14 juin au TGI de Paris), il l’est tout autant de continuer à attaquer directement tout autant ceux qui produisent la misère que ceux qui la gèrent ici comme partout.

En partant des postulats que la défense est nécessairement offensive, que les pensées ne sont pas dissociables de actes et vice versa et que les fins existent dans les moyens que l’on expérimente, on peut aisément comprendre que chaque institution qui part en fumée est une brèche vers un monde sans pompiers, sans États, sans chefs, sans cages.

Par-delà les barbelés et les frontières, contre les prisons (avec ou sans mur), solidarité !

Depuis nantes.indymedia.org

Voir aussi :

Pour que le ciel ne nous manque plus jamais – Défense au procès de 4 compagnons

Continue reading « Appel à solidarité internationale suite au 1er mai 2019 à Paris »

Grèce : Attaque incendiaire contre le magasin d’un membre d’Aube Doré

post imageLe magasin de Tryfon Bougas, à Kallithéa, dans la banlieue d’Athène s’est embrasé début mai, suite à une attaque au molotov.

Tryfon Bougas, qui se présente comme un « collectionneur d’œuvres d’art » est en fait un fasciste bien connu. Ancien homme d’affaires du monde de la nuit, il fut aussi propriétaire d’une société de sécurité, et propose des services de « protection » aux « retraités sans défense » qui craignent d’aller retirer leur retraite.

Son magasin à Kallithea déclaré en tant que plateforme d’achat de voitures d’occasion et de pièces détachées reprend aussi aussi montres, bijoux, livres, or et Rolex.

Résultat de recherche d'images pour "Τρύφων Μπουγάς"Membre actif d’Aube Dorée (à droite sur la photo, avec Michaloliakos, le leader du groupe). Il a été élu conseiller municipal à Palaio Faliro (près d’Athènes) pour la première fois en 1994 et a également exercé les fonctions d’adjoint au maire. En 2015, il est élu conseiller municipal.

En 2019, il se présente comme candidat à la mairie de Kallithea, avec le soutien d’Aube Dorée.

résumé depuis athens.indymedia.org/post/1597572/

Italie : De nouvelles attaques contre la Lega (MAJ)

À Gênes, le 27 avril, la permanence de la Lega rue Macaggi, a été attaquée dans la matinée. La porte d’entrée ainsi que la façade de l’édifice au premier étage ont été repeintes. La plaque funéraire d’Ugo Venturini*, a été endommagée après une manifestation organisée le 4, pour l’anniversaire de sa mort, le pare-brise arrière de la voiture d’un des manifestants (côté facho) a également volé en éclat.

Le 25 Avril, à Rome dans le quartier de  Prati, le local de la Lega rue Alessandro Farnese, a été attaqué à coup de Molotov (qui n’a pas explosé à cause de la pluie).

À Averse et Casoria, (en Campanie, dans le sud de l’Italie), les permanences éléctorales, de la Lega ont également été détériorées, les jours suivants le 25 Avril (1).

À Spoleto (dans la province de Pérouse), début mai, des inconnus ont fracassé la vitrine de la Lega. C’est la troisième fois que ça arrive en deux ans. [https://roundrobin.info/2019/05/spoleto-lega-spaccata/]

À Fagnano Olona (Lombardie), le 1er mars, le siège de la Lega a eu ses vitrines cassées, un extincteur ouvert, à l’intérieur, un message à été fini « la pacchia è finita ».

À Modène, (Émilie-Romagne, dans le Nord de l’Italie), les flics qui protègent les lieux pour la venue de Salvini, ont été accueillis à coup de jet de pierres.

Continue reading « Italie : De nouvelles attaques contre la Lega (MAJ) »

1er mai : Actions contre la gentrification à Philadelphie (USA)

Pour le 1er mai, nous revendiquons la responsabilité des actions suivantes:

– Dégonflage des pneus et peinture sur le pare-brise d’une navette de yuppie.
– Jets de peinture sur la façade de deux propriétés de [la société] OCF*.
– Bris de verre et coupure de tous les câbles non hydrauliques d’au moins quatre machines de construction sur le site d’un projet de développement visant à retraiter [manicurer, litt.] un endroit autrefois sauvage.

Toutes nos cibles font partie de la gentrification continue de la ville.

Solidarité avec les camarades italiens confrontés à la répression.

Le 1er mai, les anarchistes ne dorment pas !

* L’Open Connectivity Foundation (OCF) est un groupe industriel dont la mission est de fournir un programme de certification pour les périphériques impliqués dans l’ Internet des objets (IoT) .

Depuis 325.nostate.net

Quelques réflexions suite au procès contre des anarchistes en Belgique

« Avec quelques autres anarchistes, j’étais appelé à comparaître devant un tribunal de l’État belge, accusé principalement de faire partie ce qui était, au début de la longue enquête, qualifié d’« organisation terroriste », mais a finalement été requalifié en « association de malfaiteurs ». Je n’écris pas ces lignes pour entamer un quelconque dialogue indirecte avec les institutions de l’État, ni pour raconter ma vie, mais tout simplement pour déchirer le voile de silence que l´État pourrait vouloir jeter sur d’éventuelles condamnations. »

Lire la suite ici :

Pièces jointes

Report quelques reflexions

Depuis nantes.indymedia.org

Paris : Les camions jaunes crament

La nuit du lundi 22 au mardi 23 avril trois camions de la Poste ont brûlé, rue de la Chine à Paris.

Le rôle de la Poste dans cette société, au croisement du secteur public et du capital est crucial, même si on l’oublie souvent. C’est pour cela qu’on l’a prise pour cible, dans la perspective d’une conflictualité anti-autoritaire permanente contre les rouages institutionnels, économiques et idéologiques de ce monde.
Une négation de cette société qui se veut internationale, à travers le dialogue par l’action et la solidarité avec les compagnon.ne.s tombé.e.s dans les filets de la répression.

Une pensée pour les anarchistes enfermé.e.s en Italie, notamment celleux récemment condamné.e.s pour l’opération Scripta Manent.

« Je revendique d’être anti-autoritaire, individualiste, pour l’insurrection, pour la destruction de ce monde sale et fétide et pour la destruction de l’État-Capital ! Toujours votre ennemi ! Pour l’Anarchie ! »

Anarchistes pour la solidarité internationaliste

depuis attaque.noblogs.org

Bari (Italie) : Incendies et tentative d’évasion au centre de détention Bari-Palese

La nuit dernière, a eu une forte protestation des personnes emprisonnées au Centre de Détention (CPR) de Bari Palese. Les matelas et les meubles ont été brûlés dans trois modules/sections du lager d’état, et des personnes sont montées sur les toits de la structure. Selon les merdias, trois personnes ont tenté de s’évader mais se sont blessées en tombant et ont été transportées à l’hôpital en ambulance : deux ont déjà été ramenées au centre de détention et une autre est toujours à l’hôpital.

depuis hurriya.noblogs.org

Bergame (Italie) : Le local de la lega vandalisé

Bergamo e Como, vandalizzate sedi dei candidati sindaci della Lega. Salvini: “Più ci attaccate, più ci date forza”Nous apprenons par les médias du régime qu’à Bergame, dans la nuit du 23 avril, le siège du candidat à la mairie Giacomo Stucchi a été attaqué. Sur le trottoir, un tag a été laissé « meurt Salvini ».
L’inauguration du siège du candidat au poste de maire, prévue pour le lendemain, était prévue pour la présence de Salvini.

depuis roundrobin.info


Une personne a été arrêtée et perquisitionnée par la Digos à la suite de l’attaque.

** La même nuit la vitrine du local d’un autre candidat de la Lega [le parti d’extrême droite la Ligue anciennement Ligue du nord], Luigi Pecorelli, à Fino Mornasco (Como) dans la même région (en Lombardie) a été détruite à coups de pioche.

Exarchia (Athènes, Grèce) : Expulsions, arrestations et affrontements

Le 19 février, le squat Arachovis 44 à Exarchia a été expulsé.

Le 11 avril, une armée de flics évacue les squats Azadi et New Babylon.

Le 18 avril, une autre opération a eu lieu pour évacuer le squat Clandestina et Cyclope.

Environ 120 personnes ont été incarcérés.

En réponse à ces expulsions le bâtiment Gini de Polytechnique, a été occupé.

Le 11 avril, un policier anti-émeute a été blessé suite à l’attaque d’une trentaine de personnes à coup de des jets de molotovs, pierres et autres projectiles. Quelques heures plus tard, le politicien conservateur Costas Bakoyiannis en tête pour les prochaines élections municipales à Athènes a été chahuté lors d’un rassemblement qu’il organisait contre l’insécurité dans le quartier d’Exharchia.

Le 19 avril, un rassemblement a eu lieu devant le centre de détention de Petrou Ralli (Athènes). Une cinquantaine de personnes se sont rassemblés à l’extérieur du bâtiment. Des échanges avec les personnes incarcérés ont pu avoir lieu via un mégaphone concernants sur les conditions de vie à l’intérieur de Petrou Ralli ainsi que sur les déportations qui ont eu lieu récemment. Des tags ont été laissé sur place ainsi que des tracts sur les voitures et aux bus qui passaient. Après l’intervention, les rues avoisinantes ont été recouvertes d’affiches.

Le 20 avril, une voiture de police stationnée sur l’avenue Patision, a été attaquée à coup de molotov, des affrontements ont eu lieu. Un peu plus tard, vers trois heures du matin, un groupe de personnes a lancé des pierres et des molotov sur des policiers qui se trouvaient à Exarchia, les affrontements ont duré jusqu’à quatre heures du matin.

Infos trouvés sur athens.indymedia.org

& reformulés depuis leur presse

Limoges : Libération de l’inculpé dans l’affaire de la caserne Jourdan à Limoges.

S. inculpé dans l’affaire de l’incendie des véhicules de gendarmerie de la Caserne Jourdan à Limoges est sorti le 8 avril 2019 sous Assignation à Résidence en Surveillance Electronique (ARSE).

L’enquête est toujours en cours. La fin des investigations est estimée à 6 mois.

Le 27 mars 2019, après un an de détention provisoire, a eu lieu l’audience de renouvellement du mandat de dépot criminel de S. devant la Juge des Libertés et de la Détention de Limoges.

Cette dernière a refusé de le remettre immédiatement en liberté sous contrôle judiciaire, jugeant la mesure pas assez contraignante et préférant attendre qu’un bracelet électronique puissent être posé, ce qui n’était possible techniquement que le 9 avril selon l’enquête de faisabilité du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation d’Amiens. Elle a donc renouvelé le mandat de dépot de 6 mois.

Ce n’est donc que quelques jours plus tard, le 8 avril 2019, suite à une demande de mise en liberté que S. a été libéré sous Bracelet électronique.

Il est assigné à résidence sous surveillance électronique à Amiens pour une durée de 6 mois renouvelable.

Le temps effectué sous bracelet électronique compte comme de la prison.

Il a le droit de sortir de son domicile uniquement le matin de 8h45 à 13h et doit signer deux fois par semaine au Commissariat.
Il a interdiction de sortir du département de la Somme.
Il a interdiction d’entrer en relation avec trois personnes dont les deux de Toulouse qui avaient été mis en garde à vue en même temps que lui le 27 mars 2018.

L’enquête est toujours en cours. La fin des investigations est estimée à 6 mois.
Une commission rogatoire de personnalité est notament en cours. Elle consiste à convoquer à la Gendarmerie des proche de S. pour leur poser des questions sur sa personalité.

depuis https://nantes.indymedia.org

La curieuse épidémie de suicides de relais continue…

Peut-être est-on en train d’assister à une prise de conscience salutaire parmi la population prolifique des relais de télévision (TDF) et de téléphonie, puisqu’une vague de suicides commence à se propager parmi elle. Ou peut-être bien qu’il faut les y pousser un peu pour les convaincre de franchir le pas ? En tout cas tout le monde en conviendra, à commencer par ces infrastructures elles-mêmes : une vie passée au service de la domination ne vaut vraiment pas la peine d’être vécue ! Cette curieuse épidémie de suicides assistés qui se propage par réfractions depuis quelques mois aux quatre coins du pays est même en train de commencer à établir une sorte de dialogue direct au sein de la guerre sociale, et la plupart du temps sans médiation, en laissant à chacun le soin de la partager pour ses propres raisons :

Tdf2-medium
TDF2 Continue reading « La curieuse épidémie de suicides de relais continue… »

Crève la France, vive la révolution !

Des mois après le début du « mouvement des Gilets-jaunes », la rage rencontrée dans la rue ainsi que les différentes pratiques qui s’y sont développés (destruction de structures capitalistes ou étatiques, affrontements avec la police, pillages, vague de sabotage diffus, divers tentatives de blocage des autoroutes ou des rond-point etc.) côtoient des traits politiques plus problématiques (drapeaux français, marseillaise chantée en cœur, discours travailliste et citoyenniste, sexisme, racisme etc.)

Ce tract diffusé dans les rues de Paris lors de l’acte XX part de ce constat, que d’une part les pratiques qui se développent dans ce mouvement semblent ouvrir la possibilité d’une critique radicale du monde tel qu’il existe actuellement, mais que, d’autre part, les expressions politiques qui en ressortent font majoritairement appel à un imaginaire populiste et réformiste. Ce tract se propose donc d’élargir la critique.

Parce que les actes ne sont pas séparés des idées et inversement.

tract diffusé dans les rues de Paris lors de l’acte XX, publié sur https://nantes.indymedia.org

Pour le télécharger https://nantes.indymedia.org/system/zine/2019/04/14/45289/g-j_cre_ve_la_france_impression_vf_.pdf

UN MOIS DE MAI ANARCHISTE

s-m-subversive-may-2019-in-solidarity-with-the-cap-1.jpgCertains pensent que le premier mai est une fête réformiste. En effet, cette date a été récupérée par la gauche et même par de nombreux États. Le 1er mai est officiellement aujourd’hui la fête du Travail, et à ce titre un jour férié dans de nombreux pays, durant lequel on célèbre le dur labeur, et les organisations syndicales (quelles soient anarchistes ou pas) en ont fait leur date principale de l’année, où chacun sort avec son drapeau et sa banderole pour parader dans les rues, en mode carnaval de la gauche.

C’est en fait plutôt drôle que des réformistes célèbrent une date pareille, car le premier mai pour les anarchistes ce n’est pas la fête du travail, mais la commémoration de ce qui s’est passé en mai 1886 à Chicago (États-Unis), lorsque des travailleurs, anarchistes, souvent migrants (allemands, irlandais, italiens, etc.), ont lancé une grève massive pour travailler moins d’heures (les fameuses grèves pour obtenir la journée de travail de huit heures). Dans les journaux de ces anarchistes (certains écrits en allemand, comme le Arbeiter Zeitung) il y avait des appels à prendre les armes contre les patrons et la police, des appels à fabriquer des bombes. Et c’est en effet ce qui s’est passé, les mots n’étant pas que de l’encre à cette époque, et lors d’un rassemblement au Haymarket réprimé très violemment par la police (à l’époque cela veut dire qu’il y a eu des morts) une bombe a été lancée sur des policiers, et un policer fut tué par celle-ci, et sept autres flics furent tués dans la bagarre qui suivit.

Continue reading « UN MOIS DE MAI ANARCHISTE »

Paris/Bure : Grains de sable et friction(s) à l’EHESS

Ce mardi 9 avril, à 18h, un groupe de personnes a pris la décision de se rendre à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, Boulevard Raspail.

Dsc_0080-medium

Ce mardi 9 avril, à 18h, un groupe de personnes a pris la décision de se rendre à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, Boulevard Raspail. Ce groupe est monté au 6e étage dans la salle 13, où se tenait le séminaire « Penser et lutter avec Bure ».

Les personnes partageaient cette volonté : saboter cette invitation faite à l’élite intello de gauche de « reformuler une critique radicale de l’ordre atomique ». (http://penseretlutteravecbure.toile-libre.org/9-avril-une-autre-fin-du-monde-est-possible/).

Elles étaient portées par l’idée qu’aucune critique radicale de l’ordre existant ne peut naître dans ce contexte. Tout comme des personnes depuis le mouvement à Notre-Dame des Landes, elles se révoltent contre « cette stratégie de communication qui vise à séduire la gauche. En lui parlant dans un langage qu’elle comprend, c’est une manière de lui donner accès à la lutte. Elle s’y sent invitée, et probablement rassurée de cette nouvelle légitimité radicale qui lui manque tant pour continuer à « être de gauche ». (voir la brochure « Le « mouvement » est mort, vive… La réforme !, une critique de la « composition » et de ses élites » page 34).

En novembre 2016, à l’EHESS également, d’autres personnes ont mis en acte cette même idée. Elles sont sorties du néant dans lequel le marketing tapageur des factions dominantes du mouvement les ont cantonnées. Une partie d’entre elles a lu un texte, et une autre a essayé de balancer des tartes à la crème (voir dans la brochure « de la bile sur le feu ») ; hier au menu, c’était plutôt pelures d’oranges et morceaux de pizza servis par la poubelle.

La veille, les gens n’avaient pas potassé leur petit manuel d’actions anti-autoritaire. Ils et elles ont laissé libre cours à leur colère. Il y a eu un silence gêné de la part du « public ». Puis le prénom d’1 des irrécupérables a été balancé, et enfin une personne du « public » a réclamé un dialogue.

Ce n’était pas l’idée.

Par contre, une discussion s’est engagée une fois dehors, avec des personnes qui ont choisi de quitter le séminaire pour parler avec les trouble-fête.

depuis https://nantes.indymedia.org

Gênes : Attaque contre des véhicules de la Poste

GenericaDans la nuit du mercredi au jeudi, des molotovs ont été jetés sur le parking d’un bureau de poste à Gênes. Trois scooters et quatre véhicules de la poste ont été détruits.

Ci-dessous le communiqué :

« Nos morts sont nombreux, mais vous n’avez pas pu détruire l’Anarchie. Ses racines sont profondes : elle est née au sein d’une société pourrie qui s’affaisse ; elle est une réaction violente contre l’ordre établi ; elle représente les aspirations d’égalité et de liberté qui viennent battre en brèche l’autoritarisme actuel. Elle est partout. C’est ce qui la rend indomptable, et elle finira par vous vaincre et par vous tuer. »
Ravachol

Les gouvernements de hier et d’aujourd’hui se succèdent, avec les politiques néocoloniales et assassines du néolibéralisme. Qu’ils parles d’accueil ou qu’ils nourrissent xénophobie et racisme, les pays européens et tous les gouvernements occidentaux à capitalisme avancé ont favorisé et financé des guerres ou bien ils ont crée des situations de déstabilisation sociale, là où cela sert à la conservation des intérêts du commerce de pétrole, d’armes et des minéraux. Les conséquences de ces politiques mortifères sont gérées aujourd’hui avec une main de fer, avec la fermeture des frontières et des ports et avec déportations, assassinats en mer et arrestations aux frontières.

Les lois italiennes produisent des « irréguliers », hommes et femmes soumis tout le long de leurs vies au chantage, à l’exploitation et à l’esclavage, pour une société dans laquelle la richesse est de plus en plus polarisée. Continue reading « Gênes : Attaque contre des véhicules de la Poste »

Montpellier : Flics ou fafs c’est la même merde

Cacatov !

Graphique, Dunette, Emoji, Émoticône, SmileyVendredi 6 avril au soir, la soirée au bar « Le Montpe’l » dans la bonne ville de Montpellier, devait se dérouler joyeusement. La salle avait été réservée à l’avance, et des jeunes gens bien comme il faut entendaient y tenir leur réunion à l’abri des regards, au sous-sol de l’établissement. Cette réunion n’était d’ailleurs pas n’importe laquelle, puisqu’il s’agissait de celle de Génération Identitaire. Mais voilà que vers 20h, un groupe d’une quinzaine de perturbateurs déboule. Ni une ni deux, les convives qui entendaient rire aux blagues racistes et sexistes pleurent à cause des bombes lacrymogènes, tandis que des cacatovs volent dans les airs. Des cacatovs, vous savez ?, ces sacs remplis de merde que les forces de l’ordre reçoivent dans la gueule depuis quelques mois tous les samedis. Alexandre, le gérant du bar, parle aussi d’un trou fait dans le mur avec une batte de baseball. Toujours est-il que ce merdeux qui entendait s’enrichir avec les idées d’extrême-droite en est maintenant pour ses frais. L’ennemi a des noms et des adresses, il est même possible de lui rendre visite… chacun à sa manière.

depuis https://nantes.indymedia.org

Rome : Dommages contre le mouvement pro-vie

Résultat de recherche d'images pour "vierge marie pleur"Par une nuit sombre et orageuse, marchant le long de Viale Manzoni, une poignée de clous et un tube de colle protégés par un parapluie décidèrent de faire des dégâts et se glissèrent dans le verrou d’un siège du mouvement pro-vie.
Les dégâts furent légers mais la joie était grande et ils pensaient ‘ils aimeraient le faire de nouveau.
Contre la famille, l’Etat et l’Eglise.
Nous décidons de notre corps.
Rome, le 4 novembre 2019

 depuis https://roundrobin.info

Grèce : tentative d’assaut de la frontière

Image associéeSamedi, devant le camp de Diavata près de Thessalonique, plusieurs centaines de migrants ont fait face aux flics grecs en cherchant à se rendre à la frontière gréco-macédonnienne. Les flics qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes, se sont allègrement fait caillassés.

Le même jour, environ 200 personnes qui souhaitaient se rendre en direction de Thessalonique, avec l’intention de rejoindre le camp de Diavata, ont envahi les rails de la principale gare d’Athènes. La circulation ferroviaire a alors été interrompue.

Ces derniers réclamaient l’ouverture du poste-frontalier d’Idomeni situé sur la « route des Balkans » (fermé à la suite à la signature d’un pacte migratoire UE-Turquie en mars 2016). Selon les journaflics, une rumeur aurait circulé sur les réseaux sociaux les jours précédents concernant la possibilité de passer la frontière.

Reformulé depuis la presse

Vérone : Attaque contre un local de Forza Nuova

On apprend des médias locaux que, dans la nuit du 6 avril à Vérone, des inconnus ont endommagé les fenêtres du local de Forza Nuova  (la « Maison des Patriotes ») à coup de masses.

depuis roundrobin.info


En Allemagne, c’est la voiture personnelle d’un flic membre d’un parti fasciste qui a pris feu la nuit du 27 mars.

Ci-dessous un extrait du communiqué suite à l’action.

 « Sebastian Pöhls est élu à l’assemblée de l’arrondissement de Treptkow-Köpenick [dans le sud-est de Berlin; NdAtt.] depuis février 2018 et est aussi membre du comité exécutif de l’AfD pour cet arrondissement. Tout étant fonctionnaire de la police à l’immigration, il a milité à l’AfD pendant des années. Il a régulièrement participé à des événements et à des activités électorales et ne cache pas ses penchants racistes. Pöhls est un admirateur du politicien Bernd Höcke, de l’AfD, et soutient le courant volk-nationaliste au sein de l’AfD. Il a aussi participé à un rassemblement des sympathisants de ce courant, le 14 avril 2018, au Wartenberger Hof. Ils sympathise ouvertement pour les identitaires et récemment a participé à des nombreuses reprises aux marches racistes « Zukunft Heimat » à Cottbus.

Du coup, nous sommes allé.e.s faire visite à Pöhls dans son quartier résidentiel, prétendu tranquille, et nous avons foutu le feu à son Audi, juste devant sa porte. »

En guerre constante contre les ennemis de la liberté !

[traduit par attaque.noblogs, depuis mpalothia.net]

En cas d’envie urgente de taguer à l’extincteur

Veuillez suivre la procédure décrite ci-dessous.

1/ Procurez-vous un extincteur “eau+additif” et dévissez-en la tête avec une clé n°17.
2/ Retirez la tête. Vous constaterez la présence d’une cartouche de gaz* fixée à celle-ci.3/ À l’aide d’un bâton relevez le niveau d’eau contenu dans la bonbonne.
4/ Videz le contenu de la bonbonne.
5/ À l’aide d’une bouteille découpée, remplissez la bonbonne d’une peinture bien fluide, jusqu’au niveau précédemment relevé.
6/ Remontez la tête de l’extincteur. Serrez bien les boulons. C’est prêt !

Et maintenant à votre tour de répandre le chaos !


*Attention, tout les extincteurs ne sont pas utilisables. Certains n’ont pas de cartouche de gaz et sont directement sous pression. Si vous tenez à vos dents, n’en ouvrez pas un sans l’avoir vidé normalement au préalable. Par ailleurs, s’il n’a pas de valve auto à sa tête, vous ne pourrez pas le représsuriser. Il sera donc sans intérêt ici.

Repris de https://spasme.noblogs.org

 

Brise – Contribution à la lutte contre la future maison d’arrêt d’Ifs et le monde qui en a besoin

A bas tous les enfermements et le monde qui en a besoin !

Ce recueil de texte cherche à modestement créer certaines brèches et élargir d’autres déjà existantes. Il tente ainsi de fissurer, à travers une diversité de témoignages et d’analyses, certaines idées encore trop courantes sur un quelconque rôle salvateur de la tôle, ou que celle‐ci ne toucherai au fond que celleux qui le mérite. Il s’attaque au monde qui a besoin de la taule ainsi qu’à de ses soi‐disantes peines alternatives qui ne sont au fond qu’une manière d’étendre son spectre à toujours plus d’individu∙es. Certains des textes présents lèvent le voile, de l’intérieur comme de l’extérieur des murs, sur ce qui au fond n’est que l’histoire de la multiplicité des modes d’enfermement rendant toujours plus obsolète cette distinction dehors/dedans. S’inscrivant dans une perspective anarchiste, ce recueil a vocation à contribuer aux luttes contre tous les rapports de domination et d’exploitation dont la taule n’est qu’une des formes les plus exacerbées. Ainsi, plus localement, il s’inscrit ainsi contre la construction d’une nouvelle maison d’arrêt à Ifs. S’il est prévu que le second semestre 2020 soit posée sa première pierre, nul doute que nous sommes quelques‐un∙es à déjà l’imaginer renvoyée à la gueule de ses expédi∙teurs/trices.

Pour télécharger la brochure : https://sansattendre.noblogs.org/files/2019/04/brise-hd.pdf

depuis SansAttendreDemain

Aussi :

Caen, France : Discussion contre l’enfermement et le projet de nouvelle prison à Ifs – Vendredi 5 avril au local Apache


Fresnes (Val-de-Marne), France : Rébellion à la prison

A la prison de Fresnes (Val-de-Marne), quatre-vingt détenus ont refusé de réintégrer leur cellule ce dimanche après-midi à l’issue des promenades, selon le syndicat SNP-FO. 

Les ÉRIS, équivalents des CRS pour les taules, sont intervenus pour rétablir l’ordre. La première division de la prison, c’est-à-dire la majeure partie a été évacuée dans un premier temps puis la deuxième division. La situation est revenu sous contrôle aux alentours de 20h selon SNP-FO. Toujours selon le syndicat de matons, les détenus demandent de meilleures conditions d’hygiène au sein de la prison. Le centre pénitentiaire compte un peu moins de 2 500 détenus.

|Repris de leur presse, 31.03.2019 par SansAttendreDemain]


Riom (Puy-de-Dôme) – Deux détenus montent sur le toit

Jeudi 4 avril, vers 9 heures, deux détenus de la prison de Riom (Puy-de-Dôme) se sont retranchés sur le toit de l'établissement pénitentiaire. / © B. Baude

Deux détenus sont parvenus à monter ce matin (04/04/19) sur le toit de d’un des bâtiments de la prison de Riom pendant plus de 4 heures afin de s’opposer à des décisions prises par les juges concernant leur dossier, ils ont ensuite été délogés par une unité spécialisée.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/puy-de-dome/puy-dome-deux-detenus-retranches-toit-prison-riom-1650050.html

Dijon : Cocktails contre la préfecture

Des cocktails molotov ont été jetés sur la préfecture de Côte-d’Or à Dijon dans la nuit de samedi à dimanche. Ils ont déclenché un début d’incendie sur une bâche d’un bâtiment en travaux.

Deux engins qui n’ont pas explosé ont été retrouvés sur place.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/dijon-des-cocktails-molotov-jetes-contre-la-prefecture-31-03-2019-8043507.php

(Milan) No Expo : cinq compagnons ne seront pas condamnés en Italie

Le tribunal de Milan, a « acquitté » cinq anarchistes grecs accusés de « dévastation et pillage » dans le cadre des affrontements survenus le 1er mai 2015 lors de l’inauguration de l’Expo à Milan, car ceux-ci avaient déjà été jugés et condamnés dans leur pays d’origine à 2 ans et 5 mois pour ces mêmes faits (mais pour des infractions mineures ce type d’accusation n’existant pas dans le code pénal grec). 
.

Les juges grecs avaient déclaré qu’il n’existait pas de responsabilité collective mais seulement une responsabilité personnelle et qu’il n’y avait pas suffisamment d’éléments d’accusation pour les arrêter et les renvoyer en Italie. La cour d’appel d’Athènes a alors rejeté la demande d’extradition présentée par les tribunaux de Milan..

Corteo No Expo, Milano (Ansa)Le tribunal a appliqué le principe Non bis in idem (signifiant textuellement : pas deux fois pour la même [chose], vous ne pouvez pas êtes jugé deux fois pour les mêmes incidents).

.

Reformulé depuis la presse

Canada : Prison pour migrant.e.s – Attaques sur deux développements de condos de Lemay

La nuit du 19 mars, les bureaux de vente de Humaniti se sont fait défoncer leurs fenêtres et deux tours Lowney ont été redécorées avec de la peinture dans un extincteur de feu. Qu’ont en commun ces développements de condos? Ils ont tous les deux été designés par la firme d’architecture Lemay, qui est en train d’aider à la construction d’une prison pour migrant.e.s.

Pourquoi perturber la paix des citoyens qui occupent ces condos de luxe, qui ont une richesse et un confort qui est fondé sur la dépossession, l’exploitation et l’emprisonnement de celles et ceux qui sont ici depuis avant la colonisation de ce continent, ces nouveaux arrivants qui veulent une meilleure vie, de survivre ou qui sont poussés ici par l’empire, et toutes celles et ceux qui résistent à l’ordre des choses?

Lemay, nous espérons que vous aimerez informer vos potentiels clients que leurs projets vont être sabotés si ils vous engagent. Si vous choisissez de ne pas les informer, on leur donnera une surprise qui leur coûtera cher.

À tout.e.s celles et ceux qui se battent contre les frontières au soi-disant Québec et au soi-disant Canada: attaquons les compagnies et les agences impliqués de n’importe quel façon dans la construction de cette prison pour migrant.e.s, pour qu’elle ne soit jamais construite.

Feu aux prisons! Sabotons les frontières, ceux qui les gardent et leurs collaborateurs.

depuis https://mtlcontreinfo.org


Suzanne Bergeron, présidente de Sodexo Canada

Suzanne Bergeron, présidente de Sodexo Canada

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Au petit matin du 29 mars, la présidente de Sodexo Canada a été visitée chez elle, à Brossard. Tous les pneus des deux voitures dans son entrée ont été percés, leurs pare-brises défoncés et les inscriptions FUCK SODEXO et (A) ont été tracées sur leurs capots.

Sodexo bénéficie de l’enfermement à travers le monde. Ils offrent entre autre des services de gestion de prisons privées, de centres de détention pour migrant.es et des services de cafétéria pour les prisons.

Au Canada plus particulièrement, ils bénéficient de l’économie extractive en offrant des services de sécurité et de cafétéria pour les sites extractifs.

Cette action est en solidarité avec les prisonniers anarchistes partout.

Les profiteurs de l’enfermement ne doivent pas dormir paisiblement. Les entreprises qui considèrent prendre des contracts pour la construction de la nouvelle prison pour migrant.es à Laval devraient y penser à deux fois.

Auriol (Sud-Ouest) : Une personne d’Act-Up en GAV suite à une action à la permanence LREM

Mardi 26 mars 2019, des membres d’Act Up-Sud Ouest ont placardé des tracts sur la façade de la permanence parlementaire de Monique Iborra, 22 bd Vincent Auriol 31170 Tournefeuille (tel : 0561446382), en réponse à l’expulsion de personnes séropositives vers le Brésil.

Suite à cette action, un membre de l’association a été interpellé et mis en garde à vue.

source : actupparis.org

[Athènes] Attaque contre le département de Police A. T. Acropole – Lambros vit dans les flammes 

Avec un peu de retard, la traduction d’un communiqué qui fait suite à une attaque à Athènes, le 02 mars 2019*, en mémoire du compagnon Lambros Fountas (1).


.La nouvelle publiée en mars, il y a neuf ans, nous a bouleversés mais ne nous a pas surpris.

Notre compagnon, Lambros Fountas, était mort dans un échange de coup de feu avec des flics lors du l’expropriation d‘un véhicule à Daphné. Connaissant Lambros, nous connaissions tous ses choix en tant que rebelle. Connaissant Lambros, nous savions que son calme solidel’absence d’idées arrêtées, sa profonde moralité humaine lui permettaient de percevoir son engagement révolutionnaire de manière indivisible et complète. Nous l’avions rencontré lors des réunions, des occupations, des marches, des patrouilles [contre les keufs ou les fafs, ndT], des collages, des réunions secrètes, des révoltes, des actions antifascistes, des incendies de nuit. Et cela ne nous a pas surpris quand, avec sa mort, nous avons appris que ses choix révolutionnaires incluaient sa participation à la lutte armée révolutionnaire (2).

Parce que c’était exactement Lambros. Un homme accompli, un révolutionnaire accompli. Jusqu’au bou.

Honorant la mémoire de notre compagnon, samedi soir, le 2 mars, nous avons attaqué la station de police dans le quartier de Koukaki, un des endroits d’assassinats et de tortures parmi d’autres.

Nous ne pouvions pas manquer de mentionner l’article du journal « Καθημερινής » à propos de notre attaque, qui nous informe que le GADA (commissariat central d’Athènes) avait ordonné des arrestations preventives, en échange de jours de congé. En effet, les persécuteurs et assassins du migrant nigérian Ebuca (3), combien de jours de congé ils ont eu?

POUR UNE RÉPONSE SOCIALE

LAMBROS VIT DANS LES FLAMMES

https://athens.indymedia.org/post/1596249/ Continue reading « [Athènes] Attaque contre le département de Police A. T. Acropole – Lambros vit dans les flammes « 

Calais, France : Tentative de passage en force de la frontière

Dans la soirée du samedi 2 mars, près de 100 migrants ont réussi à entrer de force dans le port de Calais et la moitié d’entre eux est parvenue à grimper à bord d’un ferry. Pour ce faire, ils ont saisi l’occasion de la marée haute pour s’y introduire. Au moins 46 d’entre eux ont été interpellés par les flics.

« À 10h30 dimanche, les sapeurs-pompiers du GRIMP (Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux) étaient toujours sur place pour tenter de faire descendre « une petite dizaine de migrants », regroupés « sur une passerelle exposée en plein vent à plusieurs dizaines de mètres de hauteur » à l’extérieur de la cheminée du ferry, a indiqué Jean-Philippe Vennin, sous-préfet de permanence pour le Nord et le Pas-de-Calais. Les migrants, qui espéraient rejoindre le Royaume-Uni, avaient pénétré dans l’enceinte du port samedi entre 21h15 et 21h30. Une cinquantaine d’entre eux avaient réussi à monter dans le « Calais Seaways », un ferry de la compagnie DFDS, « en provenance de Douvres et qui venait d’accoster », au moyen d’une échelle d’entretien et en raison de la marée haute, selon Jean-Philippe Vennin. Tombés à l’eau lors de leur tentative, deux migrants avaient été repêchés par les pompiers » (Europe 1, 3 mars 2019).

Le trafic des bateaux a été temporairement perturbé. Au moins deux ferrys ont dû patienter au large, « le temps de sécuriser » la zone, puis ont pu reprendre leur route. (20 Minutes, 3 mars 2019)

Repris de sansattendre.noblogs.org

De nouvelles actions en solidarité avec les arrêté.e.s de Turin et de Trente

* Athènes : Action à l’école italienne en solidarité avec l’asilo et les arrêté.e.s de Trente et de Turin

post imageDans la nuit du jeudi 07/03, nous avons tagué et laissé des tracts à l’école italienne d’Athènes. Nous avons agit en solidarité avec l’expulsion de l’asile par l’État italien et en solidarité avec les compagnon.nes touché.e.s par l’opération Renata.

Le terroriste c’est l’Etat
Feu à toutes les prisons et aux centres de détentions
La solidarité est notre arme

* Rome : Un DAB saboté en solidarité

 “Aïe”, a dit la vitrine, mais le DAB n’a pas répondu, car on lui avait fermé la bouche.

Dans la nuit du 7 mars, on a blessé une vitrine et mis hors service le DAB d’une agence de la banque Intesa San Paolo, en solidarité avec les compagnon.ne.s de Turin et avec toutes les personnes qui luttent chaque jour.
Contre les frontières.
Contre les cages.
Contre le patriarcat.
Contre la gentrification.
Contre chaque état, chaque chef, chaque mari, chaque parti.

 

traduit de roundrobin.info par attaque.noblogs.org

Thessalonique (Grèce) : Intervention au consulat de Suisse suite à l’arrestation d’un compagnon anarchiste

Le 29 janvier, la police suisse arrête un compagnon anarchiste à Zurich. S’en suit une perquisition dans une maison et dans une bibliothèque anarchiste, un lieu auquel il participe activement. Il convient de noter que la bibliothèque anarchiste est un lieu des plus actifs avec d’importants livres et revues du mouvement anarchiste du 19ème et du début du 20ème siècle.

Il est poursuivi et accusé d’avoir participé :

  • à une attaque incendiaire contre des véhicules de l’armée suisse
  • à une attaque incendiaire sur la tour radiofréquence de la police suisse
  • au collage d’une affiche qui préconise « la destruction de biens et le recours à la violence à l’encontre d’entreprises et de personnes qui participent à la construction de la prison de Basslergut (centre de détention pour migrants) à Bâle et à la construction du nouveau centre de police et de tribunaux à Zurich »

Le compagnon sera placé en détention préventive pendant au moins trois mois, car, conformément au code pénal suisse, les demandes de libération sont réexaminées tous les trois mois. Résultat ? Le compagnon risque d’être en détention préventive pendant très longtemps (dans certains cas, la détention préventive pourrait durer jusqu’à deux ans et demi).

Quelques mots sur la « neutralité » de l’État suisse.

Pendant près de deux siècles, l’État suisse lutte pour être (et y est très bien parvenu) réputé dans le monde entier pour sa «neutralité et son maintien de la paix». Encore un mensonge, car même s’il n’a pas été directement impliqué dans des guerres entre États, il ne l’a fait que pour renforcer encore sa position de « tirelire » capitaliste, en tant qu’endroit sûr pour les riches, afin de préserver cette richesse ensanglantée. Contre l’ennemi interne, il n’hésite pas à montrer, comme tous les États, son visage de guerre. Quiconque brise la façade de la richesse, quiconque conteste la loi et l’ordre sera puni.

Face à tous les efforts d’inclusion et de répression déployés par l’État suisse, le combat des compagnon continue et continueront à se battre. Nous sommes à leurs côtés. La lutte et la solidarité ne connaissent pas les frontières.

Attaque contre l’État et ses dispositifs

Solidarité avec tous ceux et celles qui sont poursuivis pour actes de violence révolutionnaire contre l’État suisse

depuis https://actforfree.nostate.net

Athènes : Affrontements suite à la mort d’un migrant

Des manifestants se sont affrontés le 27 février 2019 à la police anti-émeute à Athènes lors du rassemblement pour dénoncer la mort de Ebuca Mama Subek, 34 ans. Ce Nigérian, père de deux enfants, décédé dans un poste de police de la capitale particulièrement connu pour ses violences contre les migrants, celui du quartier d’Omonia. Les policiers ont d’abord niés avoir arrêté Ebuca Mama Subek, puis ont changé de version en affirmant qu’il était venu s’effondrer dans la salle d’attente… Les manifestants ont érigé des barricades en flammes et lancé des pierres en se dirigeant vers le poste de police mercredi soir. Les policiers ont tiré des gaz lacrymogènes et chargés les manifestants.

 

repris de non-fides

Madrid : Incendie d’un DAB en solidarité avec les prisonniers anarchistes

Dans la nuit du 18 février 2019, un distributeur de billets de l’agence bancaire ‘Bankia’ a été incendié dans le quartier de Usera. Cette petite action est un signe d’encouragement pour Lisa, récemment transférée d’Allemagne à Madrid, pour les inculpé.e.s du G20, les compagnon.ne.s arrêté.e.s à Madrid le 29 30 octobre dernier, accusé.e.s de l’incendie d’un autre distributeur de billets de ‘Bankia’ et pour les compagnon.ne.s en Italie, récemment frappé.e.s par de nouvelles opérations contre les milieux anarchistes à Turinet à Trente, ainsi que pour les compagnon.ne.s jugé.e.s dans les opérations ‘Scripta Manent‘ et ‘Panico‘.

Faites savoir aux Etats espagnol et italien que la solidarité anarchiste ne s’arrêtera pas. Et cela se concrétisera par autre chose que de simples mots. Le sabotage est simple et facile. Sa force réside dans les possibilités de le reproduire.

Nous inscrivons également cette petite action comme une contribution à la semaine d’agitation et de propagande contre la gentrification, la spéculation capitaliste et en défense des squats.

Liberté pour Lisa, liberté pour tou.te.s !

Vive l’anarchie !

[Traduit de l’espagnol de Contramadriz, febrero 28, 2019 par sansattendre.noblogs.org]

Varese (Italie) : Attaque contre la Lega

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 1 heure, des inconnus ont cassé la vitrine du local de Lega via Dante avec un extincteur. Ils sont entrés, ont volé un drapeau, écrit « La pacchia è finita » et ont vidé deux extincteurs. à l’intérieur du local.

vandalismo sede lega fagnano olona marzo 2019

repris de roundrobin.info

 

De nouvelles actions en solidarité face à la répression en Italie (MAJ)

* Cremona : Action en solidarité

Après les arrestations et les perquisitions dans le Trentin, une colonne de fibres optiques a été mise hors service pendant la nuit. Silencier le technomonde pour faire hurler la chair fraiche. Par solidarité, également avec les compagnons de Turin, avec le compagnon du Fermento, avec les prisonniers des opérations scripta manent et panico. Même ici, dans le brouillard de Crémone, la pilule de la répression ne passe pas.

* Athènes : Solidarité avec les arrêtés de Turin et du Trentin

Le vendredi 22 février, l’Institut italien de la culture d’Athènes a été occupé en solidarité avec les personnes arrêtées de Turin et du Trentin et de l’Asile.
De l’intérieur du bâtiment, des courriels ont été envoyés aux autorités de l’État italien et des tracts ont été lancés pour exprimer la solidarité avec les compagnons arrêtés.
Dehors, deux banderoles en grec et en italien sur lesquelles il était écrit:
Le terroriste c’est l’Etat
Solidarité avec l’asilo occupé et les personnes arrêtées à Turin et dans le Trentin.

L’info sur indymedia avec des photos: https://athens.indymedia.org/post/1595864/
Feu à toutes les galères!
Liberté pour toustes !

Des anarchistes

* Cagliari : Une antenne-relais incendiée en solidarité

Dans la nuit de jeudi 14 février on a incendié une antenne-relais à Cagliari, sur la Piazza Maremma.
En solidarité avec les compas de Turin arrêtés et l’Asilo expulsé.
Liberté pour Antonio, Silvia, Giada, Larry, Nicco, Beppe !
.

*  Milan : Une agence de la Poste attaquée en solidarité

Dans la nuit du 26 au 27 février, on a détruit deux distributeurs de billets, les vitres et la porte de la Poste de la Via Franco Tosi, à Milan.

Liberté pour Nicco, Larry, Silvia, Giada, Antonio et Beppe.
Liberté pour Rupert, Agnese, Stecco, Giulio, Nico, Sasha et Poza.

traduction attaque.noblogs.org

 

depuis roundrobin.info

Allemagne : Tout feu tout flamme contre l’armée, les flics et les fachos

Brême, 17 février : incendie de deux camions de l’armée allemande

Dans la nuit de samedi 17 février à Brême, deux camions de l’armée allemande ont brûlé dans le secteur de Neustadt. L’un a été entièrement détruit par les flammes, l’autre fortement endommagé. Les enquêteurs de la Staatschutz se sont saisis des investigations.

C’est vers 2h30 samedi qu’un citoyen vigilant signale aux flics que les flammes sont en train d’embraser un camion de la Bundeswehr sur un parking de véhicules utilitaires à Neustadt. Le montant des dégâts n’a pas été communiqué. Un communiqué de revendication a été publié sur la plateforme de publication libre de.indymedia.org. En voici la traduction:

« A l’occasion de la conférence de l’OTAN sur la sécurité à Munich, nous avons incendié deux camions de l’armée à Brême dans la nuit du 17 février 2019. Nous avons allumé les deux véhicules par les pneus avants. Les camions civils se trouvaient à une distance suffisante.

Les temps qui courent sont à la guerre. La résiliation du traîté de désarmement des forces nucléaires à portée intermédiaire et l’augmentation du budget de l’OTAN pour l’armement n’en sont que deux signes parmi tant d’autres. En ces temps de réarmement international et de montée du militarisme, notre perspective est celle du désarmement pratique par la base. Nous avons établi une pratique locale de sabotage directe contre la folie mondiale de l’oppression militaire et économique. » Continue reading « Allemagne : Tout feu tout flamme contre l’armée, les flics et les fachos »

Trente – Solidarité avec les compagnons arrêtés

Un texte et un rencard diffusés à Trente en solidarité avec les compagnons arrêtés.arrêtés:
.
LE CŒUR PAR-DELÀ LES BARREAUX
.
En attente d’une analyse plus approfondie, quelques mots.
Une autre « association subversive à des fins terroristes » (article 270 bis), assortie d’une série d’infractions contestés (de l’interruption du service public à la destruction, du sabotage de dispositifs télématiques à « l’attaque terroriste », de l’incendie au transport de matériel explosif). 50 perquisitions, 150 policiers et carabiniers mobilisés, des rues entières bloquées, irruption d’agents munis de passe-montage et de gilets pare balle. Et surtout, 7 camarades arrêtés. Une opération en grande pompe – menée à la fois par les Digos et les Ros -, avec une conférence de presse de « l’antiterrorisme » à Rome. Et le lynchage habituel des médias.
Pas de surprise. Non seulement parce que c’est l’énième enquête pour 270 bis, mais aussi parce que « arrêter les anarchistes » a été pendant des semaines le refrain préféré des préfets de police, préfets, magistrats, hommes politiques et journalistes.
Quel est le problème pour les gardes armés et en toges de ce magnifique ordre social?
Dans le Trentin-Haut-Adige, il y a présence anarchiste trentenaire. Des compagnons et compagnonnes ont toujours été présents dans toutes les luttes, grandes et petites, contre l’exploitation, contre la dévastation du territoire, contre le racisme d’État. Dans les les luttes et dans la rue, l’action directe de nuit n’a jamais fait défaut (dans les dossiers du Parquet, depuis 2014 à nos jours, environ soixante-dix attaques petites ou grandes contre des banques, des casernes, des antennes relais, des véhicules militaires, des tribunaux, sièges de parti). Alors, comment la paix sociale peut-elle continuer à régner jour et nuit? La recette est toujours la même : attribuer quelques attaques à certains anarchistes (6 sur 70 …) et affirmer que tout – des tags sur les murs à l’attaque incendiaire – est planifié par une fantasmatique association subversive avec beaucoup de rôles (le chef idéologique, le responsable du secteur la logistique, responsable des relations avec les avocats, etc.), pour tenter ainsi de distribuer des années de prison. Plus généralement, dégager les casse-pieds pour passer avec le rouleau compresseur sur ce qu’il reste de liberté. La première étape consiste à isoler. C’est pourquoi les maisons des compagnons deviennent « des repaires », l’attitude obstinée à ne pas être espionné est présentée comme « quelque chose qui rappelle la mafia », etc. « Ils faisaient beaucoup les gentils et les solidaires, mais entre-temps, ils préparaient des attaques. Prenez vos distances ».
Comme d’habitude, il s’agit de faire le contraire. Continuer les luttes. Ne pas laisser pas seuls nos compagnons. Défendre publiquement les actes dont ils sont accusés. Relancer la solidarité contre une attaque qui veut aussi écraser les relations et les affects.
Nous n’avons pas de réponses simples. Mais quelques bonnes questions. Pouvons-nous changer cet état de choses sans nous battre? Pouvons-nous nous battre sans prendre de risque? Les conditions pour lesquelles cela vaut la peine de risquer ne mûrissent jamais seules? En attendant, on fait quoi?
De toute part on hurle au fascisme pour la politique de Salvini. Et ensuite? On est horrifié pour une explosion au siège de la Ligue? Allons. Que chacun y mettre du sien, pour que quelqu’un n’ai pas à tout mettre.
.
Le terroriste, c’est l’État!
Agnese, Sacha, Poza, Stecco, Nico, Giulio et Rupert libres de suite!
VENDREDI 22 FÉVRIER 18h00, FACULTÉ DE SOCIOLOGIE
(via Verdi, Trente)
ASSEMBLÉE PUBLIQUE EN SOLIDARITÉ AVEC LES ARRÊTES
.
Des anarchistes
.
Repris de roundrobin.info

Pinerolo (Italie) : Attaque en solidarité avec les anarchistes arrêtés

Cette nuit, nous avons attaqué le bureau de poste de Pinerolo, solidaires et complices avec les anarchistes arrêtés à Turin et dans le Trentin, et avec les compagnons arrêtés pour les événements de Florence et pour l’opération Scripta manent. SALVINI BOIA – L’ASILO EST PARTOUT

repris de roundrobin.info

voir aussi : https://cracherdanslasoupe.noblogs.org/?p=4123 (maj régulièrement)

Trente (Italie) : Manifestation en solidarité avec les arrêté.e.s du 19.02

Une cinquantaine de personne ont manifesté dans les rues de Trente après l’épisode répressif du 19/02, aux cris de « LIberté pour tous », « Salvini tu es le premier sur la liste », « Le terroriste c’est l’Etat ». Quelques tags ont été laissés sur les murs. 

Les faits contestés concerneraient différentes attaques ayant eu lieu entre 2017 et 2019, dans le cadre d’une enquête ayant débuté en 2016 pour laquelle plusieurs compagnon.nes ont été arrêté.e.s le 19/02 à la demande du parquet de Trente, pour, à titre divers, « association à des fins de terrorisme ou de subversion de l’ordre démocratique, de possession et de fabrication de faux documents d’identité, de fabrication, de détention et de port d’armes et d’explosifs, incendie et dommages causés aux systèmes informatiques ou télématiques, d’utilité publique, à des fins terroriste ». 

Selon les merdias, l’enquête regarderait des attaques contre un laboratoire de mathématiques industrielles et de cryptographie du département de mathématiques et de physique de l’Université de Trente, avec l’utilisation d’une bombe explosif ou incendiaire qui, le 8 avril 2017, a détruit les systèmes d’information ; des dommages causés à un pylône de transmission de signaux de radio et de télévision et du matériel de retransmission, le 7 juin 2017 à Monte Finonchio (Rovereto). Auraient également été détruits des équipements utilisés pour la transmission des carabiniers, dont les dommages ont entraîné une interruption temporaire des liaisons radio. L’enquête regarde également l’attaque contre neuf voitures de la police locale, avec des cocktails Molotov, le 3 décembre 2017 à Trente ; une succursale d’Unicredit, toujours avec un engin explosif, le 25 juillet 2018 à Rovereto ; le siège de l’agence de travail temporaire Randstad le 1er septembre 2018 à Rovereto. Egalement deux engins explosifs, dont un seul a explosé, devant le siège de la « Ligue », le 13 octobre 2018, à Ala*. (https://cracherdanslasoupe.noblogs.org/?p=1015)

 

reformulé de la presse.

La Spezia (Italie) – Mises à jour sur les poursuites du 6 janvier 2019

Le 5 janvier 2019 à La Spezia* 14 personnes sont arrêtées et emmenées au commissariat pour être identifiées à travers la prise d’empreintes et de photos. Les infractions reprochées sont dégradations, peinture et détérioration d’œuvres architecturales publiques et privées en réunion. Selon le dossier « En plein centre de La Spezia [ils] ont enduit de peinture rouge l’une des rues historiques de la ville, endommageant la fontaine artistique adjacente de la Piazza Garibaldi et apposant des dépliants contenant un écrit en solidarité avec Paska, Ghespe et Giova et tous les inculpés de l’opération de Panico ». Pour 10 d’entre eux, la police a émis un avis d’expulsion [foglio di via] de 3 ans de la municipalité de La Spezia. Moins d’un mois plus tard, le Parquet de La Spezia a émis, pour 14 personnes une demande d’interdiction de séjour et de surveillance spéciale. Le 29 Janvier, le tribunal de Gênes (section des mesures préventives) a rejeté la demande d’interdiction de résidence, mais a fixé l’audience pour décider de la surveillance spéciale au 27 mars 2019.

Les mises à jours suivront

*Voir ici : https://cracherdanslasoupe.noblogs.org/?p=3593

repris de roundrobin.info


Quelques notes à propos de la Surveillance Spéciale :

La Surveillance Spéciale correspond ici à l’application de mesures de prévention appliqués à une personne soupçonnée et jugée “socialement dangereuse”, ayant fait l’objet ou non d’une condamnation (elle peut par exemple être appliqué à une personne sortant de prison).

Continue reading « La Spezia (Italie) – Mises à jour sur les poursuites du 6 janvier 2019 »

Turin : l’opération « Scintilla » élargie à une quarantaine de personnes

On apprend des merdias italiens que l’enquête ne concerne pas seulement les six personnes arrêtés ces derniers jours par la Digos mais une quarantaine de personnes. Cette enquête concernerait l’envoi de paquets explosifs, également « des documents et sites Web incitant à commettre des actes de violence contre les prestataires des centres d’expatriation », ainsi que le soutien des révoltes à l’intérieur du CPR [centre de rapatriement] de corso Brunelleschi à Turin, frappé par de fréquents incendies et saccages.

Les investigations de l’opération « Scintilla » regarderaient l’ensemble du réseau anarchiste turinois mais également de nombreux « activistes » d’autres régions et de l’étranger.

reformulé depuis la presse

Action à Thessalonique en solidarité avec les Turinois

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"Le samedi 9 février, nous avons attaqué la chambre de commerce italo-grecque de Thessalonique, laissant un engin explosif devant l’entrée principale, une action qui n’a pas été divulguée par les médias.
Cette attaque est une réponse à la répression exercée par l’État italien, avec le dernier exemple de l’opération d’évacuation de l’asilo de Turin.
Au petit matin du jeudi 7 février, l’occupation a été expulsée et le même matin, six compagnons ont été arrêtés sous prétexte d’association subversive.
L’occupation existe depuis 24 ans et constitue un point de référence pour les actions continues menées contre les centres de détention pour immigrés, contre les expulsions de logements populaires et contre l’embourgeoisement des quartiers.
Ce coup répressif arrive à la fin d’un climat de persécution qui a frappé les anarchistes turinois ces dernières années, notamment par des arrestations, des obligations et des interdictions de séjour, et bien plus encore.

Cette attaque est un signal de solidarité envers les compagnons de Turin qui continuent à lutter
C’est aussi un signal de solidarité avec Spyros Christodoulou, en grève de la faim depuis le 14 janvier. Tiens bon Spyros.

CRÉONS DES LIENS DE SOLIDARITÉ ENTRE LES FRONTIÈRES QUI NOUS DIVISSENT

POUR UN MONDE SANS PRISON SOLIDARITÉ AVEC L’ASILO OCCUPATO

LIBERTÉ POUR LES 6 ARRÊTÉS

LIBERTÉ POUR BATTISTI, MORT À L’ÉTAT

LIBERTÉ POUR LES PRISONNIERS DE L’OPÉRATION SCRIPTA MANENT ET PANICO

POUR L’ANARCHIE

 publié sur indymedia athènes

 

Turin : La prison en proie aux flammes

Résultat de recherche d'images pour ""les prisons en feu les mâtons au milieu"Le 10.02 lors de la manifestation devant la prison « les Vallettes » de Turin, en soirée, après les émeutes qui ont suivis l’expulsion du squat l’Asilo, un cortège d’une centaine de personnes a avancé jusqu’aux abords de la prison en solidarité avec les personnes interpellées, des slogans « feu aux prisons » et quelques fumigènes ainsi que des molotovs ont été lancé sur des murs de la prison. Un incendie a ensuite été déclenché par le jet d’un engin incendiaire au dessus de l’enceinte de la prison (le compost et les ateliers de pâtisserie-boulangerie ont pris feu), les flammes ont fait exploser des bonbonnes de gaz et un pan de l’atelier s’est écroulé un peu plus tard dans la soirée.

Au sein de la prison étaient détenues les 11 personnes emprisonnées (libérées depuis) suite aux émeutes ayant suivi l’expulsion du squat de l’Asilo et les 6 personnes incarcérées lors de l’expulsion (pour association subversive)*.

reformulé de la presse

* Pour écrire aux six arrêté.es :

Rizzo Antonio
Salvato Lorenzo
Ruggeri Silvia
Volpacchio Giada
Blasi Niccolò
De Salvatore Giuseppe

C.C. Lorusso e Cutugno
Via Maria Adelaide Aglietta, 35
10149 – Torino (Italie)

** Niccolò, Giuseppe, Antonio Rizzo et Lorenzo ont été transférés à la section de AS2 de la prison de Ferrara.

Pour leur écrire :
C.C. di Ferrara Via Arginone 327, 44122 Ferrara (Fe)


* Le lendemain (11.02) a eu lieu une énième audience du procès pour l’opération « Scripta Manent » (23 personnes sont inculpées dans la cadre de cette opération dont 7 toujours emprisonnées). La salle d’audience (Salle « Bunker ») située au sein de la prison Le Vallette a été évacuée après que des personnes solidaires aient tenté de perturber le réquisitoire du Procureur Sparagna.

(Pour écrire aux prisionnier.ères : https://cracherdanslasoupe.noblogs.org/?page_id=1403)

Turin (Italie) : Expulsion de l’Asilo et arrestations

Aujourd’hui, à 4 h 40, le squat l’Asilo via Alessandria 12 a été pris d’assaut par une énorme quantité de camions [de flics]*.

Parallèlement, sept arrestations ont été effectuées (il pourrait y en avoir huit maj. 6, actuellement toutes dans la prison Le Vallette* de Turin, dans le cadre de la dénommée opération Scintilla) pour association subversive (article 270 bis) dans le cadre de la lutte contre les centres d’internement et de rapatriement des personnes migrantes.

La répression actuelle ne s’arrête pas là : dans l’immeuble devant l’asile des compagnons, ont décidé de faire entendre la radio directement sur le balcon, ils ont été surpris par une panne de courant provoquée par les policiers en bas de l’immeuble qui les attendait à la porte. Des contrôles d’identité ont eu lieu dans la zone d’Aurora, mais pas seulement, la police attendait également à l’extérieur de la station de Porta Susa.

À 6 heures, Via Cecchi s’est tenu un rassemblement qui s’est rapidement transformé en cortège défilant actuellement dans les rues de la ville (il se trouve actuellement sur la place Santa Giulia).

Turin est aujourd’hui une ville assiégée : reprenons le contrôle de notre vie et soutenons la lutte des compagnons de l’asile toujours coincés sur ce toit. Les Turinois n’abandonnent pas face au fascisme qui sévit dans la ville.

Publié le 07.02 sur roundrobin.info


MAJ :
Trois compagnons sont descendus du toit (dont un a été arrêté pour association de malfaiteurs), trois autres ensuite (après voir tenu pendant 36 heures) un rassemblement est en cours devant le squat. (08.02)

MAJ régulières ici  : https://www.autistici.org/macerie/?p=33314&fbclid=IwAR3FAx3iGbqcQefr8ku1qs5GSB_UqNkWlcbxoqfSGZGvnDsK3uK3u2-EkhE, et sur radio blakout (en Italien)


Quelques actions en solidarité (maj régulièrement)

* Bologne : cortège en solidarité avec les arrêtés de Turin

Jeudi 7 février au soir, un cortège composé d’une trentaine de personnes « solidaires avec les personnes arrêtées à Turin et avec l’asile en cours d’expulsion » (texte de sur la banderole de tête) a traversé les rues du quartier de Bolognina avec des interventions au mégaphone, tags sur les murs et collage d’affiches autour des faits de la journée.
Les vitres et les guichets automatiques d’une BPM brisées le long de la route.
La Banque Populaire de Milan est l’une des banques actionnaires de Alba Leasing, propriétaire de l’immeuble du futur Centre de rapatriement de Modène.

* Milan : action en solidarité avec les arrêtés du Turin

Dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9, une succursale de la poste italienne de la rue d’Agrate a été attaquée. La porte d’entrée et le guichet automatique ont été brisés à coup de marteau. Un tag a été laissé « FEU AUX CPR » ET « SOLIDAIRE AVEC LES COMPAGNONS ARRÊTES A TURIN

* Milan (bis) : Action en solidarité avec les compagnons de Turin (15/02)

Hier dans la nuit, nous avons brisé à coups de marteaux le DAB et les vitrines de la banque Intesa-San Paolode Via Meda. Sur la porte, le tag : « Liberté pour les compagnons arrêtés à Turin ».

On a choisi Intesa-San Paolo parce que c’est l’un des plus importants responsables de la gentrification du quartier Aurora [à prox. de l’asilo à Turin], responsable par conséquent de l’expulsion de l’Asilo et, d’une certaine façon, de l’arrestation des compagnons.

Liberté pour tous, liberté pour toutes.

* Turin : manifestation et bordel en solidarité (09/02/19)

Une manifestation a eu lieu en solidarité le 09/02, des voitures et des vitrines ont été attaqués pétés, des poubelles en feu, un bus attaqué, également les portes de la mairie … 11 personnes ont été arrêtées toutes ont été libérés (avec obligation de pointer au comico pour tous et pour 6 un avis d’expulsion « foglio di via » de la ville de Turin a été émis).

* Venise : attaque d’un DAB

La matinée du mardi 12 février, selon toute probabilité quelques bourgeois ou touristes se seront retrouvés déconcertés et indignés de ne pas pouvoir retirer à l’unicredit de San Pantalon à Venise, «Le terroriste, c’est l’État! Solidarité aux arrêté*s de Turin!  » Les forces du M.A.L. ont encore frappé … dans le silence assourdissant des infâmes journaux, contre la ville vitrine, broyons-la! LIBERT*  POUR TOU*TES

repris de roundrobin.info

* Patras (Grèce) : Le consulat Italien attaqué à la peinture (12/02/2019)

vu sur https://actforfree.nostate.net

Continue reading « Turin (Italie) : Expulsion de l’Asilo et arrestations »

Rovereto (Italie) : Des flammes aux portes du tribunal

Nous apprenons des médias locaux que, dans la nuit du 4 au 5 février, une des entrées principales du tribunal, celle permettant l’accès à la police pénitentiaire, a été incendiée. Quelques mètres plus loin, sur le mur de l’ancienne prison, l’inscription « Liberté pour tous, feu aux tribunaux » a été laissée.


Quelques jours plus tôt, les vitres du siège du Credito Valtellinese de Rovereto étaient brisé au cours de la nuit du 30 au 31 janvier. Sur l’une des fenêtres, il restait l’inscription suivante: « NO CPR* – NI A MODENA NI AILLEURS »

Vu sur roundrobin.info

*CPR : Centres de rapatriements

Possibilités sans mesure

Il y a ceux qui regardent les révoltes et les sabotages qui sont en train de se passer en France avec un regard langoureux, et ceux qui en saisissent les possibilités. Il y a ceux qui restent au large, et ceux qui veulent stimuler les événements. Il y a ceux qui ne se sentent pas d’intervenir, et ceux qui pensent qu’être là où l’ennemi ne t’attend pas incarne la perspective de ne pas renoncer à l’irrévérence et à la furie iconoclaste : pour pousser ce monde à sa perte, plutôt qu’à sa gestion réaliste et prudente.

Lorsque la révolte se généralise, elle devient une revanche contre ce qu’on a toujours vu de loin. Toute marchandise volée, toute technologie interrompue, tout lieu du pouvoir abattu permettent non pas de reconnaître leur valeur d’usage et d’échange, mais la destruction de ce qui est distant. A travers le pillage de ce qui nous emprisonne, ce sont également les bases de la communication policière qui sont attaquées. Dans la révolte on aime avec passion et on hait à l’infini.

Pour le réaliste, pour le gauchiste, l’efficacité est une mesure indiscutable. Ce qui fonctionne est ce qui est juste. Les pétitions, les négociations, les tables rondes sont vues comme des bienfaits pour mendier quelque chose à l’intérieur du monde actuel. Le réalisme du « ce qui existe, est ce que nous devons utiliser » est la logique de la misère et de la soumission. Pour se libérer de cette logique, un lieu différent à partir duquel regarder le monde et une position différente pour tenter d’agir peut brûler la séparation entre le rêve et la réalité. Plutôt que de partir de l’idée de s’adapter à la réalité pour la changer, on peut très bien choisir d’empoigner sa propre vie dans les termes que nous voulons. Libérer le désir des chaînes qui nous emprisonnent débute par un renversement de perspective : partir des passions déchaînées de nos rêves les plus sauvages pour interrompre la réalité. Si la bureaucratie du détail veut en permanence balayer l’immédiateté d’un sens incompréhensible pour ceux qui ne veulent pas rêver, est-ce un problème ? Si les moments oscillent entre réalisme, politique et simple militantisme, qu’est-ce que nous pouvons attendre ?

La transformation sociale n’est pas une science, et il n’existe aucun mécanisme historique qui nous conduira à la liberté. Compter ceux qui y participent, vérifier la couverture médiatique et faire des prévisions de bilan est tout ce qui concerne la mesure, c’est-à-dire les carcans de la réalité. L’excès qui brise tout calcul et les désirs effrénés nous invitent à comprendre que la domination n’est pas un organisme, qu’elle n’a aucun coeur à attaquer, mais qu’elle se trouve partout. Se déplacer ailleurs, parce qu’il ne s’agit pas de vaincre ou de perdre comme dans l’esprit obsédé de tout militant, signifie alors tenter de vivre la seule vie dont on dispose en tentant de la vivre à sa manière.

Et donc, qu’est-ce qu’on en fait, du feu français ? C’est simple, saisissons l’occasion.

Un ami de Poe*

* NdT : Ce numéro mensuel de Frangenti est sous-titré d’une citation d’Edgar Allan Poe disant : « Ceux qui rêvent en plein jour savent beaucoup de choses / qui échappent à ceux qui ne rêvent que la nuit ».

[Traduit de Frangenti (Italie) n°35, février 2019, p.3]

Besançon : T’as pas entendu?

boom dans la nuit

entre vendredi et samedi 26. Il est 2h passées. 1, 2 puis 3 explosions au milieu de la nuit, à l’heure où les braves travaileurs noient leurs semaines d’exploitation dans les bars et les boîtes du centre-ville.
Sur un parking entre la CCI et le lycée Jules Haag, un camion de l’entreprise Dallmayr a été brûlé. Spécialisée dans la distribution de cafés et de boissons, cette firme allemande restaure les exploité-e-s lors de leur pause, afin de les rendre toujours plus dociles et rentables.
Ces petites flammes sont entre autres destinées aux insurgé-e-s du G20 à Hambourg qui passent en procès pour les émeutes de la Elbchaussee. De tout coeur à vos côtés.
A Kreme qui vient tout juste de sortir de taule, pour une bagnole de keufs incendiée un jour de mai 2016.

Des sourires complices.

repris d’Indy Nantes

La nuit porte conseil ?

La nuit porte-t-elle conseil ? Est-elle capable de transformer nos rêves en réalité ? Depuis l’Empire romain, le pouvoir éclaire les rues urbaines, y compris en période de pleine lune, pour que ses gardes et ses vigilants citoyens ne soient pas pris au dépourvu par quelque insomniaque aux intentions tout sauf pacifiques. Portes verrouillées, alarmes anti-intrusion, yeux électroniques haut perchés, patrouilles armées et éclairage de nuit semblent ainsi à même de garantir aux puissants et à leurs larbins un sommeil apparemment bien mérité. Mais voilà, tout ne peut pas être aussi rose au royaume de la domination. Il n’en faut parfois même pas beaucoup pour que leur doux songe d’une servitude volontaire totale ne se transforme en cauchemar assuré : il suffit en fait que surgissent des individus -ce petit élément irréductible à la gestion de masse- armés de désirs singuliers et de franche détermination. De désirs de destruction et d’une détermination à même de franchir les obstacles placés sur leur route, comme ce lundi 28 janvier nous en apporte la nouvelle.

Dimanche soir vers 19h, un incendie s’est déclaré dans la résidence du sous-préfet de Pontivy (Morbihan). Il s’agit non pas d’un de ces court-circuits derrière lesquels l’Etat entend masquer le fait que des malotrus puissent vouloir attaquer les institutions laïques ou religieuses, mais bien d’un incendie volontaire. Oui oui, jusque dans le salon même des appartements officiels du Môssieur à la casquette brodée d’or. A la nuit tombée, des individus ont en effet fracturé les portes-arrières de la sous-préfecture, puis se sont rendus directement sur place, où plusieurs molotovs ont été jetés, lançant les flammes à l’assaut du lieu sacré du pouvoir. C’est le prompt retour chez lui du délégué-en-chef du ministère de l’Intérieur qui a permis de limiter les dégâts en alertant les pompiers, selon sa collègue procureure de la République de Lorient, qui a ouvert une enquête criminelle pour « dégradation d’un bien par un moyen dangereux pour les personnes commise en raison de la qualité de personne dépositaire de l’autorité publique utilisatrice du bien ». Rien que ça.

Un peu plus tard dans la nuit, vers 2h30 du matin à l’autre bout du pays, les pompiers sont cette fois arrivés trop tard : le rez-de-chaussée du porte-parole régional de l’Etat, celui de la radio France Bleu, a été incendié à Grenoble (Isère). Là encore, des individus ont fracturé la porte arrière de service, avant de lancer leurs flammes en deux points distincts à l’intérieur, contre les bureaux des journaflics (plus précisément le poste de travail du rédacteur en chef) et contre le comptoir d’accueil de la radio. Quant à la suite, voici l’avis d’expert du directeur d’antenne : « Au rez-de-chaussée, là où le cœur de la radio battait jour et nuit, il ne reste rien. L’ensemble des studios et salles de travail a été totalement ravagé. Les ordinateurs, les télévisions, les imprimantes et photocopieuses, ainsi que tout le matériel permettant aux journalistes et animateurs de travailler au quotidien,  ne sont plus que d’informes masses de plastique fondu. Les faux plafonds ont été détruits et les murs sont couverts de suie. » La propagande d’Etat de France Bleu Isère s’est tue une bonne partie de la journée, avant de reprendre péniblement du service chez leurs collègues de France 3 Alpes. Selon les premières estimations, il y aurait trois à six mois de travaux pour remettre les locaux en état, notamment à cause du système électrique entièrement à refaire.

La nuit porte-t-elle conseil ? Est-elle capable de transformer nos rêves en réalité ? En tout cas, malgré les dispositifs de l’Etat pour protéger ses bâtiments, une sous-préfecture ici ou un studio de radio là, il semble bien que jusqu’au centre des villes, elle puisse encore sourire aux cueilleurs d’étoiles. A toutes celles et ceux qui n’entendent ni subir sans rendre de coups ni se résigner au monde de l’autorité ; à tous ces individus qui frappent le pouvoir où et quand il ne les attend pas. Quant aux cris d’orfraie venus des autorités de tous bords pour vilipender une liberté en acte qui s’est une nouvelle fois défait avec audace d’une structure policière, comment ne pas se souvenir des mots d’un autre amant lucide de la liberté ? « Au mains de l’Etat, la force s’appelle droit. Aux mains de l’individu, elle se nomme crime »…

Pontivy :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/01/28/97001-20190128FILWWW00081-morbihan-la-sous-prefecture-de-pontivy-visee-par-un-incendie-criminel.php
Grenoble en images :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/video-france-bleu-isere-publie-images-degats-interieur-leurs-locaux-ravages-incendie-criminel-1614749.html

reçu par mail

Le proc’ fait la leçon

Après les incendies des locaux de France Bleu et celui d’un local technique de l’émetteur TDF à Grenoble les 28 et 29 janvier, une revendication est parue sur Indymedia Nantes. Celle-ci précise notamment le choix de le publier d’abord là : « Parce qu’il permet d’être lu·e·s par des compas’ connu·e·s ou inconnu·e·s, parce qu’il « garantit » notre anonymat et qu’il est libre pour la publication » (https://nantes.indymedia.org/articles/44367). Bien entendu, ce communiqué qui explicite plusieurs raisonnements à propos des médias -en citant par exemple avec ironie une des célèbres prestations télévisées du faux-ami Mathieu Burnel- a été relayé in extenso par différents sites anarchistes.

Cet après-midi 30 janvier, au lendemain de la sortie de ce communiqué, le procureur de Grenoble qui supervise les investigations a tenu à faire savoir lors d’une conférence de presse que pour lui « il ne s’agit pas d’une revendication ». Ben voyons ! C’est d’ailleurs le même qui avait déjà lancé cette ritournelle en passe de devenir un véritable mantra, « revendication opportuniste », à propos de la destruction enflammée de l’église Saint-Jacques dans cette même ville il y a deux semaines, joliment signée par des « courts-circuits ». Ce type est du genre fanatique obtus de la statistique, qui préférera logiquement toujours le quantitatif au qualitatif, le 95% au 5%. Ce type s’appelle Eric Vaillant, c’est un nouveau venu dans la place iséroise, parachuté de Guyane le 1er janvier 2019 pour remplacer son prédécesseur parti en retraite. Et comme cela arrive souvent avec les nouveaux rouages zélés de la chaîne répressive, il entend d’emblée poser ses propres marques pour confirmer à ses maîtres la justesse de leur choix. S’il a ainsi annoncé dès sa prise de fonction qu’une « de [ses] priorités sera de développer les comparutions immédiates », il a aussi développé une conception très particulière de ce que doit être une revendication en bonne et due forme. Une conception qui correspond plutôt bien avec un étroit cerveau autoritaire de procureur, celle de groupes formels stables qui font pression sur l’Etat en lui fournissant des indications suffisamment précises pour qu’il puisse en retour les prendre en considération, sur le modèle tout droit issu des groupes luttarmatistes marxistes-léninistes ou nationalistes des années 70.

Ainsi, selon ce graaand expert es-revendications, pour être considérée comme telle, « Une revendication, c’est dire : ‘Nous sommes le groupe Untel, nous revendiquons les faits et nous les avons commis de telle façon’. Ce qui est important aussi, c’est que ceux qui revendiquent donnent, et ça a été le cas par le passé, des indications sur leur mode opératoire qui permettent aux enquêteurs de justifier de cette revendication. Pour l’instant je ne vois vraiment rien de tel. ». Pas de bol pour lui, beaucoup de subversifs anti-autoritaires non seulement ne revendiquent pas systématiquement leurs attaques, mais surtout ne s’inscrivent ni dans ce genre de schémas-là ni dans aucun autre, forts de leur autonomie à la fois individuelle et projectuelle. Ils brisent les cadres établis en n’ayant d’autre référent que leur propre conscience, en ne s’adressant ni à la masse captive ni au pouvoir, mais à d’autres individus révoltés. Pas de bol pour lui, qui aimerait tant que ses petits enquêteurs acquièrent des certitudes en béton armé, beaucoup de subversifs anti-autoritaires se contrefichent des formulaires de certification exigés par les défenseurs de l’ordre et tous leurs perroquets médiatiques. A l’heure où la domination entend normer chaque aspect de l’existence, jusque ses plus intimes, il ne manquait plus que l’entrée en scène grand-guignolesque d’un carriériste qui vienne faire la leçon sur comment laisser libre cours à l’imagination rédactionnelle !

De toute façon, comme le concluait justement le texte du communiqué des derniers incendies grenoblois, les insomniaques qui se battent contre toute autorité ne dialoguent pas avec l’ennemi, ils l’attaquent, en murmurant parfois à l’oreille de celles et ceux qui savent encore recueillir les mots sortis du chœur : « Un bravo aux individu·e·s, enfin, qui, par monts et par vaux, perpétuent l’attaque et veulent tout mettre à sac. » Et on ne sache pas que le nouveau procureur de Grenoble Eric Vaillant, loin d’être aussi ouvert d’esprit ou Auguste que son homonyme, soit donc concerné en quoi que ce soit par ce texte, vu que ce magistrat comme le veut son opportune fonction, n’attaque absolument rien, sinon la liberté. Ce crime qui contient tous les autres.

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/incendie/france-bleu-isere-l-incendie-revendique-sur-un-blog-anarcho-libertaire_3167699.html

 

reçu par mail

Grenoble : Le message aux journaflics de France Bleu Isère est bien passé – 28 janvier 2019

Dans la nuit de dimanche 27 à lundi 28 janvier à Grenoble, un incendie a frappé les locaux de la radio France Bleu Isère situés avenue Félix Viallet. Ce lundi matin, les ondes de la radio iséroise n’émettent plus et c’est France Bleu Pays de Savoie qui a pris le relais sur la région grenobloise.

« L’incendie s’est déclaré vers 2h30 et l’origine criminelle ne fait pas de doute. Il y a eu deux départs de feu simultanés à l’intérieur des locaux et une porte d’entrée a été fracturée. » […] « Tout le rez-de-chaussé du bâtiment, l’open space, avec les bureaux des animateurs, des journalistes, est en partie détruit. Mais ce sont surtout des dégâts qui ont été causés dans tout le système électrique. ça va prendre beaucoup de temps pour avoir un diagnostic précis des dégâts », selon un journaflic de la radio.

Ce lundi matin, les fidèles [auditeurs] de France Bleu Isère sont privés de leurs programmes habituels.

Cet incendie a déclenché une vague d’indignation dans les sphères politique et journalistique (présidents du département de l’Isère et de Grenoble-Alpes Métropole): pour le Parti Communiste Français, « S’en prendre à la Presse, c’est s’en prendre à toute la société, c’est s’en prendre à l’un des fondements de la Démocratie. Cet acte est donc bien plus qu’un vandalisme ». Pour le député LREM Olivier Véran, « s’en prendre à la presse, c’est s’en prendre à la République ».

repris de Sans_Attendre

Aussi, pourquoi s’arrêter là ?

Grenoble/Haute-Jarrie, France : Radios – Du siège à la tour (28 et 29 janvier 2019)

Grenoble, France : Rituel de la contestation ou vandalisme !

Ce lundi 21 janvier, sous une lune à faire hurler les loups et danser les sorcières, la façade de la maison diocésaine à été saccagée. Par deux fois car à notre arrivée la porte d’entrée venait déjà d’être attaquée ainsi que son mur repeind.

Sur 4 lundi consécutifs à compter du 14 janvier, alliance VITTA organise en ses murs des soirées de formation à la « bio-éthique ». Derrière ce langage mystificateur se cache une bien moins reluisante réalité : celle d’un nid de réactionnaires venu.es échanger contre l’avortement, l’homosexualité, l’euthanasie, pour la famille durable et autres fariboles religieuses.

A ce qu’il paraît, CGT, NPA et PCF concoctent des rassemblements citoyens pour s’indigner à leur manière.

A ce qu’il paraît les flics protègent les culs-bénits à coup de tonfa et lacrymos.

A ce qu’il paraît quelques encagoulé.es isolé.es tentent timidement l’échauffourée.

A ce qu’il paraît ce cirque va recommencer, recommencer et recommencer. … S’afficher dans de belles formes lors des rituels des chrétiens intégristes devient un rituel de la contestation gauchiste.

Très peu pour nous car nous chions sur les tracts, drapeaux, mégaphones et appareils photos omniprésent dans les manifestations, nous préférons sortir tard la nuit pour écouter la poésie des pieds de biche et des marteaux.

Contre dieux, ses apôtres et ses brebis.

Contre le patriarcat, la famille comme bonheur suprême et le genre.

Des iconoclastes volontiers vandal.es !

Publié sur indymedia grenoble

Rovereto (Italie) – Action contre Benetton

r-i-rovereto-italia-azione-contro-benetton-05-01-2-1.jpgNous apprenons des médias locaux que, dans la nuit du 4 au 5 janvier, des inconnus ont endommagé les vitres d’un magasin Benetton situé dans le centre de Rovereto. Selon les journaux, une tag laissé sur place relierait Benetton, actionnaire majoritaire de Autostrade per l’Italia [autoroutes Italiennes, ndt], à l’effondrement du pont Morandi à Gênes.

de roundrobin.info

Roussas, France : Sabotage incendiaire de deux éoliennes – 21 janvier 2019

Dans la nuit de dimanche 20 à lundi 21 janvier, deux éoliennes du parc de Roussas ont été incendiées. Les dégâts sont très importants dans ce parc éolien de la société RES qui en comporte 11 au total. Une enquête a été ouverte, menée par la brigade de recherches de Pierrelatte, qui privilégie la piste de l’incendie volontaire.

Cette nouvelle attaque incendiaire contre des aérogénérateurs rappelle aux flics et à ses portes-paroles du Daubé celle qui avait eu lieu lors de l’été 2018, dans la Drôme.

En effet, dans la nuit du 31 mai au 1er  juin, une éolienne, située sur les hauteurs de Marsanne, exploitée aussi par la société Res avait été détruite par un feu criminel. Un second appareil avait été touché par les flammes. Elle avait à l’époque été revendiquée à travers un communiqué posté sur indymedia nantes.

[Reformulé du Daubé, 22.01.2019, par sansattendredemain]

La seule église qui…

[L’église Saint-Jacques située rue de Chamrousse est partie en fumée le 17 janvier à Grenoble. Alors que comme souvent le pouvoir et ses porte-parole, quand ils ne passent pas les actes sous silence, mettaient en avant son caractère accidentel « Des courts-circuits »  viennent à l’inverse de revendiquer l’attaque incendiaire, qui a détruit 1500 mètres carrés du bâtiment.]

La seule église qui…

C’est avec plaisir que l’on constate que beaucoup de symbôles de l’Etat et du capitalisme sont attaqués en ce moment, que des rages se transforment en actes. Même si leurs origines entrent parfois en contradiction avec nos propres idées, nous savons que nous n’avons pas des allié.e.s partout, c’est toujours beau quand ça crâme dans les villes et les campagnes.

Une pensée pour celleux qui profitent de ces moments pour saccager sans modération et sans revendications. Une autre pour celleux qui n’attendent pas ces occasions pour tout casser.

Nous avons aussi débridé nos rages en incendiant l’église St Jacques à Grenoble.

Il nous paraît important de ne pas laisser de côté les autorités morales dans nos analyses et attaques des différentes facettes du pouvoir.

Continue reading « La seule église qui… »

Lisbonne, Portugal : Réponses incendiaires à la besogne policière

Un commissariat et plusieurs véhicules ont été endommagés par l’explosion de cocktails Molotov dans une série d’incidents en banlieue de Lisbonne dans la nuit de lundi à mardi, a annoncé la police au lendemain d’affrontements en marge d’une manifestation contre les violences policières.

« Trois cocktails Molotov ont été lancés contre un commissariat » du quartier de Bela Vista, dans la commune de Setubal située au sud de la capitale portugaise, a annoncé la police dans un communiqué, en précisant que ces « actes de vandalisme » n’avaient fait aucun blessé.

Dans la banlieue nord, une autre série d’attaques, « également avec des cocktails Molotov », a endommagé une dizaine de voitures dans les communes d’Odivelas et Loures, a précisé la police qui a interpellé quatre suspects dont l’un, âgé de 18 ans, a été placé en garde à vue. « La police continue d’enquêter sur ces deux incidents et, à ce stade, rien n’indique qu’ils soient liés à la manifestation » de lundi dans le centre de Lisbonne, a-t-elle ajouté.

Quatre personnes ont été arrêtées lundi soir après des heurts à la fin d’une manifestation qui a mobilisé quelque 200 personnes dénonçant le racisme et les violences policières devant le ministère de l’Intérieur. Au moment de la dispersion de cette manifestation en début de soirée, plusieurs manifestants se sont dirigés vers une avenue chic du centre de
Lisbonne, l’Avenida da Liberdade, et y ont vandalisé plusieurs véhicules avant de se heurter aux forces de l’ordre qui ont riposté avec des tirs de balles en caoutchouc.

Cette manifestation avait été convoquée en réaction à une intervention musclée de la police dimanche à Seixal, dans la banlieue sud de Lisbonne, pour mettre fin à une rixe dans un quartier sensible où vit une importante communauté issue des anciennes colonies africaines du Portugal.

repris de sansattendre.noblogs.org

Bon appétit, léguistes*!

Le passé frappe aux portes du présent. Le plus souvent, il a le rictus du totalitarisme, et parfois plus rarement le sourire de la révolte. Il y a un siècle, en février 1916 à Chicago, le cuisinier Jean Crones (faux nom derrière lequel se cachait l’anarchiste italien Nestor Dondoglio) empoisonna avec de l’arsenic la soupe préparée pour un banquet privé réservé aux notables et à la classe dirigeante de l’Illinois. Plus d’une centaine d’illustres invités ont agonisé pendant des heures, sauvés seulement de manière fortuite (en raison de l’augmentation du nombre de convives, la soupe avait été rallongée par le personnel de cuisine peu de temps avant d’être servie, diminuant l’efficacité du poison). Comme il le révéla lui-même dans ses lettres envoyées à la presse, le cuisinier subversif avait saisi au vol l’occasion de faire place nette des parasites qui infestent l’humanité. Pour les politiciens, les industriels, les banquiers, les évêques… cela devait être le dernier repas.

Ce ne fut malheureusement pas le cas, mais à ce qu’il semble, le cuisinier anarchiste de Biella a trouvé en Vénétie un involontaire émule moderne. Vendredi dernier, le 18 janvier, à la vingt-sixième Foire du Radicchio** organisée dans le village au curieux nom de Zero Branco, une cinquantaine de militants de la Lega ont eu la bonne idée de faire table séparée, entièrement pour eux. De retour à la maison après la joyeuse soirée, ils ont tous été forcés de passer – littéralement – une nuit de merde. De fortes douleurs abdominales les ont flanqué sur la cuvette des toilettes. Parmi eux, se trouvait le président de la province de Trévise.

Personne d’autre parmi les centaines de personnes accourues ce soir-là pour déguster le risotto au radicchio et aux saucisses, ou le ragoût, n’ayant éprouvé de gêne, le soupçon court que quelqu’un a assaisonné les plats destinés aux léguistes – non, pas avec de l’arsenic – avec du laxatif. Bien sûr, les dirigeants du local Pro Loco, organisateur de l’événement, démentent catégoriquement qu’un de leurs cuisiniers ou serveurs ait pu matériellement envoyer chier les militants d’un parti qui se vante d’exprimer le « ventre » du pays.

Nous avons tendance à être d’accord avec eux. Ce fut sans aucun doute la main invisible de Nestor Dondoglio ! Pour lui, immigré clandestin, la pensée que ces assassins racistes en chemises vertes/bleues puissent se goinfrer pendant que les damnés de la terre se noient en Méditerranée, doit avoir provoqué une folle envie de revenir sur terre. Une fois de plus, il se sera dit avec son sourire indéfectible – « et quand j’ai vu cette tablée du festival, j’ai pensé qu’il serait salutaire de faire un bon nettoyage ».

Traduit de l’italien de finimondo, 21/1/19
https://finimondo.org/node/2272

*Léguistes : membres du parti d’extrême droite actuellement au pouvoir en
Italie, la Lega.
** Radicchio : variété de chicorée rouge, spécialité de la région de Trévise.

Chia (Sardaigne) – Couper les bases du pylône

« Dans une nuit d’étoiles filantes*, les pylônes ne font pas exception ».

À Chia, l’une des régions les plus touristiques de Sardaigne, les fondations d’un pylône éléctrique ont été coupées.

Contre l’exploitation touristique du territoire qui dévaste les plages et denature les paysages, contre les stations balnéaires et les villages touristiques, où les riches touristes trouvent repos et détente et ne réservent que l’exploitation et le travail au noir aux saisonniers.
Contre la base de Teulada, le deuxième plus grand terrain militaire qui afflige notre terre.

L’interruption de l’énergie n’est qu’un des nombreux moyens de mettre des bâtons dans les roues ​​de ces mécanismes d’oppression et de guerre contre lesquels nous devons nous opposer par tous les moyens jugés nécessaires, le sabotage en est un.

Nous avons choisi cette ligne électrique pour perturber les activités touristiques et  militaires, mais aussi pour en secouer pleins d’autres, pour essayer de les sortir quelques heures de la torpeur de leur vie qui les rend complices de ce qui est juste à côté d’eux.

Un si biri kitzi  » [à la prochaine, en Sarde, Ndt]

*jeu de mots  avec « cadente » (filante en italien), du verbe cadere = tomber.
.
Repris de romperelerighe.noblogs.org

Besançon, France : Des flammes dans l’obscurité contre la sécurité

Post-émeute samedi 5 janvier 2019

Des bagnoles, il en crame toutes les nuits.

Pour celles qui font marcher ce monde de contrôle et d’exploitation, c’est plus rare. Et les faire partir en fumée nécessite une bonne dose d’abnégation et de rage…

Et pourtant. Quelques heures après les affrontements à Chamars, une bagnole de la technologie de surveillance est partie en fumée avenue Clémenceau: Polysecurité, petite entreprise locale, installe chaque jour systèmes de vidéo-surveillance et d’alarmes anti-intrusion.

Elle n’en est pas moins nocive pour toute individualité tendant vers la liberté.

Guerre aux technologies du contrôle et de la surveillance.

R.I.C. – des Renard-e-s Insurgé-e-s pour le Chaos.

Repris d’indy Nantes

La Spezia (Italie) : action en solidarité avec Paska et les inculpé.es de l’opéation Panico

 

Samedi en fin d’après-midi, dans un centre ville encombré par les consommateurs venus profiter des soldes, un petite groupe a décidé d’attaquer les vitrines des magasins à coup de peinture lors d’une action en solidarité avec Paska (actuellement enfermé à la prison de La Spezia) et les inculpé.es de l’opération Panico. La fontaine du centre historique a également été remplie de sang factice.

Un tract a été distribué lors de l’action :

« Contre toutes les armées, toutes les guerres et la société qui en a besoin. Paska, Giova, Ghespe libres (les trois sont actuellement en détention dans le cadre de l’opération Panico). Liberté pour tous et pour toutes ». […] Dans ce tract était également dénoncée l’activité du port civil et militaire de la ville où sont importées des matières premières provenant de guerres économiques et de catastrophes environnementales. 

14 personnes auraient été interpellées dont une dizaine feraient l’objet d’une interdiction de territoire pour 3 ans.

reformulé de la presse italienne.

 

* Secondino muori !!! : Littéralement « maton crève !!! » le tag a été vu début octobre à proximité de la prison de La Spezia.

** Paska avait entrepris une grève de la faim courant novembre pour demander son transfert et dénoncer ses conditions de détention notamment le passage à tabac dont il avait fait l’objet par les matons.

(plus d’infos ici : https://cracherdanslasoupe.noblogs.org/?p=1769)

*** Le 31  décembre de nombreux compagnon.nes s’étaient rendu devant la prison de Sollicciano (Florence) pour réchauffer les coeurs de ceux qui sont dedans en envoyant également du son avec un groupe de hip hop venu pour l’occasion.

Pendant que les braves travailleurs et les honnêtes citoyens dorment …

Pendant que les braves travailleurs et les honnêtes citoyens dorment, d’autres s’affairent à des tâches plus passionnantes que reposer sa force de travail pour la remettre jour après jour au service d’un patron.

Faisons par exemple un tour du côté de Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime), près du Havre. C’est là que vers 4h30 du matin, rue des Marais, un joujou des Douanes a été incendié sur leur propre parking. Cette merveille de technologie permet aux douaniers de « radiographier » en quelques minutes la totalité d’un poids-lourd. Tracteur, chassis, roues, remorque, conteneurs : tout y passe et chaque élément apparaît sur un écran de contrôle. Cela s’appelle un camion-scanner aux rayons X (voir photo), notamment utilisé pour des contrôles inopinés au bord des grands axes fréquentés par les poids-lourds, qui peut en scanner plus de dix en une heure. Ces camions-scanners permettent de détecter les migrants cachés ou encore les chargements illicites (« on se concentre essentiellement sur les cigarettes, les stupéfiants, les armes… », disait un directeur des Douanes il y a quelques mois), et il n’en existe que quatre en France, au coût unitaire de 2 millions d’euros. Deux camions scanners sont postés en permanence dans les ports de Marseille et du Havre, tandis que les deux autres sillonnent constamment l’Hexagone.

Quatre moins un, faudrait-il dire depuis le 7 janvier, après cette attaque incendiaire au Havre qui s’est produite juste sous le nez des Douaniers pendant qu’ils songeaient à d’autres belles prises. Il suffit parfois de peu, par exemple de quelques allumettes, pour que les rêves de flics virent au cauchemar…

La suite sur https://sansattendre.noblogs.org/

Allemagne : Explosion au siège du parti d’extrême droite AfD

L’explosion n’a pas fait de blessé. Elle s’est produite jeudi soir devant les bureaux de l’AfD, qui sont situés à Döbeln près de Chemnitz. L’explosion a provoqué un incendie. Des véhicules et des bâtiments voisins ont été endommagés, a annoncé la police judiciaire régionale (LKA), dans un communiqué.

Trois hommes soupçonnés d’être impliqués dans une explosion au siège du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) dans le Land de Saxe, ont été placés en garde à vue, a annoncé la police.

https://www.challenges.fr/monde/allemagne-explosion-au-siege-du-parti-d-extreme-droite-afd-en-saxe_634685?fbclid=IwAR1lU_xepO2NmAE1AIc3xLREhrGFdv2Nw5nETcD_rnaIEe2o-s5xtqbikx4

Montluçon (Allier), 25 décembre : des flammes pour Pôle Emploi !

La nuit du lundi 24 au mardi 25 décembre, l’agence Pôle emploi de Montluçon sud est partie en fumée. « Une partie du bardage extérieur a été endommagé sur quatre mètres de largeur au niveau du rez-de-chaussée et de l’étage, détaille Eric Schall, le directeur Pôle emploi Allier. Les vitres ont été détruites par la chaleur des flammes. Il y a une odeur assez forte de brûlé dans toute l’agence et trois bureaux, utilisés par des conseillers pour la réception des demandeurs d’emploi ont été détruits. »

L’incendie s’est déclaré à l’arrière du bâtiment vers 2 heures du matin, la police a ouvert une enquête mais la piste de l’incendie volontaire est privilégiée. L’agence Pôle Emploi est fermée pour un moment.

https://www.lamontagne.fr/montlucon/faits-divers/allier/2018/12/26/l-agence-pole-emploi-montlucon-sud-fermee-jusqu-a-nouvel-ordre-apres-l-incendie_13093767.html

Italie : Bari et Potenza – Révoltes dans les centres de rapatriement

Cette nuit, au centre de rapatriement (CPR) de Bari Palese, une révolte a éclaté, quelques jours après une tentative d’évasion massive. (*voir plus bas)

Selon les déclarations des forces de l’ordre à la presse, des détenus auraient mis le feu aux cellules, dévasté des pièces contenant des documents et inondé les couloirs.
Les médias parlent évidemment « d’invités » qui ont détruit des « modules de logement », comme s’il ne s’agissait pas d’un camp de concentration.

La révolte aurait éclaté pour empêcher une déportation massive vers le Nigeria, prévue dans la soirée. Les informations qui circulent à l’heure actuelle parlent de prisonniers arrosés de savon pour éviter d’être attrapées, ainsi que d’eau savonneuse pour empêcher les forces de l’ordre de porter des charges sur des sols glissants.

Sur place, plusieurs patrouilles des forces de l’ordre sont arrivées et ont attaqué les rebelles, qui ont tenté de résister en  jetant des objets.

Pour l’instant, on parle d’un policier, de deux carabiniers et de plusieurs détenus blessés. L’incendie a été maîtrisé par les pompiers qui ont opéré avec différentes équipes. Les dommages causés à la structure n’ont pas encore été quantifiés, mais il semblerait que l’incendie ait touché de nombreuses parties du Lager.


Un vol de déportation au Nigeria, programmé ces derniers jours, a également provoqué, comme à Bari, la réaction et la révolte au centre de rapatriement de Palazzo San Gervasio, dans la province de Potenza.

A une heure hier soir, l’irruption des forces de l’ordre dans les cellules pour récupérer 6 personnes (à transférer au CPR de Ponte Galeria à Rome afin des les déporter) s’est retrouvée face à la résistance d’au moins 15 de leurs compagnons incarcérés. Comme lors des épisodes précédents, les détenus ont arraché les fenêtres, détruit les projecteurs d’éclairage et grimpé sur les toits de la structure, lançant des objets pour se défendre des tentatives de capture. Malheureusement, le soulèvement a pris fin avec l’arrestation de deux personnes accusées de violence, de résistance à un agent de la fonction publique et de dommages aggravés.


* Bari – Tentative d’évasion au CPR (03/12/2018)

Nous apprenons par les médias la tentative d’évasion qui a eu lieu il y a deux jours dans le Centre de Bari Palese, où environ 90 personnes sont actuellement détenues.

Ils auraient soustrait à 5 les clés des opérateurs de Badia Grande (une coopérative de Trapani) pour tenter d’ouvrir les cellules à leurs compagnons de captivité et de fuir pour éviter l’expulsion. Malheureusement, l’intervention de quelques policiers a empêché la réussite de l’évasion.

[…] le lager de Bari Palese, est depuis toujours considéré comme une structure punitive dans laquelle l’État transfère ceux qui luttent dans d’autres centres […].

 

repris et revu depuis https://hurriya.noblogs.org

Saint-Julien-des-Landes (Vendée), 11 décembre : saboter la technologie

Dans la nuit du lundi 10 au mardi 11 décembre, l’antenne téléphonique située rue du Cimetière, à proximité du garage Renault a été vandalisée. Des individus auraient dérobé des pneus et des bombes aérosols pour les placer au pied de l’antenne avant d’y mettre le feu.

De fortes explosions et la lueur des flammes ont alerté les riverains. Les pompiers des Achards et de La Roche-sur-Yon sont intervenus et ont maîtrisé l’incendie qui menaçait le central téléphonique et le garage à proximité. Cet acte de malveillance a donc occasionné d’importantes perturbations sur le réseau et de nombreux usagers qui n’ont pas de téléphones fixes, ont été impactés.

Installation d’une antenne provisoire

Par mesure de sécurité, l’accès au cimetière a été interdit à la circulation, les jours suivants. Depuis, l’opérateur Orange a fait savoir qu’une antenne provisoire serait installée prochainement. Le maire, Joël Bret, a demandé que cette antenne soit opérationnelle au plus vite pour dépanner les nombreux usagers privés de téléphone.

Quant à l’antenne définitive, il faudra compter plusieurs semaines voire plusieurs mois avant son installation. Une enquête est ouverte pour faire toute la lumière sur cet acte de vandalisme.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/les-sables-dolonne-85100/saint-julien-des-landes-l-antenne-relais-vandalisee-des-habitants-prives-de-telephone-6135051

Procès contre des anarchistes en Belgique : la date est fixée.

ça sera donc tout au long de la semaine du 29 avril que 12 compagnon.ne.s passeront en procès en Belgique. Il leur est reproché d’avoir lutté sans concession contre les centres de rétention, les frontières, les prisons et ce monde basé sur l’autorité et l’exploitation. D’abord accusé de « participation à un groupe terroriste », c’est finalement l’inculpation plus malléable d' »association de malfaiteurs » qui est retenue (au-delà d’une douzaine de faits spécifiques).

De 2008 à 2014, l’État belge a mené une vaste enquête visant les luttes multi-formes – mais toujours en-dehors des sentiers battus – qui s’attaquaient aux centres fermés, aux frontières, aux prisons et ce monde basé sur l’autorité et l’exploitation. Dans son collimateur : la bibliothèque anarchiste Acrata, des publications anarchistes et anti-autoritaires (Hors Service, La Cavale et Tout doit partir), des dizaines de tracts et affiches, une bonne centaine d’actions, d’attaques et de sabotages… bref, la lutte contre le pouvoir sous ses différentes expressions.

Perquisitions, micros, caméras devant et à l’intérieur de domiciles, filatures, mises sur écoute, infiltrations,… ce ne sont pas les moyens d’investigation qui ont manqué. Et pourtant tout cela n’a à aucun moment permis de prouver l’existence d’un supposé « groupe terroriste anarchiste » qui n’existait que dans les schémas autoritaires des flics. Pas prêt à lâcher l’affaire pour autant, le parquet a donc dû revoir ses ambitions à la baisse, mais compte bien faire payer l’addition à quelqu’un malgré tout. C’est finalement sous l’inculpation plus malléable d’ « association de malfaiteurs » que 12 compagnons et compagnonnes seront renvoyés devant le tribunal correctionnel le 29 avril et les jours qui suivront.

Mais en fait, cela vise tout individu qui, dans sa lutte contre ce monde, part de l’auto-organisation, de l’action directe et de l’hostilité envers toute autorité. En cela, ce procès est une attaque répressive contre la lutte anti-autoritaire dans son ensemble, une attaque qui s’inscrit dans un contexte de répression toujours plus grande à l’encontre de tous les indésirables et révoltés, aux frontières comme dans les quartiers, sur les lieux de travail comme dans les prisons,…

Le 22 octobre 2018, les échéances pour la comédie judiciaire ont été fixées. Dans les mois qui viennent, la défense et l’accusation devront déposer leurs conclusions écrites concernant le dossier. Le procès débutera alors le 29 avril 2019 et est censé durer 4 jours. 

Continue reading « Procès contre des anarchistes en Belgique : la date est fixée. »

Bologne : une bombe contre un local de Forza Nuova

Bologne, une bombe contre le siège de Forza Nuova

Un engin rudimentaire (une boite contenant de la poudre noire) a explosé dans la nuit via la Biancolelli à Borgo Panigale, à Bologne, devant un local de Forza Nuova. Il n’y a pas eu de blessé, mais le volet a été endommagé et les vitrines brisées. La police d’État, et la Digos, ont ouvert une enquête.

reformulé de la presse

Vézac, France : Des flammes au domicile de la députée LREM [+ Quelques notes sur l’attaque et les émeutes ritualisées du samedi après-midi]

Aux alentours de 23 heures à Vézac (Dordogne) samedi 10 décembre, après une journée d’émeutes générale aux quatre coins du pays (Marseille, Paris, Toulouse, Bordeaux, Dijon, pour ne citer qu’elles), les flammes sont venues lécher le domicile de Jacqueline Dubois, députée LREM de Dordogne. Sa voiture personnelle, ainsi que celle de son mari, sont partis en fumée. « Je m’en suis rendue compte en éteignant la lumière me couchant. J’ai vu une lueur à l’extérieur, et en ouvrant mes volets, j’ai découvert l’incendie », raconte la députée, qui a eu peur que les flammes atteignent la maison.

Nous trouvons intéressant de relayer les attaques incendiaires en dehors des émeutes du samedi après-midi, qui commencent à se ritualiser depuis trois semaines. L’attaque individuelle ou en petits groupes, dans une période de désordre généralisé, ouvre des possiblités immenses dans la conflictualité actuelle avec ce monde. En tant qu’anarchistes, lier nos idées à l’agir fait partie de nos bases, c’est indéniable. Nous cherchons à les diffuser et à les pratiquer peu importe le moment, en période de pacification comme en des temps de désordre et de chaos comme aujourd’hui (bien que les raisons qui y poussent ne soient pas les nôtres. Lire une critique anarchiste de ce mouvement ici). Nous ne ferons pas ici la liste des attaques et des dégâts de ce samedi 10 décembre, car elle serait trop longue et ce n’est pas le sujet. Ce que l’on peut dire, c’est que le gigantesque dispositif policier déployé à Paris (mais aussi ailleurs, comme à Toulouse, Marseille, Bordeaux ou Dijon) n’a pas empêché la propagation du chaos à d’autres secteurs de la ville (jusqu’à la place de la République) que les Champs-Elysées, déjà dévastés avec rage et joie le week-end précédent. La mairie de Paris a d’ores et déjà confirmé que les émeutes de ce samedi 10 décembre ont fait davantage de dégâts matériels que celle du 1er décembre. Et on s’en réjouit, bien évidemment.

En plus de frapper le domicile d’une responsable du désastre, cet incendie permet également d’élargir le désordre loin des photographes amateurs (émeutiers ou non) qui, il est clair, participent à la répression qui ne fait que commencer. C’est un fait assez hallucinant de voir des barricadiers se mettre à faire des selfies au milieu des affrontements, mettant en danger d’autres révoltés qui ont autre chose à foutre dans ces moments-là que de sortir leur portable, comme par exemple protéger leur intégrité physique, faire attention aux mouchards et autres charges de bacqueux ou à la présence deflics en civil, etc… (relire ce texte sur les émeutes du G20 à Hambourg: « Sur les vacances à Hambourg » : selfies, désordre et tyrannie de l’image).

Certains individus choisissent leur propre temporalité, loin de la logique mouvementiste  actuelle chez de nombreux révolutionnaires, anarchistes ou non, qui consiste à être là où ça se passe. Appuyons cette révolte, en étendant les actes d’hostilité du centre à la périphérie, partout et à tout moment !

sansattendre.noblogs.org

France : Les plus beaux blocus sont ceux qui s’enflamment – 3 et 4 décembre 2018

Depuis vendredi 30 novembre, de nombreux lycées sont bloqués un peu partout. Si certains jeunes tiennent à mettre des revendications derrière leurs actions (contre la « réforme du Bac », « Parcoursup » ou encore « le service national »), d’autres ont compris depuis bien longtemps que la révolte n’a pas besoin de revendications. Des manifs sauvages ont brisé la normalité dans de nombreuses villes de province, comme à Lille, Nantes, Dijon, Auxerre et Avallon (Yonne), Besançon, Limoges, Tours, Orléans, Noisy-le-Grand et Montreuil (Seine-Saint-Denis), Toulouse, Montauban, Saint-Raphaël (Var), Marseille…

Lundi 3 décembre, plus d’une centaine de lycées sont de nouveau bloqués dès 8h du nord au sud de l’Hexagone (188 précisément, d’après un décompte du ministère). A Aubervilliers, l’entrée du lycée J-P Timbaud, déjà ciblée par les flammes vendredi dernier (très vite éteinte par les pompiers), est incendiée à l’aide barricades de poubelles. Lors de la déambulation dans les rues, des poubelles et une voiture sont incendiées, des commerces, mobilier urbain et pubs attaqués, et une voiture de flics prise en chasse par des dizaines d’enragés perd une vitre… Les pompiers venus éteindre les incendies sont pourchassés à coups de caillasses. Dans le quartier des 4 Chemins, des magasins sont pillés et saccagés, comme un de téléphonie. Une riveraine raconte les scènes de pillages: « Tout le monde est rentré à l’intérieur et chacun se servait. Il y avait même des habitants du quartier qui sont descendus de chez eux avec des sacs, qui ont pris des choses et qui sont remontés […] »(Sud Radio, 04.12.2018)

Continue reading « France : Les plus beaux blocus sont ceux qui s’enflamment – 3 et 4 décembre 2018 »

Athènes – Revendication des attaques à Ilisia et Kolonaki pour Alexis, Zak, Sebastian, Mikhail et Dimitris

Dès que tu réalises que les rebuts de la société, les suicidés et les personnes tuées sont les figures les plus vives et les plus vibrantes de ce monde, ce moment est aussi un moment où tu te rends compte de la signification de ses valeurs et la violence structurelle inhérente à celui-ci. Nous avons été détruits d’innombrables fois par la froideur dans les yeux des gens qui nous entouraient. Nous avons été supprimés lentement et brutalement alors que nous sentions la mort tous les jours. Des temps morts du travail salarié, privés de toute subsistance, de l’automatisation de la production, du regard froid sans passion à la douleur, de la survie misérable, de notre transformation en information quantique pour la biotechnologie moderne, de la dépression psychologique et de la tristesse qui bloque complètement les fenêtres du plaisir, du jeu, de l’interaction sociale. Tout un complexe autoritaire a été créé, reproduisant la mort, reproduisant l’autorité de l’économie, de l’État, du patriarcat, de la nation, reproduisant les valeurs de soumission, d’isolement, d’élévation sociale, de la production de normativité et de stigmates.

Mardi 6 novembre, à l’aube, nous avons attaqué la caisse d’épargne postale d’Eurobank, rue Afxentiou à Ilisia, détruisant les caméras, cassant toutes les vitres et les guichets automatiques.

De plus, aux premières heures du dimanche 11 novembre, nous avons attaqué une bijouterie à Kolonaki, au coin de la Via Skoufa et de Massalias, brisant les vitres et l’entrée du magasin.

Continue reading « Athènes – Revendication des attaques à Ilisia et Kolonaki pour Alexis, Zak, Sebastian, Mikhail et Dimitris »

Barcelone, Espagne : Solidarité en flammes 30 novembre 2018

Dans la nuit du 30 novembre à 2h du matin, alors que le quartier de Sant Andreu était en fête et que les flics patrouillaient, un distributeur de billets de la Deutsche Bank a brûlé de rire.  Un graffiti, « prisonnier-e-s enlutte ».

Une action individuelle.

Conséquence cohérente de ma tendance anarchiste.

Que les flammes illuminent, même d’un simple sourire, les nuits de mes compagnon-nes.

Aux prisonnier-e-s en lutte de la péninsule ibérique. En avant compagnon-ne-s !

Aux personnes poursuivies en Italie pour les opérations Panico et Scripta Manent !

A Paska, compagnon en grève de la faim depuis le 5 novembre. Force à toi compagnon !

A Anahi, dans le coma après une attaque en Argentine. Tiens bon compagnonne !

A Hugo et Marcos, rebelles et vengeurs. En avant !

A Juan Aliste. Irréductible !

Aux combattant-e-s grec-que-s et chilien-ne-s !

Lisa, je t’attends avec un sourire complice !

A tous les individus cohérents et conséquents. Continuez la lutte !

Aux compas de Madrid.

Que M.I.L distributeurs de billets brûlent !

[Traduit de barcelona indymedia par sansattendre.noblogs.org, 03.12.2018]

Espagne : Agence immobilière attaquée – Guerre à la spéculation capitaliste

s-a-spagna-attaccata-agenzia-immobiliare-guerra-al-2.jpg

Nous communiquons avec un peu de retard que le 17 octobre dernier, une agence immobilière du district de Carabanchel a été attaquée, cassant à coup de marteau ses fenêtres, laissant un mot qui disait « guerre à la spéculation capitaliste ». À l’heure actuelle, divers quartiers de Madrid sont menacés par divers processus de spéculation, dans le contexte de projets étatiques et du capitalisme en constante mutation de la ville, en tant qu’élément essentiel de ce monde d’exploitation et de misère. À la suite de ce projet, les personnes exploitées vivant dans ces quartiers sont soumises à l’accroissement de la présence de grandes multinationales, à l’invasion des lobbys en jeu, aux contrôles de police, à la hausse des loyers et à la persécution continue des espaces occupés : Les agences immobilières jouent un rôle majeur dans ce processus. Il est donc important de les signaler en tant que ennemis. Les modatités d’attaque sont nombreuses et variées.

Solidarité avec CSOA La Gatonera, avec CSO Ca La Trava … et avec tous les centres sociaux occupés qui résistent et attaquent!

Solidarité avec les compagnons touchés le 29 octobre à Madrid, avec les compagnons touchés par la répression après la volte du G20 à Hambourg, avec Lisa et avec les compagnons frappés par l’État en Russie, en Argentine, en Italie (Scripta Manent, Opération Panico .. .) et d’autres endroits dans le monde!

GUERRE À LA SPÉCULATION CAPITALISTE

Des anarchistes

Repris de : anarhija.info

Montpellier : À l’ombre des caméras

Résultat de recherche d'images pour "dessin camera"
Montpellier Poing Info, 14 novembre 2018 
.
Une nouvelle caméra de surveillance vient d’être installée au niveau de la cité Gély, à l’angle de la rue Ronsard et de la rue du faubourg Figuerolles, à Montpellier.
.
Une caméra similaire a récemment été posée rue Daru, entre Plan Cabanes et la place Salengro.
.
Évacuation spectaculaire du squat cours Gambetta hier après-midi, descentes régulières de la police à Plan Cabanes, installation de caméras… : la « rénovation » de Figuerolles entreprise par les autorités publiques ressemble à s’y méprendre à une véritable politique répressive menée contre les habitant·e·s de Figuerolles, dernier quartier populaire proche du centre-ville.
.
Sans transition (ou presque), le 20 septembre dernier, à une trentaine de mètres de la nouvelle caméra de la cité Gély, une remorque de chantier s’est désintégrée sous l’effet d’une explosion d’une bouteille de gaz provoquée par un incendie volontaire.Pour en savoir plus sur la gentrification à Montpellier,  cet article.
.

Madrid : Distributeurs sabotés en solidarité avec les compagnons incarcérés

Résultat de recherche d'images pour "vitre brisée"

Dans la nuit du 11 au 12 novembre, 20 distributeurs automatiques de billets ont été sabotés au marteau dans le nord de Madrid. Que l’action anarchiste soit multipliée par chaque coup donné par l’Etat. Cette solidarité est plus que des mots.

Salutations aux personnes touchées par la répression du 29 octobre dernier pour d’autres attaques contre des institutions bancaires. Force et affection pour notre compagnonne Lisa, détenue par l’État allemand pour braquage de banque à Aix-la-Chapelle.

Pour l’anarchie.

Repris de : anarhija.info

Madrid : Sur l’arrestation des deux compagnons anarchistes le 29 octobre dernier

Comté de Paulding (Géorgie) [USA] : Le chantier de construction d’une prison sabotée – 04/11/2018

.

En 2016, les électeurs du comté de Paulding ont approuvé la construction d’un nouveau centre de détention pour adultes et de policie, de 77 millions de dollars. Turner Construction (une filiale de la société allemande Hochtief) gère ce projet et sous-traite le travail à des entreprises locales. Les travaux de construction sont bien avancés. 

Au petit matin du 4 novembre, nous sommes entrés sur le site de construction et mis hors d’usage deux tractopelles, un appareil de forage et une pelleteuse. Les clés de toutes les machines se trouvaient sur le contact, nous avons donc débarrassé la société de celles-ci. Nous nous sommes ensuite déplacés dans les bureaux locaux du projet, où nous avons réussi à débrancher le courant du chantier de construction et à mettre hors service deux chariots et une fourgonnette de la société. Au moment de cette publication, 4 jours plus tard, un chargeur frontal et l’appareil de forage étaient toujours hors d’usage. Le travail a été reporté de plusieurs heures le lundi suivant l’action.

Aucun repos tant que tout le monde n’est pas libre.
Feu aux prisons.

Repris de 325.nostate.net

Florence : Compte rendu du 9 octobre, première audience du procès

Hier, mardi 9 octobre, s’est déroulée la première audience (report du 12 juillet) du procès concernant l’opération « Panico ». Un large public de compagnons et de compagnonn.es a chaleureusement accueilli l’entrée dans la salle des trois compagnons incarcérés présents à l’audience, provoquant l’irritation croissante du président du jury. Les trois hommes ont répondus aux salutations saluant et souriant, pendant que les gardes infâmes les tiraient vers leur place, au premier rang; ils n’étaient pas placés dans les cages, mais à côté des défenseurs, séparés des autres coaccusés par un mur compact de gardes. Un geste qui n’a cependant pas empêché l’échange de regards, de baisers et de marques d’affection entre nous et eux. L’audience s’est déroulée selon un scénario fastidieux : il y a eu de nouveau une discussion sur la recevabilité des parties civiles, les juges se sont retirés pour délibérer, puis ont réintégré et proclamé le fait que, même en un procès, toutes les parties les civiles (déjà mentionnés pour l’audience préliminaire) sont recevables. Par la suite, un bref débat a eu lieu sur l’ordre dans lequel présenter les expertises  sur les interceptions par rapport aux témoignages (si, avant, après ou pendant), ainsi que sur la demande de preuve par le procureur et la défense. L’audience s’est terminée par la programmation des quatre audiences suivantes:
18 octobre 2018: introduction à l’enquête, parle le chef de la Digos;
textes* (flics) sur la rixe de Melograno le 21 avril 2016
textes (digos) sur la présence sous les quartiers généraux de la police la même nuit, après les arrestations
textes (digos) sur le banquet antimilitariste de février 2016
8 novembre 2018: textes de l’accusation des faits du 25 avril 2016, garnison et cortège en solidarité avec les personnes arrêtées
13 décembre 2018: à définir
20 décembre 2018: à définir
En ce qui concerne la présence en salle d’audience, nous avons appris qu’au cours de l’audience, les trois personnes ont été consultées et ont décidé de ne pas assister à l’audience du 18 octobre; si cela se confirmait, nous serions également ravis de déserter les salles d’audience. Au lieu de cela, ils envisagent d’être présents à l’audience du 8 novembre, mais nous attendons de comprendre leur décision finale.
La journée s’est poursuivie devant la prison de Sollicciano pour un nouveau salut de nos camarades et de tous les prisonniers: nous n’avons malheureusement pas pu nous faire entendre par Paska, car l’audience à peine achevée il a de nouveau été transférée à la prison de La Spezia (du moins nous espérons qu’il a entendu les cris au passage des trois). Le rassemblement a été animé par des chorales, des cris, de la musique et des feux d’artifice, et a été illuminé par un incendie déclenché dans une section a enveloppé une partie de la prison dans la fumée pendant un certain temps, nécessitant l’intervention du les pompiers.
Nous nous sommes ensuite dirigés vers le centre et, avec une promenade agile, nous avons laissé quelques signes de notre passage, des mots de colère et de solidarité qui se détachent contre le blanc oppressant de la ville du «décorum» et de la «beauté» de la marchandisation totale.
La journée s’est terminée sur le parvis de l’église de S. Spirito, sujet de l’attention du maire au cours des derniers mois, du maires, des policiers et journalistes serviles à cause de la énième ordonnance « anti-dégradation » qui interdit le « bivouac » (c’est-à-dire simplement rester sur la place) après un certain temps dans la soirée. Nous avons joyeusement bivouaqué avec de la nourriture et du vin jusqu’à ce que nous en ayons envie. La journée a été positive malgré tout, même s’il n’y avait rien à célébrer pour le début du procès, mais nous espérons que ces petits gestes de solidarité réchaufferont le cœur de nos compagnons toujours pris en otage dans le galères patries … Un grand merci aux compas de chaque coin de la péninsule (et pas seulement) d’être venus à Florence pour l’occasion, pour leur présence, pour leur agitation, pour leur force contagieuse.

Avec rage et amour.

Post-scriptum La nouvelle adresse de Paska, transférée à la prison de La Spezia, est la suivante:

Pierloreto Fallanca, C.C. La Spezia, Piazza Falcone et Borsellino 1, 19125 La Spezia

P.P.S. Le nouveau compte Iban pour le soutien des frais de justice et des prisonniers est le suivant: IT71Q3608105138290113490114

 

*La liste de textes est l’acte qui contient la demande d’une des partie de la procédure de faire comparaître des témoins, des consultants et des experts, de manière à acquérir des preuves lui soient favorables.

Repris de panicoanarchico.noblogs.org

 

Voir aussi :

https://attaque.noblogs.org/post/2018/07/05/florence-italie-declaration-publique-de-paska-et-des-nouvelles-du-proces-contre ghespe

https://attaque.noblogs.org/post/2018/07/04/compilation-de-quelques-textes-autour-de-l-operation-panic

Pour écrire aux inculpés :

Giovanni Ghezzi e  Salvatore Vespertino : N.C.P. Sollicciano, Via G. Minervini 2/R, 50142 Firenze (FI)

Pierloreto Fallanca, C.C. La Spezia, Piazza Falcone et Borsellino 1, 19125 La Spezia