Paris/Bure : Grains de sable et friction(s) à l’EHESS

Ce mardi 9 avril, à 18h, un groupe de personnes a pris la décision de se rendre à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, Boulevard Raspail.

Dsc_0080-medium

Ce mardi 9 avril, à 18h, un groupe de personnes a pris la décision de se rendre à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, Boulevard Raspail. Ce groupe est monté au 6e étage dans la salle 13, où se tenait le séminaire « Penser et lutter avec Bure ».

Les personnes partageaient cette volonté : saboter cette invitation faite à l’élite intello de gauche de « reformuler une critique radicale de l’ordre atomique ». (http://penseretlutteravecbure.toile-libre.org/9-avril-une-autre-fin-du-monde-est-possible/).

Elles étaient portées par l’idée qu’aucune critique radicale de l’ordre existant ne peut naître dans ce contexte. Tout comme des personnes depuis le mouvement à Notre-Dame des Landes, elles se révoltent contre « cette stratégie de communication qui vise à séduire la gauche. En lui parlant dans un langage qu’elle comprend, c’est une manière de lui donner accès à la lutte. Elle s’y sent invitée, et probablement rassurée de cette nouvelle légitimité radicale qui lui manque tant pour continuer à « être de gauche ». (voir la brochure « Le « mouvement » est mort, vive… La réforme !, une critique de la « composition » et de ses élites » page 34).

En novembre 2016, à l’EHESS également, d’autres personnes ont mis en acte cette même idée. Elles sont sorties du néant dans lequel le marketing tapageur des factions dominantes du mouvement les ont cantonnées. Une partie d’entre elles a lu un texte, et une autre a essayé de balancer des tartes à la crème (voir dans la brochure « de la bile sur le feu ») ; hier au menu, c’était plutôt pelures d’oranges et morceaux de pizza servis par la poubelle.

La veille, les gens n’avaient pas potassé leur petit manuel d’actions anti-autoritaire. Ils et elles ont laissé libre cours à leur colère. Il y a eu un silence gêné de la part du « public ». Puis le prénom d’1 des irrécupérables a été balancé, et enfin une personne du « public » a réclamé un dialogue.

Ce n’était pas l’idée.

Par contre, une discussion s’est engagée une fois dehors, avec des personnes qui ont choisi de quitter le séminaire pour parler avec les trouble-fête.

depuis https://nantes.indymedia.org

En cas d’envie urgente de taguer à l’extincteur

Veuillez suivre la procédure décrite ci-dessous.

1/ Procurez-vous un extincteur “eau+additif” et dévissez-en la tête avec une clé n°17.
2/ Retirez la tête. Vous constaterez la présence d’une cartouche de gaz* fixée à celle-ci.3/ À l’aide d’un bâton relevez le niveau d’eau contenu dans la bonbonne.
4/ Videz le contenu de la bonbonne.
5/ À l’aide d’une bouteille découpée, remplissez la bonbonne d’une peinture bien fluide, jusqu’au niveau précédemment relevé.
6/ Remontez la tête de l’extincteur. Serrez bien les boulons. C’est prêt !

Et maintenant à votre tour de répandre le chaos !


*Attention, tout les extincteurs ne sont pas utilisables. Certains n’ont pas de cartouche de gaz et sont directement sous pression. Si vous tenez à vos dents, n’en ouvrez pas un sans l’avoir vidé normalement au préalable. Par ailleurs, s’il n’a pas de valve auto à sa tête, vous ne pourrez pas le représsuriser. Il sera donc sans intérêt ici.

Repris de https://spasme.noblogs.org

 

[Turin] Bloquons la ville !

Bloquons la ville ! Manifestation à Turin le 30 Mars

BLOQUONS LA VILLE !

Ils font la guerre aux pauvres et ils appellent ça requalification.
Résistons contre les proprios de la ville !

Gouvernements et proprios essayent de nous étouffer avec une normalité faite de guerres, militarisation des villes, conditions d’exploitation de plus en plus dures, traque aux immigrés et haine entre les pauvres.

Ils veulent se débarrasser de celleux qui cherchent à lutter contre la dégradation des conditions de vie et qui tentent de subvertir cet ordre social. C’est le cas des 13 compagnon.ne.s arrêté.e.s en février dernier.

Continuons à résister et à lutter !

GIADA, SILVIA, ANTONIO, LORENZO, NICCO, BEPPE, POZA, STECCO, NICO, AGNESE, SASHA, RUPERT, GIULIO :

LIBERTÉ POUR TOUS ET TOUTES !

SAMEDI 30 MARS 2019 MANIFESTATION A TURIN

 

 

 

 

 

 

 

 

[reçu par mail]

Marseille : les vitrines de la mairie et de la Soleam volent en éclat

.

* 1/7e arrondissements secteurs où se situaient les 3 immeubles de la rue d’Aubagne qui se sont écroulés il y a plus d’un mois faisant 8 morts.
** voir aussi ici : (pour le récit de la semaine dernière) https://mars-infos.org/riposte-marseillaise-3596
*** à Marseille on aperçoit peu de gilets jaunes dans le zbeul et c’est tant mieux, néamoins on oubli pas toutes les limites liée à ce « mouvement » https://rebellyon.info/Le-choix-dangereux-du-confusionnisme-19845

Ala – Engin explosif contre le siège de la Lega

Nous apprenons dans les journaux qu’à l’aube du 13 octobre, un dispositif rudimentaire a explosé devant le siège de la Ligue d’Ala dans la région de Trente (Italie). Justement à Ala, avait lieu  le lendemain soir un rassemblement du leader de la Ligue Matteo Salvini.

  https://roundrobin.info