Athènes (Grèce) : Deux nouvelles expulsions de squat de migrant.e.s

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes qui marchent et plein airSelon les merdias locaux, la police a effectué deux nouvelles expulsions à proximité d’Exarchia hier matin. Plus de 200 personnes ont embarqués par les flics afin d’être identifiées. Le 26 août, 4 squats avait été évacuées à Exarchia, dont 2 squats de migrant.e.s.

Reformulé depuis leur presse.

Quelques actions en solidarité  Continue reading « Athènes (Grèce) : Deux nouvelles expulsions de squat de migrant.e.s »

Namur (Belgique) : Au sujet de l’exercice militaire « Celtic Uprise », du 18 au 25 septembre 2019

Depuis des décennies, la France est l’un des principaux fournisseurs d’engins de mort aux quatre coins de la planète. Forte d’un complexe militaro-industriel florissant, elle mène très régulièrement des guerres, soutient des troupes irrégulières (comme par exemple celles du général Haftar en Libye) et s’entraîne aussi sur son propre sol… ou celui de ses voisins. Dans le cadre du programme CaMo (capacité motorisée) signé en juin 2019 avec un de ses partenaires privilégiés de l’Otan, la Belgique, elle a fourgué à cette dernière 450 blindés (382 transporteurs de troupes Griffon et 60 véhicules de reconnaissance Jaguar), qui lui seront livrés à partir de 2025. L’autre volet de cet accord est un renforcement du « partenariat stratégique » entre les forces terrestres françaises et belges, qui se traduit notamment par des entraînements communs. Quoi de plus banal jusque là, si ce n’est que les militaires ont décidé de s’entraîner non plus uniquement dans des casernes ou des centres dédiés* qui reconstituent des villes en miniature… mais directement parmi la population civile en effectuant des exercices grandeur nature.

C’est ainsi que plus de 1.000 militaires belges et français vont occuper la province de Namur (dix communes situées dans le triangle Walcourt-Hastière-Couvin) et le Hainaut (triangle Beaumont-Chimay-Froidchapelle) du 18 au 25 septembre prochains. Selon le major responsable, « Le but est d’initier la coopération militaire franco-belge en intégrant des unités des deux pays en milieu civil. Cela va aussi nous permettre d’échanger nos expertises et d’améliorer notre inter-opérabilité dans de nombreux domaines, comme les communications radio ou l’emploi des armes. » Oui, vous avez bien lu, l’objectif est de se mouvoir à grande échelle « en milieu civil » comme après les attentats de 2015, mais surtout d’y mener une opération visant à améliorer « l’emploi des armes ». Plus précisément, ce sont 150 véhicules et 600 militaires (moitié moitié de chaque pays) qui vont se déployer dans cette vingtaine de villages, plus 300 qui s’occuperont de l’encadrement (staff, évaluateurs, logistique) et… et… et… 100 militaires qui joueront le rôle d’insurgés ruraux, nommés pudiquement « opposants », en se planquant parmi la population.

Cette opération nommée « Celtic uprise » (« Insurrection celtique », Brexit obliqe) a pour scénario « un pays fictif en crise », et l’objectif des assassins en uniforme n’est plus simplement camouflé derrière de vagues prétextes humanitaires d’assistance à une population comme il y a quelques années, mais comprend cette fois officiellement « patrouilles, sécurisation de points sensibles » et bien sûr « actions anti-terroristes ». On sait depuis longtemps que l’armée se prépare à des interventions à l’intérieur des frontières européennes dans le cadre d’insurrections urbaines ou de guerrillas rurales, des scénarios d’ailleurs pris au sérieux jusque dans les projections de l’Otan. De notre côté, il est plus que temps de prendre au sérieux des propositions qui insistent sur la nécessité de s’en occuper dès maintenant** : cartographier avec soin les industries militaires et les entreprises technologiques, mais aussi tout ce qui est sensible pour le bon fonctionnement opérationnel de la domination : réseaux de communication, axes de transport, ressources et réseaux énergétiques, réserves stratégiques de matières premières et de nourriture ; développer des capacités techniques et des connaissances précises pour les mettre hors-service ; réfléchir dès aujourd’hui à des formes de coordinations informelles et développer des projectualités anarchistes tout court, valables en temps de paix comme de guerre, tant la distinction entre les deux n’est plus de mise…

Depuis sansattendre.noblogs.org

* Comme le CENTAC (centre d’entraînement au combat) de 12 000 hectares situé à Mailly-le-camp (Aube), ou le CENZUB (centre d’entraînement aux actions en zone urbaine) de 6000 hectares situé à Sissonne (Aisne).
** Voir par exemple Hourriya, cahier anarchiste internationaliste n°5, « Rompre les rangs – Contre la guerre, contre la paix, pour la révolution sociale », octobre 2018, 168 pages

 

Besançon : L’Etat au secours de JC-Decaux

Procès pour trois inculpés après plus de 3 ans d’enquête
.
En février 2017, la vice-présidente des juges d’instruction Marjolaine Poinsard a décidé de passer en procès trois personnes inculpées de « dégradations de panneaux publicitaires de la société JCDecaux commises en mai et juin 2013.
.
L’audience vient finalement d’être fixée par le procureur général Étienne Manteaux pour le 11 septembre 2019 à partir de 13h30 au TGI de Besançon.
.
Parmi elles, deux personnes sont accusées de dégradations sur l’ensemble de cette période, dont l’une arrêtée le soir de la fête de la musique 2013 et accusée de la destruction de six sucettes sur l’appel du citoyen-flic Daniel Consolini. Pour la troisième personne, « particulièrement mutique » devant les juges et les flics au cours de l’instruction, seules ont été retenues les dégradations « en réunion » de la nuit du 13 au 14 juin, au cours de laquelle une bonne trentaine de sucettes ont été détruites,

Continue reading « Besançon : L’Etat au secours de JC-Decaux »

La stratégie de l’escargot

« Il faut porter la panique à la surface des choses »

Ce matin – dix jours après le vingt-et-unième anniversaire de la mort de Maria Soledad Rosas, deux jours après le dix-huitième anniversaire de la mort de Carlo Giuliani, et quelques heures avant l’annonce du verdict du tribunal de Florence contre une trentaine d’anarchistes – la ligne ferroviaire qui relie Rome et Florence est à l’arrêt, suspendue, bloquée. Qu’est-il arrivé ? A l’aube, en proche banlieue du chef-lieu toscan, une cabine électrique du TGV s’est réchauffée au point de s’enflammer. Serait-ce un hasard ? Une coïncidence ? Une « vile provocation » ? Ou bien, plus simplement et humainement, un geste d’amour et de rage ?

Il est facile d’imaginer que se trouvent sur place un ramassis de techniciens des chemins de fer et de la préfecture de police. Après les premières constatations, les responsables de Rfi [Rete ferroviaria italiana] ont déclaré que « l’origine de l’incendie contre les installations qui gèrent la circulation des trains est liée à un acte volontaire causé par des inconnus ». Des inconnus qui avec un petit rien ont provoqué le chaos dans la circulation ferroviaire nationale, un secteur important de ce système public de transport qui fait chaque jour fonctionner notre aimable société, déplaçant des marchandise humaines et inhumaines selon les besoins du marché. Et quand plus rien ne fonctionne, on le sait, on est alors obligé de penser à toute autre chose. Continue reading « La stratégie de l’escargot »

À l’ombre du baroque

Qu’y a-t-il de commun entre les billets pour visiter les églises de Lecce et l’expulsion d’une bibliothèque anarchiste d’un bâtiment occupé pendant trois ans ? Rien, apparemment.

Mais non, en revanche. Ces deux actes, qui semblent déconnectés l’un de l’autre, nous parlent d’un changement de la ville et de la manière de la vivre, un changement qui concerne tout le monde. Deux opérations qui visent à mettre en œuvre de plus en plus ce processus, connu sous le nom de gentrification, visant à transformer les centres historiques en une vitrine pour le seul usage et la consommation des usagés fortunés, une vitrine qui peut être simplement regardée, visitée et appréciée pendant la journée, et consommée pendant la nuit, à travers les innombrables lieux où la vie nocturne se développe. Une ville qui ne peut plus être vécue.

La vie réelle disparaît avec les anciennes façons d’être ensemble à travers lesquelles la socialité entre les individus s’est développée – peut-être en jouant et en mangeant ensemble à l’extérieur sur une petite place -, au moyen d’un mouvement centrifuge qui la pousse hors des centres historiques, un mouvement mis en œuvre avec la hausse des loyers et du coût de la vie, d’un côté et les règles « de bienséance », de l’autre, celles qui établissent qu’il n’est plus possible de servir de la nourriture et des boissons dans la rue, mais uniquement dans les lieux très coûteux. Une bienséance très étrange, destinée à ne concerner que les clients pauvres des rues du centre, et non le monde de la richesse, où les serveurs sont exploités à 20 euros pour une soirée de travail. Continue reading « À l’ombre du baroque »

Grèce : Visite d’une boutique de construction d’appartements de luxe à Athènes

post imageLe tourisme pousse comme des fleurs au printemps, les caméras de sécurité apparaissent comme des feuilles pour protéger les paisibles citoyens. Tout doit être clair, beau et en développement. L’apparence de la ville doit s’inscrire dans la liste d’Aegean Airlines. Les touristes n’ont pas besoin de grand-chose, quelques chaînes de magasins et cafés branchés, un bon guide pour expliquer les endroits à éviter, et quelque chose qui s’inscrit dans « l’expérience grecque authentique ». On attends avec hâte le prochain groupe de touristes qui va prendre un selfie autour de l’Acropole, et en même temps, notre quartier se dégrade lentement. Les personnes qui ne peuvent pas répondre à l’augmentation du prix du loyer sont obligées soit de trouver un autre logement pour rester, soit de se conformer aux nouvelles règles. Dans le même temps, les investisseurs aggravent la situation en achetant de vieilles maisons en cours de démolition et en construisant à leur place des lotissements de luxe. Les appartements rénovés pour des locations à court terme (AIRBNB) et les espaces publics et les parcs sont privatisés en réduisant les espaces libres et ouverts. Le jeu est aussi vieux que la même ville qui suit les travaux au nom de la propriété privée. La règle est aussi simple : celui qui ne possède pas, paiera, celui qui ne paie pas sera expulsé. Les gens qui ne font pas partie de la machine capitaliste, les petits vendeurs illégaux et les sans-abri, les graffitis illégaux et les affiches politiques, la vie en général et les choses qui ne peuvent être vendues disparaîtront. Nous savons très bien que rien ne nous sera donné parce que nous ne sommes pas du côté des propriétaires. Nous savons que nous ne nous inscrivons pas même dans ce contexte capitaliste étouffant et que nous ne voulons pas suivre la logique des patrons et des investisseurs. Continue reading « Grèce : Visite d’une boutique de construction d’appartements de luxe à Athènes »

Lecce (Italie) : La bibliothèque anarchiste occupée « Disordine » a été expulsée

Ce matin, la police, des vigiles, le propriétaire et l’entrepreneur en charge ont défoncé la porte et changé la serrure de la bibliothèque anarchiste Disordine. Dans les prochains jours, nous devrions réussir à récupérer tout ce qui se trouvait à l’intérieur malgré la demande du propriétaire à la même entreprise d’accumuler tout le matériel, de le livrer à un entrepôt et de murer l’appartement. Dans le même temps, ils ont tenté d’éxpulser le seul occupant de l’immeuble voisin en créant une brèche dans le mur et en pénétrant dans la maison, bien qu’il y habite depuis presque trente ans. Continue reading « Lecce (Italie) : La bibliothèque anarchiste occupée « Disordine » a été expulsée »

Grèce : Attaque incendiaire contre le magasin d’un membre d’Aube Doré

post imageLe magasin de Tryfon Bougas, à Kallithéa, dans la banlieue d’Athène s’est embrasé début mai, suite à une attaque au molotov.

Tryfon Bougas, qui se présente comme un « collectionneur d’œuvres d’art » est en fait un fasciste bien connu. Ancien homme d’affaires du monde de la nuit, il fut aussi propriétaire d’une société de sécurité, et propose des services de « protection » aux « retraités sans défense » qui craignent d’aller retirer leur retraite.

Son magasin à Kallithea déclaré en tant que plateforme d’achat de voitures d’occasion et de pièces détachées reprend aussi aussi montres, bijoux, livres, or et Rolex.

Résultat de recherche d'images pour "Τρύφων Μπουγάς"Membre actif d’Aube Dorée (à droite sur la photo, avec Michaloliakos, le leader du groupe). Il a été élu conseiller municipal à Palaio Faliro (près d’Athènes) pour la première fois en 1994 et a également exercé les fonctions d’adjoint au maire. En 2015, il est élu conseiller municipal.

En 2019, il se présente comme candidat à la mairie de Kallithea, avec le soutien d’Aube Dorée.

résumé depuis athens.indymedia.org/post/1597572/

1er mai : Actions contre la gentrification à Philadelphie (USA)

Pour le 1er mai, nous revendiquons la responsabilité des actions suivantes:

– Dégonflage des pneus et peinture sur le pare-brise d’une navette de yuppie.
– Jets de peinture sur la façade de deux propriétés de [la société] OCF*.
– Bris de verre et coupure de tous les câbles non hydrauliques d’au moins quatre machines de construction sur le site d’un projet de développement visant à retraiter [manicurer, litt.] un endroit autrefois sauvage.

Toutes nos cibles font partie de la gentrification continue de la ville.

Solidarité avec les camarades italiens confrontés à la répression.

Le 1er mai, les anarchistes ne dorment pas !

* L’Open Connectivity Foundation (OCF) est un groupe industriel dont la mission est de fournir un programme de certification pour les périphériques impliqués dans l’ Internet des objets (IoT) .

Depuis 325.nostate.net